AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Vous ne pouvez pas vous inscrire sur ce forum !

À savoir que seuls les membres ayant signés le pacte Des Sept Destinées,
auront le libre accès sur Astrune.




Les Sept Destinées ~ICI~



Partagez | 
 

 Le jour et la nuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages 53

MessageSujet: Le jour et la nuit   Sam 15 Juin - 16:54


[Arrow... suite de ~ICI~]

Les enfants affluèrent peu après l'interpellation de la soeur supérieure. Toutefois, leur démarche étant trop bruyante au gout de celle-ci, elle leur imposa la discrétion en tapant par deux fois dans ses mains. Sa grande taille ainsi que la noirceur de sa tunique suffisaient à elles seules la coopération pleinement soumise des bambins. Mais il n'empêchait pas que malgré leur apparente obéissance, l'interrogation planait... À savoir que la tour n'avait pas pour coutume de réunir les élèves de cette manière, sauf peut-être la fois où il fut question d'accueillir le maître Zoltos. Quoi qu'il en était, tous se devaient d'être présent lorsque Poultchéry leur en intimait l'ordre. Elle était le cauchemar du Caprice, et c'était là un rôle qu'elle escomptait bien conserver ! La discipline était trop peu présente en ces locaux, ainsi s'évertuait-elle, à la façon Poultchéry bien entendu, de la leur inculquer ! Sa montre à gousset en main, la soeur attendait, et non sans laisser la sévérité abandonner son vieux visage.

- Mettez-vous en rang, et sans me faire attendre ! Vociféra t-elle, alors que Ange et son nouveau camarade venaient à peine de rejoindre les autres. Vous l'ignorez peut-être, mais un nouveau professeur vient d'arriver, alors j'attends de vous une présentation impeccable !


Alors c'était aujourd'hui, déjà, maintenant... ? Surpris, Ange tenta de se faire le plus discret possible, allant même jusqu'à s'enfoncer dans le rang qui se trouvait derrière lui. Un désordre qui n'échappa guère au regard aiguisée de Poultchéry. C'est alors que, d'une poigne de fer, elle attrapa le poignet du garçonnet afin de le remettre à sa place en le tirant d'un coup sec vers l'avant. Cette brusquerie eut pour effet d'arracher un petit cri de douleur à Ange, lui qui d'ailleurs n'avait toujours point lâcher la main de Hydran. Or, loin d'apprécier la complicité que les mômes pouvaient avoir entre eux, Poultchéry brisa sans vergogne la chaîne fraternelle qui unissait jusqu'alors les deux enfants.

- Et ne recommencez pas ! S'écria le soeur à l'égard d'Hydran et Ange. Maintenant, que tout le monde se tourne en direction de la grande porte !

La larme à l'oeil, Ange s'exécuta, espérant très fort que son nouveau camarade ferait de même. Il ne pouvait plus le sentir, il ne pouvait plus être là pour lui, ni même l'aider... Enfin... Le fantôme du couloir avait au moins épargné Hydran, c'était toujours ça de bon... se disait le petit garçon.

- Soeur Jalnie, vous pouvez ouvrir ! Ordonna Poultchéry, après s'être assurée que tous les marmots soient à sa botte.

Puis se fut l'ouverture... un courant d'air traversa les rangs, faisant frémir la chevelure de chacun des enfants. Ange ne pouvant rien voir, se fiait uniquement au bruit de pas qui désormais se dirigeait vers eux. C'était une personne à la démarche légère, peut-être une femme... Mais la voix de soeur Poultchéry vint à nouveau alourdir l’atmosphère qui était déjà fort pesante.

- Voici votre nouveau maîtr... Avait-elle reprit avant que le maître en question ne l'interrompt en plein élan.


Il s'agissait là d'un édifice réellement impressionnant, mais lorsque les immenses portes s'ouvrirent, Veldrin fut stupéfait lorsqu'il vit tous les enfants réunis dans le grand hall. C'était certes une attention, hmm, comment dire... d'élégance ? Peut-être une coutume d'Atminam. Mais Veldrin ne fut guère emballé par elle. Il aurait préféré se présenter de lui-même au commencement de son cours. Ce n'était qu'un professeur après tout. Ainsi, lorsque la soeur supérieure dont il avait déjà omis le nom, voulut informer ses futurs élèves sur qui il était, il se sentit contraint de la couper. Ce n'était pas poli et s'en excusa du regard, mais afin que les enfants s'accoutument plus facilement à sa présence. Veldrin estima qu'il était de son devoir de se présenter seul à son auditoire.

- Veuillez me pardonner ma soeur mais... il serait plus sage que je m'exprime.

- Alors je vous en prie faites donc ! Rétorqua froidement l'intendante. Et pour votre gouverne, c'est soeur Poultchéry !

Elle avait bien fait de le lui rappeler, car un professeur qui oublie un nom dont il avait l'obligation de connaître, ça ne faisait pas très professionnel... Quoi qu'il en était, le feu vert lui était donné et put ainsi prendre la parole.

- Bonjour les enfants. Commença t-il d'une voix solennelle alors que la porte se refermait depuis son dos. Je me nomme Veldrin, et je serai votre professeur sur l'enseignement émotionnel. Remarquant alors que soeur Poultchéry pinçait les lèvres d'agacement, le jeune homme abrégea son discours. Nous allons nous revoir dans trente minutes, et là ça sera à mon tour d'apprendre à vous connaître. Mais soyez sans crainte, je vous en dirais davantage à mon sujet.

Faisant une petite révérence que Poultchéry classa comme ridicule, le professeur Veldrin s'éclipsa jusque dans le bureau des admissions. Alors que pendant ce temps, le fantôme du couloir se refusait à libérer les enfants. Il était hors de question que ce Veldrin dénature l'ambiance qu'elle s'aimait à entretenir.

~ Il est 13 heures 03 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 25

MessageSujet: Re: Le jour et la nuit   Mar 6 Aoû - 16:09

La panique montait... je n'arrivais pas à gérer mes émotions, à les placer sous mon masque habituel. C'était trop depuis ce matin. Vraiment. Cela risquait d'exploser. Je devais me calmer et fermait les yeux, fronçant les sourcils pour me concentrer, tremblant encore. C'est alors que je sentis sur ma peau moite, la main de Ange... avait il parlé ? Oui et il continuait. Parler à ma place pour ne pas que je me fasse gronder ? Non mais ce n'était pas juste, pas du tout... le problème était que je ne pouvais pas répliquer, j'avais beau essayer d'ouvrir la bouche rien n'en sortait. Alors je se contentais de suivre, comme Ange me prenait par la main et me conduisait à la sortie. Sans m'en rendre compte je restais en apnée en passant la porte comme si l'air au dehors était empoisonné.
Une fois dans le hall je ne jetais de regard nul part, non tout était bien trop inconnu, je suivais le jeune homme comme son ombre plaçant ma confiance entière en lui, alors que, à la base c'était lui qui ne voyait pas ! J'avais honte. Je  devait me reprendre et vite. Hors de question qu'on me voit ainsi. Nous arrivâmes vers soeur Poult....poultchéry. Se mettre en rang n'avait rien de compliqué mais cette femme, pestait encore. On aurait dit mèmère... Au moins là j'avais une base, un savoir faire avec ce genre de femme. Et je me calmais, à coté de Ange, la main serrée dans la sienne je reprenais contrôle de mon esprit repoussant la peur plus loin... Ma mère pensait à moi à n'en pas douter et si j'arrivais à écouter mèmère alors pourquoi pas cette femme ?

*Dame Agnès m'a dit de prendre soin de lui, pas de me cacher derrière. Si il a tant de courage alors qu'il a eu tant de soucis comme elle l'a dit... je peux être pareil et l'aider.*

Je me retournais, apaisé malgré le pouls encore rapide et voulut sourire à Ange pour le rassurer. Ce fut là que l'autre décida de briser le peu que nous venions de construire ensemble. Nos mains furent brutalement séparées et mon compagnon ébranlé. Quelle violence ! Ma réaction ne se fit pas attendre. Je ne me contrôlais pas encore tout à fait, tout était trop nouveau pour que je puisse être aussi discret qu'à mon habitude.

- Ehhh ! il m'aidait à comprendre ce qu'il se passe ici ! pourquoi c'est pas bien ?

Je voulais mettre en avant la bonté de mon nouvel ami et le fait qu'elle, n'avait même pas fait attention, ne m'avait pas présenté aux autres comme dans mon école et n'avait même pas pris le temps de m'expliquer les règles. Pourtant elle en disait plein. Vraiment... elle devrait voir mèmère, elles s'entendraient à merveille. Je compris cependant en avoir trop dit, trop fait, on ne parle pas comme  ça à un adulte... C'était la colère qui m'avait dominé. je bredouillais une rapide excuse. Une fois la vieille dame plus loin je serrais vite la main de Ange avant de la lâcher. J'allais bien. Je voulais que lui aussi. Enfin il y eut l'ouverture d'une immense porte. Un nouveau professeur ? bah ils seraient tous comme ça pour moi. Je haussais les épaules et regardais dans la direction ou venait d'apparaître ce maître. Instantanément mes yeux se fixèrent sur ses cheveux blancs, son visage qui avait l'air si gentil... et ouvrit de grands yeux quand il interrompit la soeur.

*Elle n'est pas contente du tout... mais sa voix à lui... Maître Veldrin, ... je ... pourquoi je pense à papa ? ils n'ont pourtant pas la même voix...*


Pour le coup ma peur s'était envolée, laissant place à la fascination pour l'homme qui se présentait. Son cours. même si je ne compris pas grand chose à son titre, j'avais déjà envie d'y être... Trente minutes ?! c'était long... qu'allions nous faire ? Je regardais notre maître faire quelque chose de très beau avant de partir. Mais nous... on ne bougeait pas. Je redescendis sur terre, et remarquait le silence qui régnait. Mais comment s'empêcher de commenter tout ça ? je n'avais pas l'habitude et les mots chuchotés sortirent tout seul en direction de l'oreille d'Ange.

-Il a des cheveux... tout blancs, et il souriait ! Est ce que toi tu as pu voir quelque chose dans lui ?

Je voulais parler des ressentis de Ange sur maître Veldrin, il avait bien compris ma peur sans me voir tout à l'heure. Mais je ne savais pas comment on disait tout ça, d'ailleurs je me demandais bien comment, avec des yeux qui ne voient pas, Ange pouvait faire ça. J'en oubliais un peu la soeur. Comment pourrait il en être autrement ? je découvrais tout ici, et curieux de nature j'avais besoin de parler, de comprendre, et ce même si mon village me semblait encore bien merveilleux à comparé de cette tour...

~ Il est 13 heures 05 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 53

MessageSujet: Re: Le jour et la nuit   Ven 9 Aoû - 16:13


Toujours aussi dure et froide, soeur Poultchéry veillait à ce qu'aucune bonté n'opère en sa présence. Ange l'avait toujours connu ainsi, et encore ça ce n'était rien. Il fallait voir ce qu'elle était capable de faire aux enfants qui s'osaient à lui résister. Chose que fit Hydran lorsque le fantôme du couloir les sépara. Le fait qu'elle n'en dise rien sur le moment ne surprit guère le jeune garçon, à savoir que la vieille femme usait de la vengeance en guise de passe-temps. Tôt ou tard, elle lui fera payer son insolence... Ange espérait simplement avoir le temps pour lui en parler, et ainsi l'aider à y faire face lorsque cela se produira. Mais là encore, c'était mal la connaître. Quant au nouveau maître, une douce aura émanait de sa personne. Du point de vue de Ange, maître Veldrin était l'opposé de soeur Poultchéry. Il était le soleil, et elle était la nuit... plus noire encore que l'obscurité qui l'inondait en tout temps. Par ailleurs, à l'entente de ce que lui révéla Hydran, Ange sourit... il était tel qu'il l'avait imaginé. Pour une fois qu'il était dans le vrai...

- C'est vrai... ? Chuchota t-il avec une pointe de doute. Ca serait tellement... merveilleux, si...

Le jeune garçon ne trouva point les mots pour exprimer son désir le plus profond, soit un maître qui serait à la fois tendre et proche d'eux. Nombre d'enfants souffraient d'un terrible manque d'affection, et n'ayant qu'eux sur qui compter, beaucoup finissaient par en perdre l'esprit. Surtout pour les plus puissants et les plus fragiles. Ange se souvenait encore de Salime, une petite fille si gentille, mais encore bien trop perturbée pour cet endroit ! Alors qu'ils étaient en cours de mathématiques, la malheureuse se mit à hurler, elle disait que ça lui brûlait à l'intérieur, qu'elle devait vite se réfugier dans le froid afin de pouvoir se canaliser. Hélas, le maître fit la sourde oreille à ses suppliques, puis gifla l'enfant dans le but de la réduire au silence. Un vacarme terrible s'en suivit, à la suite de quoi la classe entière céda à la panique avant de s'enfuir jusqu'à l'extérieur, abandonnant ainsi Ange dans leur sillage. Dépourvu du sens de la vision, l'élève ne put comprendre ce qui les avait terrifié à ce point là, et ce, jusqu'à ce que son toucher se charge de le lui faire savoir...

Tâtonnant à quatre pattes avec pour intention de consoler Salime, Ange plongea la main dans une substance à la fois chaude et visqueuse. Sentant la peur monter en lui, il appela sa camarade... une fois, deux fois, trois fois. Aucune réponse ne lui fut retournée, pas même un souffle, y compris le bruit soyeux que pouvait faire les vêtements lorsqu'on se mouvait. Pourquoi ne répondait-elle pas ? Puis c'est alors qu'il toucha sa main. C'était étrange puisqu'il la pensait beaucoup plus loin à l'origine, mais lorsqu'il voulut remonter le long de son bras, Ange se laissa envahir par la terreur ! La main de Salime était... elle était... Non, il fallait chasser ce souvenir ! C'était trop dur...


Soeur Poultchéry était bien connue pour ce qu'elle était, soit une femme sévère et aigrie. Pourtant, elle n'avait pas son pareil sur l'enseignement de la discipline. Et oui, ce n'était pas qu'une soeur, mais aussi une maîtresse ! Elle connaissait parcoeur le dossier de tous les pensionnaires du Caprice, y compris celui d'Hydran qu'elle étudia peu de temps avant son arrivée. C'était un nouveau, il fallait donc lui faire comprendre qui commandait ici. La connaissance d'une emprise était des fois bien plus instructive qu'une punition, cette crevette allait vite comprendre de quoi il en retournait !

- Alors comme ça on a la réflexion facile ? Questionna Poultchéry d'une voix imposante, une question qui bien sûr n'attendait guère de réponse. Ange, sors du rang !

Le silence dans le groupe d'enfants était tel que l'on pourrait entendre une mouche voler. Tous ignoraient ce que le fantôme du couloir allait faire, et pourtant tous redoutaient ce qui allait se passer. Ange quant à lui fit en sorte qu'elle n'ait pas à se répéter. Il se rassurait en s'imaginant la main d'Hydran enserrant la sienne, comme il avait pu le faire après que le fantôme les ait séparé...

- Mon cher petit Ange. Reprit la soeur après qu'elle ait adossé l'enfant contre son bassin, les deux mains sur ses épaules. Dis-moi, est-ce que c'est bien ce qu'a fait le nouveau ? En disant "nouveau", Poultchéry s'assurait d'être comprise par tout son auditoire. Soit le fait qu'elle parlait bien de Hydran et non d'un autre puisque tous n'avaient eu vent de son prénom.

- Heu... non... Répondit-il avec calme, alors qu'au plus profond de lui, il hurlait !

- Peux-tu nous dire pourquoi ?! Rétorqua la soeur en pinçant des lèvres.

- Hm... pas... parce-que c'est pas... poli de... de répondre à... une grande.. personne. Balbutia Ange sans même être certain qu'il s'agissait de la bonne réponse.

- C'est... EXACT ! S'écria Poultchéry allant jusqu'à faire sursauter l'assemblée qui lui faisait face. Répondre à un maître, à une soeur ou à n'importe quel adulte est le signe évident d'un profond manque de respect. Une entorse à la discipline que je ne peux en aucun cas laisser passer ! Si Ange a été sage, alors aucune verrue ne devrait se trouver sur son corps ! À peine eut-elle fini d'aboyer qu'elle abaissa d'un coup sec le pantalon ainsi que la culotte de Ange, avant de retirer avec la même violence le haut de ce dernier. Voyons ça ! Reprit-elle d'une voix dénuée de toute émotion.

Couvert de honte, le petit garçon abaissa le tête alors que déjà des larmes s'écrasaient sur le sol. Il se sentait littéralement violé par tous ces regards qui se collaient à lui tels des parasites. Il voulut se retourner, mais l'étreinte de Poultchéry l'en empêchait. Comment Hydran allait-il le percevoir après ça ? Il pouvait entendre les plus moqueurs se rire de lui dans leur esprit. Pourquoi elle faisait ça ?

- Hmm... je vois là comment tu as été sage petit Ange, continue donc sur cette voie d'accord. Reprit le fantôme du couloir, faisant mine de n'être responsable de rien. Récupère tes affaires, et r'habilles-toi ! Termina t-elle en faisant valser au loin le polo du garçon par un bon coup de pied. Allez vous préparer ! Les cours vont bientôt commencer !

Une réunion d'importance attendait sa présence, étant très ponctuelle, Poultchéry ne pourra hélas raccompagner Hydran jusqu'à sa chambre. Ca sera pour une autre fois. C'est alors qu'elle partit en même temps que les autres enfants, laissant ainsi Ange chercher à quatre pattes son vêtement dans le grand hall. Le malheureux pleurait silencieusement toutes les larmes de son corps pendant qu'il tâtonnait le sol. Il avait pu remonter son pantalon dans la foulée, mais le mal était fait. Sur le moment, Ange ne savait plus où il en était. À savoir que tout ce qu'il voulait, c'était que plus personne ne puisse le voir !

~ Il est 13 heures 09 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 25

MessageSujet: Re: Le jour et la nuit   Lun 26 Aoû - 10:39

La méchante femme semblait ne pas réagir à ce que j'avais dis précédemment. Tant mieux. Je ne souhaitais pas m'attirer les foudres de quelqu'un, surtout pas les siennes. Et encore moins sur Ange. Je mourrais d'envie d'aller en cours. Trente minutes c'était long ? la notion du temps et moi... ce n'était pas la grande amitié. Aussi, lorsque Ange réagit à mes murmures je fus tout sourire,  cela semblait lui faire plaisir, ou alors il avait du mal à y croire. Pourquoi ? Les professeurs étaient ils tous comme la soeur ? Aux paroles de mon ami je me le demandais. Pourtant nous n'avions déjà ni parents, ni repères, les professeurs auraient du être gentils et nous rassurer ! Comme dame Agnès... pourquoi était elle tout là haut ? Mon regard se porta sur les étages supérieurs. Je me sentais abandonné, et des larmes menaçaient de couler quand la voix de soeur Poutchéry me ramena à l'instant présent. Je ne compris pas à qui elle s'adressait et ce ne fut que lorsqu'elle demanda à Ange de sortir du rang que je saisis qu'elle parlait de moi tout à l'heure ! Tout de suite je voulus empêcher mon compagnon de s'éloigner mais c'était trop tard. Il était déjà là bas et elle avait posé ses mains sur lui. J'étais horrifié. Je ne savais pas ce qui allait se passer mais l'ambiance n'était que trop pesante.

*Pourquoi...pourquoi elle demande ça à Ange et pas à moi ? c'est moi qui devrait répondre pas lui...* pensais je alors que la méchante dame posait sa première question. *Je dois y aller... le protéger ! *

Hélas j'en fus incapable. Mes pieds étaient comme fixés sur le plancher et j'eus honte. Honte de ne pouvoir faire ce que dame Agnès avait voulu. Soudain je sursautais. Ensuite la soeur débita un discours durant lequel je ne compris rien hormis le fait qu'elle arracha les habits de mon nouvel ami. Quelle horreur ! mais pourquoi ? Je ne pus retenir mes larmes. Jamais un enfant ne porterait de vérue pour ne pas avoir été sage, mes parents ne m'avaient rien dit de pareil, pas même mèmère... c'était une menteuse ! Je serrais les poings comprenant désormais qu'intervenir ne ferait que davantage de mal. C'était parce que je l'avais fait que Ange se retrouvait là... par ma faute ! Car je n'avais pas su me taire... Pourrait il seulement me pardonner ?

Heureusement la soeur se décida à filer après avoir demandé à tout le monde de se préparer car les cours allaient bientôt commencer. Instantanément je voulus courir vers mon ami. Je ne pouvais pas le laisser et ce même s'il me détestait. Ange cherchait son polo que je repérais d'un coup d'oeil. Le prenant, je m'agenouillais à coté du garçon en larme. Je ne le touchais pas de peur de le faire fuir.

-An...ge, Ange pardon... tiens prend ton polo je... je l'ai là, je te l'ai....ra...ramené. Je sanglotais lui plaçant l'habit entre les mains et mes paroles en furent décousues. Pardon... c'est...c'est ma faute je n'avais pas com...compris. Tu...tu as été si fort....et moi...

L'eau qui coulait de mes yeux se tarie brusquement. Je venais d'assimiler quelque chose. Pour vivre ici, il fallait être ensemble, et faire front. Accepter et se laisser faire, être comme les autres pour ne pas que ce genre de chose arrive. Enfin les regards des élèves et leur comportement de tout à l'heure devenaient logique. Dans mon jeune esprit une pièce du puzzle s'était assemblée. Mais à quel prix. Pourtant je savais bien que faire profil bas évitait les ennuis, mèmère me l'avait bien fait comprendre. Quel imbécile était je pour ne pas apprendre ! Je murmurais, juste assez fort pour que Ange entende.

-J'ai compris, c'est tellement différent de où je viens... mais je peux le faire Ange. Je vais devenir fort et si tu le veux bien je resterais avec toi, toujours. Tu ne seras plus seul pour vivre tout ça. Et plus jamais tu ne seras puni par ma faute... Osant lever mes yeux brillants vers l'enfant, prêt à tout entendre de sa part, je pris pourtant sa main dans la mienne et murmurais, merci. Oui car il aurait pu me laisser, mais alors que j'avais peur il m'avait tiré, et montré ce qu'il fallait faire. C'était mon ami et je voulais qu'il ne pense plus à tout ça même si ça allait être dur... qu'il puisse passer à autre chose, alors je le tirais vers le haut, doucement. Viens Ange, on va aller se préparer, voir maître Veldrin, lui il avait l'air vraiment gentil.

Je me préparais à tout. Aussi bien au rejet, brutal, que je méritais, qu'à toute autre réaction. Ange venait de subir beaucoup, mais ce n'était pas le moment de s'appesantir dessus sinon le jeune garçon ne pourrait pas assister au cours suivant. Cela me rappelait encore mèmère. Attendre le soir pour enfin lâcher tout ce qui avait été retenu dans la journée. C'était mon ami le capitaine qui m'avait appris cela. Lors de nos attaques, nous n'avions pas le temps de ressentir nos blessures, il fallait continuer...je l'avais appliqué dans la vie.

~ Il est 13 heures 11 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 53

MessageSujet: Re: Le jour et la nuit   Mar 10 Sep - 12:58


Les pensées figées dans son esprit, Ange balayait le sol de ses petits bras sans même plus être certain de ce qu'il devait y trouver. Une assurance persistait néanmoins, le fantôme du couloir s'en était allé... avec lui aurait du partir craintes et honte, mais il n'en était rien. Cette fois là, soeur Poultchéry avait fait éclater le moral déjà bien fragile du petit garçon. Ainsi donc, enfermé dans un cocon dont lui seul connaissait l'existence, Ange se laissa emporter par la spirale de ses tourments. Toutefois, avant que le point de non retour ne soit atteint, un point qui laisserait à jamais l'enfant prisonnier de ses songes, une petite voix s'en vint lui parler. Elle pleurait, s'excusait, s'en voulait... Ne pouvant demeurer sourd à ses mots implorants, Ange redressa doucement la tête, comme pour regarder la personne qui s'adressait à lui. Puis c'est alors qu'il sentit quelque chose se placer entre ses mains qui venaient à peine de cesser leur mouvement. C'était Hydran... maintenant il se souvenait !

Aucun mot ne fut en mesure de s'échapper de ses lèvres. Se sentir coupable, Ange connaissait bien ce sentiment, et il faisait trop mal pour le laisser ainsi s'emparer d'Hydran. N'obéissant qu'à son instinct, le visage encore inondé de larmes, il enlaça son nouvel ami de ses bras avant de lover sa tête dans son cou. L'enfant n'avait même pas pris le temps de remettre son polo, à savoir que peu lui importait son état présent, tant que le bien être de celui qui désormais allait partager sa vie n'était point acquit. C'était soeur Poultchéry la vilaine, pas lui, alors pourquoi s'excusait-il ? Il lui avait répondu pour prendre sa défense, non pas pour qu'elle le maltraite. En aucun cas Ange ne laisserait Hydran se sentir responsable sur ce qu'il venait de se passer !

- Non je veux pas ! Murmura t-il alors qu'il l'enserrait toujours. Tu n'as rien fait, tu as voulu nous protéger, faut pas pleurer alors que... alors que tu as été un ami ! Un peu plus, et il aurait crié. Tu pouvais pas savoir... Bredouilla Ange tout en se retirant.

À la suite de quoi, Hydran lui expliqua à quel point il avait retenu la leçon, et que plus jamais il ne recommencerait... surtout au détriment de son nouveau camarade. Quand il eut fini, Ange en profita pour vite enfiler son haut, acte qui sera suivit par une poigne subtile de son ami, afin de l'aider à se relever. Cependant, Hydran lui rappela un fait qui lui était momentanément sortit de la tête... Maître Veldrin, les cours ! Oui, il fallait se dépêcher, un retard et c'était au fantôme du couloir qu'ils allaient avoir à faire ! Ce fut alors que sans attendre, Ange tira la main de son ami. Le temps pressait...

[OUT : Salle de classe ~ICI~... Arrow]

~ Il est 13 heures 12 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le jour et la nuit   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le jour et la nuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrune :: ~ LES TERRES DE BRUME ~ :: Atminam :: La tour d'Atminam :: Le grand hall-
Sauter vers: