AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Vous ne pouvez pas vous inscrire sur ce forum !

À savoir que seuls les membres ayant signés le pacte Des Sept Destinées,
auront le libre accès sur Astrune.




Les Sept Destinées ~ICI~



Partagez | 
 

 Études sur l'enseignement émotionnel (Veldrin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages 53

MessageSujet: Études sur l'enseignement émotionnel (Veldrin)   Mar 10 Sep - 13:00

[Arrow...suite de ~ICI~]

Après avoir quitté le grand hall au trot, Hydran et Ange se rendirent jusque dans leur chambre. Une fois sur place, le petit aveugle montra à son nouvel ami l'étagère où reposaient les cahiers de notes, ainsi que la trousse à fourniture. Toujours dans le but de responsabiliser les enfants, les professeurs ne fournissaient pas le matériel de classe. Les prêtres gardiens se chargeaient simplement de déposer tout le nécessaire sur le lit de chacun lors de la rentrée, après quoi, c'était aux marmots de faire le reste. Heureusement, pour ce qui était d'Hydran, soeur Agnès avait déjà fait l'essentiel en y faisant déposer tout son nécessaire sur ce dit mobilier. Ce fut alors que, les bras chargés de leurs cahiers, les enfants se ruèrent en silence dans le couloir lorsque la sonnerie annonçant le cours de treize heures trente, retentit...


Le visage encore marqué par sa pénible épreuve, Ange incita discrètement Hydran à attendre la fin du rang pour s'y engager... Il ne voulait pas que les autres le voient après ce qu'il venait de traverser. Mais malgré cette précaution, des regards s'élevant par-dessus l'épaule se plantaient sur lui, regards qui toujours étaient suivis par une remarque pas franchement jolie jolie... Bien qu'habitué à ce genre de méprise, Ange ne cessait d'en souffrir.

- Ne dis rien... Chuchota t-il à l'attention d'Hydran. Ils sont malheureux...

Ce fut sur ces mots bien pesés que tous entrèrent dans la salle de classe. Sans bruit, chacun choisit sa place ignorant dans un premier temps la présence du maître debout sur l'estrade. Les bureaux étaient individuels, ainsi que suffisamment espacés pour que les voisins ne puissent ni se parler, ni se copier ! Lâchant alors la main d'Hydran, Ange alla à son tour se placer. Sans guère de surprise, l'enfant se plaça tout au fond afin que personne ne puisse se trouver derrière lui. Quant à son ami, il était libre d'aller où il voulait, tant qu'il s'y sentait bien. Déposant ses cahiers et crayons sur le dessus de sa table, Ange ainsi que les autres élèves attendirent le signal du maître pour s'asseoir.


L'atmosphère était bien curieuse dans cette tour. Des enfants de cet âge qui rentraient en classe sans faire de bruit ainsi qu'en prenant soin de soulever leur chaise pour ne pas la faire traîner, aucune autre école ne pourrait s'en vanter. La discipline était une chose, le respect également, mais là c'était un peu fort quand même... Bien sûr, qu'est-ce qu'un petit enseignant comme Veldrin pouvait connaître de ces murs ? Ainsi, lorsque tous les élèves eurent fini de choisir leur bureau, le jeune professeur descendit de son estrade avant de laisser aller son naturel.

- Bonjour les enfants. S'annonça t-il de sa douce voix. Je vous en prie, asseyez-vous.

Avec la même stupéfaction, Veldrin observa chacun des élèves s'asseoir sans bruit aucun. Un peu plus, et il se croirait en proie à des hallucinations. Cependant, il ne mit pas longtemps à comprendre que soeur Poultchéry devait en être l'instigatrice.

- Bien... Reprit-il avec une certaine gêne. Permettez-moi de me présenter plus en détail. Comme vous le savez je m'appelle Veldrin, et je suis votre professeur sur l'enseignement émotionnel. Tout en replaçant ses cheveux d'un geste rapide de la main, le jeune enseignant se retourna puis écrivit son prénom sur le tableau noir. Rassurez-vous, vous n'êtes pas forcés de l'apprendre. Cela viendra tout seul. Descendant à nouveau de l'estrade, Veldrin reprit. C'est mon premier jour à Atminam, à savoir qu'avant de me retrouver devant vous, j'enseignais à Meltadou. Il s'agit d'un établissement pour enfants en difficultés. Ce fut à la suite d'une visite de la part d'une soeur, une dénommée Agnès, que je fus remarqué. Il ne m'a pas été facile de laisser tous ces enfants, mais cette gentille dame à sut me prendre par les sentiments, et ainsi me convaincre de devenir votre professeur. Marquant une courte pose, Veldrin s'en retourna jusqu'au tableau. Vous savez tout de mon parcours à présent, mais je devine la question que vous vous posez ; qu'est-ce donc que cette bête, l'enseignement émotionnel ?

Quelques rires étouffés se firent discrètement entendre à cette interrogation, mais il était vrai que tous ignoraient totalement de quoi il était question...

- C'est très simple ; vous êtes des enfants, donc des êtres très émotifs. Dissertait Veldrin tout en faisant des vas et viens. Vous êtes également victimes de votre nature. La magie qui s'écoule en vous dépend en grande partie de ce que vous éprouvez. Si vous êtes mal dans votre peau, comment escomptez-vous la dompter ? Ou pire, qu'en ferez-vous ? Il est important de bien se connaître ainsi que d'être à même de se contrôler si vous désirez faire vôtre, cette part inconnue qui sommeille en vous. Je serais là pour vous guider, ainsi qu'à vous aider à trouver votre voie, et cela ne concerne pas seulement la magie.

L'essentiel le concernant étant dit, Veldrin croisa les bras puis observa l'entièreté de sa classe dans un silence de plomb. Un arrêt sur image qui sembla s'éterniser durant plusieurs minutes...

- La disposition de vos tables m'est inconvenante. À ces mots, le jeune professeur remarqua le froncement de sourcils sur le visage de plusieurs élèves. Inconvenant, est-ce mot qui vous pose problème ? Pardonnez-moi, mais dans mon cours, vous allez apprendre à aimer les mots et leur signification. Ceci sera votre premier devoir, trouver la signification des mots dont vous n'aurez pas compris le sens. Suite à cela, Veldrin écrivit le mot "Inconvenant" sur le tableau. Je vous rassure, à la fin du cours vous en aurez quelque-uns de plus à chercher. Sinon pour en revenir à ce que je disais, vous allez former des groupes de deux, ainsi j'aimerais que vous choisissiez votre nouveau voisin et que vous y placiez votre bureau à côté du sien. À vous de jouer.

Une fois que tout cela sera fait, Veldrin recueillera la présentation de chacun de ses nouveaux élèves. En parlant d'élève d'ailleurs, un garçon incapable de supporter Ange alla se placer à côté de celui-ci. Le but étant bien entendu de lui pourrir une fois encore son année... De son côté, habitué à être tiraillé par ce même individu, Ange ne s'en défendit guère...

~ Il est 13 heures 37 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 25

MessageSujet: Re: Études sur l'enseignement émotionnel (Veldrin)   Lun 16 Sep - 9:34

Un...câlin. Je ne m'y attendais pas du tout. Alors que je me confondais en excuses, Ange plaça ses bras autour de moi et me serra contre lui. Un instant je ne su comment réagir, puis ses mots touchèrent mon cœur d'enfant. Pour lui je n'étais pas responsable et je m'étais comporté en...ami. C'était plus que je ne pouvais l'espérer. mes joues devinrent mouillées et j'enserrai à mon tour le jeune homme avant de le laisser se retirer. Je n'avais jamais connu ça avec personne d'autre. Pas même avec mes amis dans mon village là bas. C'était fort, tout l'était ici. Ange finit par sortir de ses pensées une fois debout, habillé entièrement, et me tira la main en direction de nos chambres. Nous n'allions tout de même pas être en retard ! Et que fallait il aller chercher ? je ne comprenais rien ici. Les mains de mon nouveau camarade s'agitèrent.

*les cahiers, une trousse ? pas de sac ? misère il ne faut pas que j'abîme tout ça...*

Une grimace s'étira sur mon visage. Je n'étais pas des plus soigneux en général avec mes affaires, en fait je ne faisais pas express, je manquais d'attention paraissait il... Déjà avec un sac, alors les porter comme ça sans rien... vive les pages froissées ! Bon ce n'était pas la peine d'y penser maintenant alors que nous nous étions élancés dans le couloir. La sonnerie me fit sursauter et je failli en lâcher mes affaires. Oui je n'y étais pas encore habitué, chez moi les maîtres frappaient dans les mains pour signifier le début des cours. Enfin les autres furent en vue et Ange désira que nous restions en retrait. Bien sur je le comprenais. Je frottait discrètement mon épaule à la sienne, comme pour dire, "je ne te quitterai pas". Quant à ceux qui lancèrent des coups d'oeil assortis de remarques je les fixais d'un regard noir et me plaçait légèrement devant mon ami. Le message était clair. Laissez mon copain en paix ! Cependant par égard pour Ange je ne dis rien me contentant de hocher la tête à ses dires. Il ne me voyait pas mais ça je n'y pensais pas toujours. Nous entrâmes. Alors que chacun se choisissait une place, apparemment habitués et sans lancer un regard au professeur, je marquais un temps d'arrêt observant tout cela qui était nouveau pour moi.

*c'est si terne... nous on avait des dessins sur les murs. Et pourquoi on est tout seul ? j'ai froid ici...*

Effectivement le jeune garçon que j'étais avait la chair de poule mais de peur et non de froid comme je le pensais. Cependant cela ne dura qu'un instant. Il me fallait être fort. Maman pensait à moi et dame Agnès m'avait aidée. Tournant la tête je vis Ange tout au fond. Tout à mes préoccupations, je ne l'avais pas vu se faufiler si vite. Et il n'y avait plus de place à coté... Je me résignais en me plaçant devant lui juste après être allé effleurer la main de mon nouvel ami. Et là je vis chacun debout. Haussant les épaules je fis de même à ma place, posant enfin les yeux sur Maître Veldrin. Son visage et ses cheveux blancs me fascinaient. Et sa voix fut si douce. Nous fûmes bientôt assis sans aucun bruit. Au moins une chose qui était rentrée dans ma tête. Se faire transparent. La belle intonation reprit. Je fus presque pris d'envie de sourire. Retenir son nom ça c'était déjà fait. Mais c'était quoi des enfants en difficultés ? ceux qui n'avaient plus de parents ? ou alors qui ne savait pas apprendre ? qui étaient malades ? C'était partit...une foule de question s'imposaient à moi. Je ne pouvais pas m'en empêcher. En plus c'était dame Agnès qui l'avait ramené... encore un signe de maman hein ?

Ah enfin Maître Veldrin commença à expliquer ce que c'était l'enseignement émotionnel. Là... je clignais une ou deux fois des yeux. La magie ? de la vraie magie ? Mais mais... Pourquoi ? Mes yeux s'arrondirent. Avec tout ça j'en avais complètement oublié que la tour d' Atminam abritait des enfants magiques. Ange... il avait des pouvoirs alors ? et tout ceux là aussi ? Mais et moi ? pourquoi mèmère m'avait elle envoyé là, je n'avais rien de plus normal. Ma respiration s'accélérait je commençais à paniquer. Les autres paroles du maître  n'entrèrent pas de suite dans mon esprit. J'étais paralysé. Perdu. Je n'avais pas le droit d'être là... Maman.... Le bruit de bureaux déplacés  me fit réagir.

*I...Il vient de demander qu'on se mette à deux... c'est vrai... mais mais....*

Incapable de me lever, je me tournais vers Ange. Lorsque j'aperçus alors un garçon venir à lui et ce qu'il en résulta sur le visage de mon ami, qui pourtant ne dis rien, je réagis, bouillant à l'intérieur. J'oubliais la magie et tout le reste, complètement en rage contre cet imbécile qui manifestement avait envie de.... jouer avec mon camarade. Hors de question ! D'un bond je fus debout, et je comblais le fossé entre ma place et les bureaux à présents côte à côte du garçon et de Ange. Me plaçant devant le garçon je le toisais, le regard implacable.

- Tu vas.... ailleurs. Je retenais des mots plus durs à grand peine. De toute manière, on devait m'entendre puisque personne ne faisait de bruit ici. Tu comptes bouger ou je t'aide ? A partir d'aujourd'hui Ange ne sera plus jamais seul c'est compris ? Dis lui Ange, à coté de qui tu choisis d'être assis. Après tout le maître nous à demandé de choisir, et je ne t'ai pas vu demander la permission à mon ami.

Je détestais ces lâches. J'étais peureux, mais quand quelqu'un qui m'étais cher était en cause je devenais... un peu agressif. Oh je ne souhaitais pas me battre et encore moins que tout cela ai des répercussions plus tard, mais il 'était impossible de le laisser faire. Je ne sortirai pas de mes gonds, du moins pas pour le moment. Je n'avais pas crié non plus. Mon but n'était pas de me montrer, je venais de parler normalement, mais avec détermination et colère enfouie. Posant mes affaires sur le bureau j'attendis la réaction de ce... garçon qui était certes malheureux mais n'avait pas à pourrir la vie de mon ami pour autant. Mon regard s'était attardé sur celui de Ange. Je comptais sur lui pour s'affirmer pour une fois qu'il le pouvait sans risquer de se faire taper. Juste dire mon nom... Et le maître ? eh bien à vrai dire je l'avais un peu oublié... tout comme la magie quoi... je réagissais au quart de tour sans forcément réfléchir avant...

~ Il est 13 heures 38 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 53

MessageSujet: Re: Études sur l'enseignement émotionnel (Veldrin)   Jeu 24 Oct - 12:09


Qu'est-ce qu'un petit garçon ne ferait pas pour plaire à une fille qu'il convoite ? Harceler Ange était à sa portée, et temps qu'il s'y emploierait, Oriée ne lui demanderait pas autre chose, et Osiris savait bien que cet autre chose pourrait s'avérer beaucoup plus difficile à entreprendre. D'ailleurs, la demoiselle ne manquait pas une occasion pour le rappeler à l'ordre ! À savoir que perturber par ce nouveau professeur, le jeune garçon avait momentanément oublié son "devoir". Ainsi, alors qu'il s'apprêtait à aller accoler son bureau à celui de son meilleur ami, la fillette lui tapota l'épaule, puis indiqua à Osiris de son visage hautain, la direction de Ange. Parfois il aimerait avoir la force de lui dire non... passer son temps à embêter toujours le même n'avait plus rien d'amusant. Mais bon, il nourrissait malgré tout l'espoir qu'elle devienne un jour sa petite chérie. Toutefois, c'était sans compter sur le nouvel arrivant... Ce gosse dont il ne connaissait même pas le nom s'osa à s'interposer ! Faisant fi du maître ce dernier lui intima de se retirer, allant même jusqu'à le menacer.

- J'étais là avant toi ! TOI va ailleurs ! Rétorqua Osiris en bousculant l'insolent.


Les enfants n'étaient pas fait pour être cloisonnés dans une attitude irréprochable, proche de la perfection. D'ailleurs qui l'était ? Conscient de cela, Veldrin s'attendait plus ou moins à ce qu'une rixe paraisse lors des changements de place. Avant de pouvoir être leur professeur, il fallait avant tout qu'il s'assure que c'était bien à des enfants qu'il avait à faire, et non à des automates. L'endroit était déjà bien assez lugubre pour qu'en plus les mômes s'y trouvant n'en soient pas vraiment. Il serait ironique d'enseigner l'émotion à des esprits dénués de toute empathie. Fort heureusement, il n'en était rien. Témoin de la bousculade, Veldrin se précipita jusqu'aux deux indociles, puis d'une main imposée sur l'épaule de chacun, il les sépara avec fermeté.

- Allons allons, on se calme ! Intima le professeur d'un regard noir. Inutile de vous chamailler, nous allons procéder autrement. Vous allez voir c'est beaucoup plus divertissant, et sincère.

Ne relâchant pas les deux marmailles, Veldrin s'en retourna jusqu'à son estrade. À savoir qu'avant que ses deux élèves n'en viennent à se disputer, le professeur avait deviné la cécité dans le regard vide et laiteux du petit garçon aux cheveux roux. Et de la tristesse sur un autre visage dont le bureau demeurait toujours seul. De cette observation, il en tira rapidement une conclusion...

- Étant donné que vous avez été les premiers à vous exprimer, je vais vous laisser poursuivre, à une petite différence près ; vous allez dire devant la classe votre prénom votre nom et d'où vous venez, ainsi que le prénom du camarade à côté duquel vous aimeriez passer l'année. Si le camarade nommé est d'accord, il aura juste à se lever pour se présenter à son tour.

- Mais j'ai rien fait c'est lui ! Se rebella le petit.

- Calme-toi. Répondit calmement Veldrin tout en se mettant à sa hauteur. Ce n'est pas une punition, je veux simplement que tu te présentes comme je l'ai fait devant vous lorsque vous êtes arrivés. Donnais-je l'impression d'être puni ou malheureux ?

- Heu... non.

- Alors n'ais pas de crainte, tout se passera bien. Chuchota le professeur afin de ne pas le bloquer en "l'accusant" d'avoir peur, ce qui était une honte pour un enfant devant ses semblables. Vas-y. Ajouta Veldrin d'une voix plus forte afin de ne plus lui laisser le choix.

- Ben heu... je m'appelle Osiris Maclins et je suis de Vel'kost. Marquant un temps d'arrêt, le regard de l'enfant s'attarda sur celui de son ami. Il était si triste... et apparemment bien déçu qu'il ne l'eut pas choisi la première fois. Et mon camarade c'est Noé !

À cette appellation le visage de Noé s'illumina d'un radieux sourire, puis d'un bond il se mit debout !


- Ben moi je suis Noé Abram et je suis aussi de Vel'kost. Répondit-il en sautillant d'excitation.

Désormais pleinement convaincu d'avoir à faire à de vrais enfants, Veldrin soupira discrètement de soulagement. Leur air était si sérieux, si froid à leur arrivée ; alors que maintenant chacun affichait sa propre expression. Enfin, jusqu'à ce qu'une fillette se dresse à son tour !


- C'est pas juste ! Vous nous forcez ! S'écria la petite à l'attention du professeur.

- Tu sais que ce n'est pas poli de crier ? Répondit Veldrin de son calme habituel. Puis avant que tu ne m'expliques ce à quoi je vous force, j'aimerais bien que tu te présentes.

- Je suis Oriée et vous nous forcez à nous mettre par deux, et puis juste parce que l'autre n'aime pas Osiris vous le forcez à changer de place !

- Pour te répondre Oriée, je ne vous ai pas forcé à vous mettre par deux, je vous l'ai demandé. Et si vraiment cette suggestion te déplaisait, il fallait me le dire tout de suite, parce que si je me fie bien à ce que je vois, tu as quand même choisi ta camarade. Puis tout en s'approchant de l'effrontée, Veldrin ajouta : Mais puisque tu n'es pas d'accord avec ma méthode, tu vas passer l'année à côté de moi, mon bureau est assez grand pour deux. Je me chargerai juste de te trouver une chaise plus grande.

- À ça non alors ! Rétorqua t-elle farouchement.

- C'est ce qui se passera si tu ne te rassois pas dans les cinq secondes qui suivent.

Dos au mur, Oriée finit par s'assagir. Mais sa mine boudeuse en disait long sur ses pensées du moment.

- Tu peux aller te placer à côté de Noé, Osiris. Reprit Veldrin après que la demoiselle se soit rassise. À ton tour bonhomme. Fit-il savoir à celui qui justement s'était opposé à Osiris.


Lorsque Hydran s'interposa, Ange ne sut comment réagir... Personne ne l'avait encore jamais défendu. En même temps, il n'avait jamais suscité le respect. Ce fut pour cette raison qu'il demeura sans réaction, et ce, même quand son ami lui demanda de s'affirmer ! Il en était tout bonnement incapable... Il allait le décevoir c'était sûr. Mais il était vraiment bloqué... Heureusement que maître Veldrin était là pour sauver la situation. Juste parce qu'il était trop peureux pour oser s'opposer à l'adversité. À cet instant présent, Ange espérait dans son moi que Hydran le nomme après s'être présenté. C'était égoïste car il ne le méritait pas, il était trop faible... et à Atminam, les faibles étaient les proies !

~ Il est 13 heures 42 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 25

MessageSujet: Re: Études sur l'enseignement émotionnel (Veldrin)   Lun 18 Nov - 17:48

J'allais faire un malheur, il allait s'en prendre une s'il ne partait pas rapidement. Pourtant il tourna les yeux et revint vers moi pour me demander à moi de filer en me bousculant. Reculant d'un pas de par son geste brutal je ne comptais pas me laisser démonter. Ange avait assez subit pour aujourd'hui et par ma faute encore. Aussi, j'avançais vers ce...lâche mais avant que je ne puisse lui dire ma pensée, une main se referma sur mon épaule et sur la sienne. Plusieurs mètres nous séparèrent de force à nouveau. Sur le coup je ne compris pas, résistant à cette poigne ferme, cherchant Ange des yeux qui ne s'était pas manifesté. je ne lui en voulais pas, mais je me promis qu'un jour, il s'exprimerait librement, qu'il n'aurait plus peur. Ce fut la voix plutôt dure qui me ramena à la réalité. Oh non.... c'était maître Veldrin ! je l'avais complètement oublié dans mon soucis de protéger Ange. Me calmant aussitôt et captant son regard noir, j'eus envie de disparaître sous terre. Pourtant rien ne se passa, du moins pas comme je l'imaginais. Il ne se vengea pas sur un autre élève, ni même ne chercha à frapper. Ainsi il était vraiment gentil ? C'était possible ? J'en doutais après avoir vu soeur Poultchery à l'oeuvre et vu la peur de mon compagnon de chambre lorsqu'il m'évoquait les cours.

Suivant docilement le maître pour lequel une pointe d'admiration et d'attachement naquit en moi, j'arrivais bientôt à l'estrade. Bien que détestant me faire voir, préférant de loin rester invisible, je ne fuis pas. Pourtant j'avais peur. Car même si je n'étais toujours pas prêt à céder la place à coté de mon nouvel ami, il m'était revenu à l'esprit que mes...camarades possédaient surement des.... dons, et que j'étais pour le moins en mauvaise posture, simple humain catapulté ici par l' envie de mèmère. Alors je regardais Ange pour ne pas voir la classe entière. Et j'entendis les parole du maître.

*Nous présenter ? enfin ! je vais pouvoir savoir qui ils sont ! pourquoi cela n'a t'il pas eu lieu plus tôt ? pourquoi une bagarre pour que je fasse leur connaissance ? nous on allait voir les nouveau chez moi... mais ici...*

Je faillis répliquer lorsque l'autre enfant décréta que j'avais commencé sauf que l'homme aux cheveux blancs le fit lui même. Oh bien sur pas de la même manière. Il l'encouragea car soudain, l'enfant ne semblait pas rassuré. Au moins je n'étais pas le seul. Lorsqu'il se présenta j'associais son nom et son apparence pour ne pas oublier. Même s'il était quasiment sur que j'en oublierai quelques uns aujourd'hui. Lorsqu'il annonça le nom de son camarade j'ouvris de grand yeux. Il était évident que Ange n'aurait pas réussi à dire non face à Osiris mais lui avait changé d'avis ! et ce fut le premier sourire que je vis sur son visage. D'ailleurs Noé aussi était content ! Il n'avait personne à coté de lui ! Mais pourquoi Osiris avait il préféré embêter Ange que aller à coté de son ami au début ? Je ne comprenais pas tout. Soulagé je souriais aussi quand une jolie petite fille parla. Comment ça forcés ? pourtant personne n'avait rien dit quand le maître l'avait dit ! Alors que "l'autre" que j'étais voulait prendre sa défense, maître Veldrin s'adressa à elle. Oriée qu'elle s'appelait. Qu'est ce qu'il parlait bien... Lorsqu'il annonça à la fille qu'elle serait avec lui à son bureau je ne pus m'empêcher de me détourner pour qu'on ne me vois pas rire. Oui rire... Depuis que j'étais arrivé ici c'était la première fois que l'envie me prenait. Décidément cet homme était formidable. Déjà je l'aimais. Finalement Oriée se calma et Osiris alla s’asseoir à coté de Noé. Et maintenant... c'était à au "bonhomme" donc à moi. Décidant de faire un effort je regardais l'ensemble de la classe, laissant mes yeux glisser partout avant de parler, sans toutefois sourire.

-Bonjour, je m'appelle Hydran Vélis, c'est mon premier jour ici. Ben oui je n'allais quand même pas taire cela. Au contraire je voulais montrer à tous que je voulais faire parti de cette classe, que je voulais qu'on m'accepte. Je viens du village d'Andras. Je faillis bien ajouter que je n'étais que normalité mais ce n'étais pas un atout. Pourtant je brulais de le révéler à maître Veldrin car je ne me trouvais pas à ma place, et j'avais honte. Néanmoins je laissais ça de coté pour m'occuper du plus important pour moi à ce moment. Tournant mon regard vers celui, vide de mon nouvel ami je finis ma présentation. Et mon camarade c'est Ange !

Un grand sourire illumina mon visage. J'étais fier d'être son ami. Il était peut etre différent mais je m'en fichais. Je ne voyais en lui que sa gentillesse, sa douleur et ce que je voulais lui apporter. S'il le désirait.

*S'il te plait Ange, accepte, accepte, accepte...*

Je ne pensais pas mériter son amitié. Je n'étais pas d'ici, je débarquais dans sa vie et la chamboulais. Mais s'il voulait bien me donner une chance, je ferais tout pour que tous les deux nous passions de bons moments. J'étais peureux et maladroit mais je voulais juste que nous soyons heureux ici. Même sans nos parents. Et puis si ma maman venait je lui demanderai de prendre Ange aussi. Je ne le laisserai pas ici. Car oui je souhaitais toujours partir. Tout étais trop frais, trop récent pour moi. J'arrivais juste. A vrai dire en ce moment je voulais pleurer. De tristesse mais aussi de joie car malgré tout dame Agnès avait pris soin de m'amener à Ange. Et c'était justement de lui que j'attendais la réponse.

~ Il est 13 heures 43 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 53

MessageSujet: Re: Études sur l'enseignement émotionnel (Veldrin)   Mar 19 Nov - 18:48


Cette classe était très différente des autres... là où d'habitude le professeur récitait son cours, ici le maître discutait avec les enfants tout en justifiant ses actions. Ange n'était bien entendu pas pleinement conscient de tout cela, mais cet univers plus coloré eut malgré tout le mérite de le dépayser. Il ne savait pas si il devait y croire... devait-il le fuir ou bien le vivre ? Les autres élèves avaient leurs yeux pour voir, cela suffisait à les rassurer. Mais Ange, toujours dans le noir, à quoi pouvait-il se rattacher, puisque de bruit il n'y avait point ? Du moins il le crut, jusqu'à ce que Hydran finisse par l'appeler devant tout le monde... Ho non... cette fois on allait vraiment le mépriser ! Son jeune ami n'en avait certes aucune idée, mais si déjà par la discrétion Ange était la risée, alors qu'en serait-il une fois mis à jour ? Si il en avait les moyens, il aurait effacé ce fait d'un bon coup de gomme, mais ne le pouvant... il se dut d'y faire face !

S'imaginant en pleine nature, il se leva de son rocher, admira quelques secondes l'horizon, puis s'adressa au couchant ; - Oui ! Avait-il répondu comme si l'astre lui-même s'adressait à l'enfant qu'il était. Je m'appelle Ange Ducovagne, mais je sais pas d'où je viens. Puis dans un souffle il ajouta : Je me rappelle plus...

Le jeune garçon ne savait pas qui il était, à savoir que même ce nom n'était pas le sien. Soeur Agnès lui avait prêté le temps de son séjour à Atminam, après quoi... ça sera à lui de s'en trouver un si d'ici là ses racines ne lui revenaient point. Ce fut sur cette preuve de courage, louée soit l'imagination, que Ange se rassit. Il espérait à présent être oublié de tous.


Ce petit semblait si fragile. Étant de plus non-voyant, il avait de quoi se sentir à l'écart. Comprenant alors la détresse de Ange, Veldrin décida d'accompagner Hydran jusqu'à ce dernier. Habitué à côtoyer des enfants en difficulté, le jeune professeur savait y faire. S'annonçant par un petit "bonjour" afin de ne pas le surprendre par le toucher, Veldrin posa un genou à terre, puis lui susurra ; - Tu n'as pas à avoir peur tu sais. J'aime beaucoup les enfants, cela te plairait-il de voir mon visage ? Le jeune professeur ne le brusquera pas, et attendra ainsi quelques minutes. En revanche, du côté des élèves les chuchotements moqueurs allaient bon train, une raillerie qui n'échappa guère à l'oreille avisée de Veldrin, ainsi qu'à celle sur-développée de Ange. Définitivement bloqué par cette entrave de méchanceté, le petit demeurera fermé à la tentative du maître.

- Ca n'est pas grave, tu as été très courageux. Reprit-il avant de s'en retourner sur son estrade. Vous me décevez ! Ajouta soudainement Veldrin à l'attention du reste de la classe. Vous pensez avoir du courage en vous riant du plus faible ? Je vous démontrerai à quel point vous vous trompez ! Pour l'heure, terminons-en avec les présentations voulez-vous ?

Alors que Hydran plaçait son bureau à côté de celui de son ami, les élèves restants se présentèrent au tour par tour. Parfois des questions furent posées, mais égal à lui-même, Veldrin y répondait en prenant bien le temps de se faire comprendre. Ainsi l'heure de cours arrivait à son terme, et bientôt l'univers allait à nouveau changer pour le petit Hydran...

- Nous y voilà les enfants, une heure est si vite passée... Cependant, j'attends de vous la définition des mots suivant pour demain sans faute ! Somma le jeune professeur tout en indiquant la liste figurant au tableau noir. On pouvait y lire ; Inconvenant, Utopique, Vilénie, Compassion, Dithyrambique et Acerbe. Je vous souhaite un bon après-midi.

~ Il est 14 heures 28 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 25

MessageSujet: Re: Études sur l'enseignement émotionnel (Veldrin)   Lun 2 Déc - 9:44

oui... oui... Oui  ! Ange m'avait répondu ! je ne pus retenir un petit bond de joie, bien vite raccourci afin de ne pas me laisser emporter dans mon élan de folie car ici, il fallait être sérieux. J'étais le plus heureux des garçons de tout Astrune. Mon camarade qui avait tant de mal à parler s'était levé pour moi ! Je mourrais d'envie de lui sauter dans les bras mais une fois encore ça ne serait pas bien vu donc j'attendrais que nous soyons seuls pour lui faire part de mon ressenti. Maître Veldrin décida de me raccompagner pour parler à Ange. Il était tellement... enfin différent. Il proposa que Ange puisse le voir ? Mais comment ? j'étais perdu là, je croyais que mon ami ne pouvait pas regarder autour de lui comme nous ! Il devait bien le savoir le maître non ? et les autres qui commençaient à chuchoter et à rire. Je lançais des regards noirs dans leur direction, je ne les supportais plus ! M'asseyant auprès de mon ami je pris sa main et la serra fermement  alors que l'homme retournait à son bureau, déçu des méchancetés des autres. J'étais bien daccord avec lui.

- On s'en fiche d'eux, moi je me moquerai jamais de toi, et merci de m'avoir répondu... je suis avec toi je te quittes plus !

J'avais chuchoté cette phrase pendant qu'une autre personne se levait afin de se présenter. Et ce fut long....mais long ! Non pas que ce n'était pas intéressant de  savoir d'où ils venaient et leurs noms mais je m'ennuyais, et puis je n'avais jamais été très patient. Alors je regardais un peu partout, retenant quelques visages et noms, espérant m'en souvenir, lançant un sourire ça et là mais toujours attentif à  mon compagnon pour voir s'il n'était pas trop mal, car il ne le dirait pas non, ça je l'avais compris. Enfin ce fut finit... Mais cela signifiait aussi la fin du cours ! Ah non pitié ce n'était pas possible pas déjà ! nous n'avions rien fait et puis je ne tenais pas à retrouver quelqu'un comme soeur Poultchéry ! Voila je voulais de nouveau rentrer chez moi, car j'avais peur de la suite. Je commençais juste à me sentir bien dans la classe de maître Veldrin qu'il fallait partir, c'était injuste ! J'écrivis les devoirs, me demandant bien ce que ces mots pouvaient signifier, mais je décidais d'y réfléchir plus tard avec Ange.

-Ne t’inquiète pas je les ai écris pour nous deux, on pourra faire nos devoirs ensemble... glissais je à mon camarade qui ne pouvait lire la liste inscrite au tableau.

Bon et maintenant c'était quoi la suite du programme ? Quelqu'un d'autre venait ou nous devions changer de salle ? perdu comme d'habitude depuis ce matin, je ne pus qu'attendre, dépité à l'intérieur de quitter cet homme si gentil. Regardant autour, je suivis le mouvement des autres, à savoir s'ils rangeaient leur affaires et s’apprêtaient à sortir ou non. Je ne voulais pas demander à Ange, il avait fait beaucoup déjà, alors c'était un peu à moi de me débrouiller et de le guider. Une poussée d'angoisse naissait. Je mourrais d'envie de sortir de cette tour de malheur, et de filer jusque chez moi. Ils avaient l'air si...malheureux ou méchants ici ! pourquoi je devais y être !

*Maman, papa, venez...je veux courir dans le village et jouer, mèmère n'avait pas le droit de m'emmener ici... et on prendra Ange, s'il vous plait venez...*

Cette prière silencieuse n'allait pas aller bien loin mais j'y croyais. Maman ne me laisserait pas être mal sauf si je l'avais mérité mais j'avais été sage non ? Pendant ce temps, mon visage, mes mouvements étaient restés les mêmes. Je savais cacher mes émotions, c'était facile et comme ça personne ne se moquait de moi. Car j'étais bien moins courageux que Ange... Et si Maître Veldrin et mon ami avaient réussi à me faire oublier un peu ma tristesse, elle revenait encore une fois à l'assaut ajoutée à la peur de l'inconnu.

~ Il est 14 heures 29 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 53

MessageSujet: Re: Études sur l'enseignement émotionnel (Veldrin)   Mer 29 Jan - 3:12


De sa main il chercha, un tissu il agrippa... lequel se froissa sous sa poigne. Sans en avoir conscience, Ange venait d'attraper la manche d'Hydran. Ce geste guidé par l'inconscient de l'enfant visait en réalité à remercier son camarade pour sa gentillesse. Son coeur quant à lui, enfermé dans une chambre inviolable, ne pouvait y croire. Comment, après toutes ces fausses approches, la sincérité pouvait-elle trouver sa place ? Depuis longtemps maintenant, Ange avait cessé de croire en la bonté d'autrui. De son visu, tout acte bon comme mauvais n'obéissaient qu'à une seule éthique ; le nuire ! Son calme naturel privait l'internat d'en avoir vent, de plus... son jeune âge ne lui permettait pas de comprendre la complexité de ses sentiments. Ne pouvant alors s'en libérer, Ange s'enferma dans l'autisme. Cet état second lui permit d'évoluer dans son propre monde, dans lequel enfants comme adultes s'adonnaient à la joie et au jeu. Sa vie, il la savait aussi noire que les ténèbres dues à sa cécité, Ange savait également que si ses yeux pouvaient voir, il ne verrait alors que des visages enlaidis par la haine et des murs aussi gris que la misère... Lui y songeant depuis son lit au coeur de la nuit froide, les larmes s'en venaient le bercer. Bien des matins son visage s'en retrouvait asséché par sa liquide mélancolie à la saveur saline.

Les bruits de pas multiples, signalant à Ange que le groupe d'élèves sortait de la classe, le forcèrent à se reprendre. De là, il lâcha la manche de son ami afin de pouvoir lui saisir la main. Oubliant alors le maître Veldrin, le petit garçon empoigna ses affaires puis tira Hydran jusqu'à la suite des autres. Il serait mal avisé d'être en retard pour le cours suivant, un cours qui n'avait rien de... plaisant ! Tout du moins pour Ange. Malgré ces deux ans passés à l'étage du Caprice, l'enfant n'avait toujours pas compris l'intérêt de cette étude, si ce n'était que pour la terreur qui en découlait !

[OUT : Au cours suivant ~ICI~...Arrow]

~ Il est 14 heures 30 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Études sur l'enseignement émotionnel (Veldrin)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Études sur l'enseignement émotionnel (Veldrin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrune :: ~ LES TERRES DE BRUME ~ :: Atminam :: La tour d'Atminam :: Premier niveau : Le caprice :: Salles de classe-
Sauter vers: