AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Vous ne pouvez pas vous inscrire sur ce forum !

À savoir que seuls les membres ayant signés le pacte Des Sept Destinées,
auront le libre accès sur Astrune.




Les Sept Destinées ~ICI~



Partagez | 
 

 Un jour gravé dans la pierre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages 53

MessageSujet: Un jour gravé dans la pierre   Lun 4 Nov - 12:57

[Arrow...suite de ~ICI~]

Non sans peine, Sanile, l'imposante et complexe foreuse de Gulio, finit par s'extraire de son boyau. En revanche, le Nain se garda bien de faire part de ses intentions de murer le tunnel à ses deux passagères, et pour cause, il se doutait un peu que si elles venaient à savoir que désormais elles étaient prisonnières de ce lieu, elles voudraient partir au plus vite. En même temps, si ces dernières escomptaient regagner la surface, les Nains pourraient en retour de leur témoignage, apporter une aide précieuse. Seulement, comment le leur expliquer tout ça, alors qu'il n'avait aucune maitrise de leur langue ? Le mieux était donc de les conduire jusqu'à son Roi, et de là le dialogue finirait par s'instaurer.

Deux heures plus tard...

La route à travers l'Ombre-terre fut longue et tortueuse, mais une fois parvenus au havre d'Albio, Gulio, Pheare et Ydris descendirent de machine. À la parution des deux étrangères, les gardes de Rozmiar crurent dans un premier temps à une tromperie de ce cher Gulio, bien sûr, il n'en serait pas à son deuxième coup d'essai. Mais en touchant la main de l'Oubliée qu'ils pensaient jusque là barbouillée de suie, ils durent se raviser. C'était tellement... incroyable ! Comment avait-il fait ? Voilà bien une question que Pheare ne se posait guère, car non contente d'être le centre de tant de regard, la jeune femme commença à se faire nerveuse et irritable. Refusant d'être touchée par ces malotrus, elle finit par empoigner fermement le bras du responsable qui les avait amené jusque là. Gémissant sous la douleur occasionnée par l'étonnante force de celle-ci, Gulio se dut de prêter oreille à ses paroles pour le moins... inquiétantes ; "Si tu ne veux pas que je me serve de ton sang comme d'un tapis rouge, t'as tout intérêt à faire cesser ce spectacle !".

Pheare n'était en aucun cas désireuse de céder sa place à son double malfaisant, mais tous ces regards fichés sur elle lui rappelaient sans cesse ceux des créatures qui lui avait volé son enfance. Guidée par la crainte de recouvrer ses racines meurtrières, la jeune femme usa de colère à l'égard de Gulio. Et cela paya ! Effrayé par ses yeux rouges, le Nain prit les devants, et intima aux gardes de les escorter jusqu'au palais ! Il prétexta que le Roi devait être informé de sa découverte dans les plus brefs délais, il ira même jusqu'à évoqué que l'une d'elles venait vraisemblablement de la surface.

Une heure plus tard...

Suite aux dires du messager porteur de la nouvelle, le Roi Sildar ordonna la mise en place immédiate d'un banquet en l'honneur des deux étrangères. Intrigué mais à la fois étreint par la hâte de faire leur rencontre, Sildar se demandait à quel genre de personnage il allait avoir à faire. Allaient-elles être comme les Oubliés ; chétives et naïves, ou bien comme eux ; trapues et têtues ? Tant de questions, à tel point que son cerveau lui fit comprendre au travers d'une migraine qu'il saturait par manque de place.

Les préparatifs allaient bon train, et comme à son habitude, le Roi demeurait fièrement assit sur son trône. Quand soudain ! les immenses portes qui séparaient encore cette salle du hall, s'ouvrirent... La garde royale forma une haie d'honneur, puis... un carrosse bon marché tracté par deux Nains fit son entrée. Gulio avait opté pour cette solution afin de préserver la discrétion. Ainsi les étrangères furent à la fois isolées des regards et de la foule qui se serait sans doute possible, empressée de les toucher. Depuis son trône, le Roi leva la main, faisant ainsi comprendre aux "mules" de s'arrêter. Le carrosse désormais immobile, Pheare et Ydris comprirent que leur heure venait de sonner...

Dans le même temps, Gulio s'empressa d'informer le valais de Sildar que les étrangères parlaient la langue des Oubliées. Une information que ce dernier eut bien vite fait de transmettre à son monarque. Ce fut alors que le Roi en personne salua solennellement les deux femmes, tout en les invitant à descendre de voiture... Toujours depuis son trône bien entendu.



Bien que désolée de s'être emportée, Pheare demeurait sur ses gardes. Heureusement, l'Humaine parvint à reprendre son souffle lorsque le petit homme les invita à monter à bord d'un "carrosse". Fait d'un bois visiblement recyclé, cette caisse à roulette fut pour Pheare un sanctuaire. Assise face à Ydris dans une semi-obscurité, la jeune femme fit abstraction de la réalité. Elle redoutait ce qu'elle allait découvrir une fois que la porte s'ouvrira. S'avouant une crainte jusque là refoulée, Pheare finit par faire part à Ydris d'un désir qu'elle n'aurait jusque là jamais cru possible...

- Si Mina était là, je me sentirais plus rassurée...

Le caractère de la Vampire était parfois offensant, mais il avait aussi un côté protecteur. Étant donné qu'elle était la première à râler si quelque chose ne lui convenait pas, elle devenait pas défaut la première concertée. Oui, Pheare s'en rendait compte désormais... Mina avait bien plus à leur apporter qu'en témoignaient les apparences. Seulement, qu'elle le veuille ou non, son absence était irrévocable.

- Il faut que je me reprenne. Ajouta la jeune femme sur un ton plus sec. M'être laissée "portée" par Mina semble avoir amoindri mes convictions. Cette pensée d'être là comme deux petites filles ayant peur de se faire disputer me rebute. Faisons face ensemble comme nous l'avons fait jusque là, vous le voulez bien ?

Elle mourrait d'envie de se laver, la puanteur lui collait à la peau, surtout si l'on se souvenait du "costume" qu'elle se dut d'enfiler à un moment donné. Puis le temps passa, un temps pendant lequel elle ne répondrait que sommairement aux dires de la prêtresse si celle-ci venait à lui parler, et ce, jusqu'à ce que le carrosse finisse par s'arrêter. Quand bien même le monde semblait affluer là dehors, Pheare fut la première à imposer sa main sur la porte, visiblement pressée d'en finir... Dans la foulée, une grosse voix se fit entendre, les invitant à sortir. La bonne nouvelle dans tout ça, était la langue dans laquelle elle s'était exprimée.

- Je sens l'odeur de la bonne pitance. Fit-elle constater, avant de reprendre après une brève séance de humage. Et bien en avant... l'aventure nous attend ! Termina Pheare en poussant la porte.


Gulio n'aurait jamais eu l'audace de pousser le mensonge jusqu'au Roi, ce fut pourquoi ce dernier y crut dur comme la pierre. Puis le moment fatidique arriva. Une femme à l'allure étrange fit son apparition... qu'est-ce qu'elle était grande songea Sildar, plus encore que les Oubliés. Elle était aussi très crasseuse, était-ce une religion pour elle, ou bien venait-elle de livrer bataille ? Encore des questions. Enfin, l'heure des interrogations n'étant plus de mise, le Roi se leva, puis s'adressa de sa voix rocailleuse et tonitruante à la nouvelle arrivante.

- Soyez la bienvenue au sein de l'immense cité de Rozmiar, étrangère ! Comme vous pourrez le voir, un banquet a été érigé en votre honneur, mais avant que vous ne vous emplissiez la panse jusqu'à plus soif, j'aimerais que vous nous parliez un peu de vous !

Alors que les gigantesques portes se refermaient derrière elle, Pheare oublia le sens du mot "intimidation", ce qui la poussa à s'avancer jusqu'à l'une des grandes tables regorgeant de denrées. Les couleurs étaient variées et l'odeur alléchante, mais elle serait incapable de dire ce que c'était !

- Je vous remercie pour ce chaleureux accueil votre Majesté. Répondit finalement la jeune femme au travers d'une révérence. Car telle était le respect dont il fallait faire preuve devant le monarque d'Enkidiev. Je me prénomme Pheare votre Grâce, et j'appartiens à la race des Humains. Je suis un chevalier, une classe guerrière.

- Ha-haaaa ! Une guerrière, j'en suis tout émoustillé jeune Dame ! Puis il reprit sur un ton plus posé. Un Humain ? Je serais tenté de dire que je n'y vois rien d'extraordinaire, mais entre nos murs, c'est une révélation ! Sacré nom d'une pipe, ça mérite une bonne bière ! DARSE !

Le tour d'Ydris allait s'en suivre, et quelque chose chuchotait à Pheare que les réactions n'allaient pas être aussi solennelles. La jeune femme n'était sûre de rien, sauf peut-être d'une chose, il fallait se méfier de ce Roi. L'air mauvais qu'il affichait en disait déjà long, quant à la richesse évidente qui émanait de cette pièce ne faisait que conforter son premier ressenti. Dans quelle bouche de l'enfer venaient-elles encore de s'engouffrer... ?

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 17 heures 42 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 22

MessageSujet: Re: Un jour gravé dans la pierre   Mer 27 Nov - 10:26

Ouch... la drow et l'humaine étaient calées dans la machine étrange de leur sauveur. C'était certes un peu étroit mais que pourraient elles demander maintenant si ce n'était partir d'ici ? Et retrouver Mina peut être... Ydris soupira, et vit une fiole dans la main du petit homme qu'il balança pour provoquer une explosion. A cela, la jeune prêtresse eut envie de hurler mais tout se passa très vite. L'engin se referma et ils reculèrent, complètement secoués pour retrouver le trou formé juste avant. Ydris ne put donc que poser une main rageuse sur le coté, fermant un instant les yeux. Elle n'était pas malade non. A vrai dire elle avait peur pour leur compagne d'infortune. Est ce que cette explosion avait pu l'atteindre ? Il fallait qu'elle s'en sorte. Elle le méritait. Soupirant, car complètement inutile et enfermée dans une machine qui les menait dans une ville inconnue, Ydris songea qu'elle devrait se préoccuper de la suite. Pas la peine de vouloir discuter car Pheare était murée en elle même et... inquiète. La prêtresse pouvait le ressentir et de toute façon la même émotion l'étreignait.

*J'ai quitté mon pays où nous n'étions que légende pour rejoindre un combat que je croyais miens... J'ai finis par me retrouver avec mes pairs mais à nouveau le monde a changé et je me suis retrouvée ici... avec une autre moi. Par Azura un peu de calme serait le bienvenu, mon crâne va imploser.*

Heureusement le chemin fut long. Et si la jeune prêtresse était perturbée, et presque sourde, ce voyage lui permit de se calmer, de se retrouver pour ainsi se reprendre. Parfait car leur sortie de l'engin fut mouvementée. Des personnages armés se présentèrent et bientôt beaucoup voulurent les toucher. L'un d'eux frotta la peau d'Ydris comme pour effacer sa couleur. La jeune femme, peu désireuse de faire l'objet d'une découverte retourna une gifle à l'homme. Elle mourrait d'envie de les éblouir ou bien de sortir l'épée de son fourreau. Cependant il fallait se contrôler. Pheare ne supportait guère mieux cette agitation et brusquement la jeune femme eut l'impression de retrouver un instant celle qui avait voulu la tuer auparavant, contrôlée par les bouffeurs de cerveau. Ydris se passa de commentaires car leur sauveur, complètement effrayé, leur procura une autre.... invention dans laquelle elles montèrent pour une fois de plus... faire de la route. La jeune femme lui en fut reconnaissante, car ainsi elles étaient cachées à la vue de tous. Il se passa encore du temps, durant lequel la prêtresse prit le temps de remarquer que tous les habitants de ce lieu semblaient de même taille ou presque que l'individu qui les avait emmenés ici. Ce fut l'humaine qui la sortit de ses pensées.

-Oui, à moi aussi... Ydris se racla la gorge. Nous sommes arrivées ici ensemble et nous continuerons ensemble. On ne va pas faire regretter à Mina de nous avoir sauvé la mise !

Elle s'esseya à un léger sourire, contente que Pheare possède des pensées similaires aux siennes. Il était vrai que la vampire avait tout mené jusqu'à présent, mais voila qu'il fallait se débrouiller seules. Une voix, et ce dans leur langue, s'éleva. C'était le moment. L'humaine avait l'air pressée mais sa remarque fit rouler des yeux la drow. Ah...la nourriture, si seulement c'était leur seule préoccupation du moment ! Enfin... la jeune femme sortit la première, et Ydris attendit. Elle guettait le bruit de la conversation. Ce roi lui paraissait curieux, comme son peuple. La prêtresse ouvrit de grands yeux aux réponses de sa compagne. Elle aurait pu jurer que Pheare avait déjà du faire face à des roi par le passé pour se comporter ainsi... Elle se décida à retenir les paroles étant donné que les matrones n'agissaient pas vraiment de la même manière.

*Allez... qu'on en finisse, et Pheare a raison je meurs de faim et ça sent plutôt bon.*

Oui car c'était à son tour. Seulement Ydris craignait non seulement pour ses dires mais encore pour sa couleur. Personne ici, du moins qu'elle n'ai vu, n'était noir de peau. Si leur sauveur l'avait bien prit, le roi en ferait il de même ? Etant invitée à avancer, la prêtresse rejoignit Pheare pour s'arrêter à coté d'elle. Elle eut le temps de noter l'air plutôt mauvais du roi et ses émotions reflétant cet état de fait. Egalement il n'avait pas bougé de son trône. Et ce malgré les paroles de Pheare. Les coutumes locales voulaient elles que le roi soit intouchable et immobile ? Laissant l'anthropologie de coté, et puisqu'il le fallait, la jeune femme courba la tête et le buste, avant de relever la tête pour parler.

-Je m'associe à Pheare pour vous remercier. Apres un regard à celle ci, la drow poursuivit. Je m'appelle Ydris, et je suis une elfe noire qui vit à la surface. Sortir cela fut plus dur qu'elle ne l'aurait cru. En même temps la jeune femme n'avait pas pour habitude de se balader devant autant de monde. Pour finir elle ajouta, ma vocation est la prêtrise votre majesté.

Ces deux derniers mots, elle les tirait de l'humaine à coté d'elle. Espérant avoir été assez respectueuse, elle attendait à présent une réaction du roi. Elle ne l'aimait pas. Trop de mauvaises intentions, liées à ses émotions, émanaient de lui. Contrairement à la plupart des petites gens qui manifestaient eux, une curiosité saine et belle. Il faudrait se méfier. Néanmoins en sondant Pheare, la drow apprit qu'elle n'était pas loin de ressentir la même chose. Bien au moins elles étaient deux. Et Ydris ferait tout pour qu'elles ne soient pas séparées.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 17 heures 43 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 53

MessageSujet: Re: Un jour gravé dans la pierre   Mer 2 Avr - 23:35


Cette étrangère avait de bien curieuses manières, ou bien n'était-ce qu'une normalité pour les êtres comme elle ? Le Roi s'attendait tout de même à en voir d'avantage ! Mais la donzelle finit par s'adonner au silence, avouant par ce fait son appartenance à la vermine inutile et sans talent. Les Nains avaient pour coutume d'énoncer en plus du reste, leur savoir faire. Ainsi, si cette femme ne disait rien de plus que "guerrière", pour le Roi ça résonnait comme ; ce n'est qu'un titre au sein de ma société, ni plus ni moins ! En d'autres termes, il ne s'agissait là que d'une roturière dont on ne pouvait rien tirer. Quant à la seconde, ce fut dés l'instant où elle descendit de voiture qu'elle captiva l'attention du monarque. Une peau faite d'obscurité ?! Voilà quelque chose qui sortait de l'ordinaire ! Une réjouissance hélas de bien courte durée... Et pour cause, il fallut qu'elle ouvre la bouche pour arracher à sa prestance le peu de mystère qui en émanait ! Elle se présenta en tant qu'Elfe noire. À partir de cette phrase, Sildar comprit à quelle créature perfide il avait à faire. Même pas arrivée que déjà elle se moquait de lui, pourquoi évoquer l'évidence sinon ?! Ca se voyait qu'elle était noire, non ?! Il la laissa néanmoins discourir mais non sans la dévisager, elle qui était si laide.

- La surface... Répéta le Roi avec dédain. Vous ne savez donc rien sur ce qui se passe à Rozmiar, hein ? Il serait une bonne idée de refaire votre éducation, étrangères ! Mais il faudrait que ça se fasse dans une atmosphère mutuelle. Sur ses mots, Sildar se leva. Sous le regard de millier de Nains, vous apprendrez !


D'emblée Jimpi comprit ! Valet au service du Roi depuis sept ans, Jimpi avait pour mission de veiller sur son Monarque. Le sage l'avait mandaté à cette périlleuse tâche afin de réduire au maximum ses accès de démence. Depuis l'affrontement, rien ni personne n'était en mesure de faire entendre raison au Roi. Toutefois, sans que nul ne puisse l'expliquer, pas même les Oubliés, Jimpi parvint en de rares occasions à le faire changer d'idée. Choisi pour son mystérieux talent, le valet allait devoir en faire usage si il escomptait sauver les étrangères d'un bien funeste Destin ! Car ce à quoi songeait Sildar laisserait ces pauvres Dames pantoises !

- Un instant mon Roi ! Interpela le valet avec conviction.

- Quoi ?! Rétorqua le Monarque, outré qu'on s'en vienne le déranger alors qu'une riche idée l'inondait.

Une fois au plus près, il lui chuchota dans sa langue natale que ça serait prématuré de mettre en application ses dires. Que les étrangères ne sauraient se montrer à la hauteur ! Mais Sildar avait déjà pris sa décision. Bousculant Jimpi tout en lui signalant d'un regard noir qu'il vaudrait mieux ne pas insister, le Roi reprit la parole d'une voix suffisamment forte pour que l'ensemble ait vent de ses intentions.

- Une nouvelle vie vous attend, étrangères ! La Lice a un grand besoin de sang neuf pour étancher sa soif ! Dans un mois, il se déroulera un grand tournoi comme au temps de nos ancêtres. Et durant ce mois de préparatifs, vous serez formées par Falkir, pour notre plus grande joie !


Les civilités tournèrent court, sans que rien ne le présage, le Roi décida du sort des jeunes femmes plus vite que pourrait le faire la foudre en frappant un arbre ! Mais pourquoi ? Et qu'était donc cette Lice ?! Était-ce une coutume chez ces petits bons-hommes ? Depuis son fort intérieur, Pheare était convaincue d'un danger imminent. Ce Roi ne ressemblait guère à celui d'Enkidiev, il avait au contraire tout d'un tyran affublé d'une couronne ! Cependant, consciente d'être désormais livrée à elle-même, au même titre qu'Ydris, sa possibilité d'interaction s'en retrouvait sérieusement compromise. N'ayant que la voie diplomatique pour arme, Pheare comptait bien faire entendre son plaidoyer !

- Un instant ! Somma la jeune femme le visage assombri par la colère. Si j'ai bien compris, vous comptez nous asservir pour votre divertissement ?

- Et le vôtre ! Répliqua le Roi pendant que les gardes les encerclaient. Savez-vous ce qu'est une Lice, étrangères ? Le savez-vous ?!

- En surface c'est une autre manière de nommer une arène, piste où se déroule des combats. Répondit-elle la voix grave.

- Tu as bien appris ta leçon fillette. Mais ici tu trouveras un nouveau sens au mot ; combat !

- Ce n'est pas ce à quoi nous aspirons votre Majesté. Alors que la jeune femme s'expliquait, Jimpi en profita pour s'éclipser discrètement. Retourner en surface est tout ce qui nous incombe ! Nous imposer une vie d'esclave comme vous le préconisez ne fera que renforcer notre envie de vous résister. Et si vous insistez malgré tout, alors nous ne vivrons que pour vous abattre ! À cela, ses iris s'illuminèrent légèrement, démontrant davantage la sincérité de ses paroles.

- Ah ah ah ! Gachiarde ! Même une paria aurait plus de bon sens ! FOULTIK SALAMA !

Il n'était pas difficile de comprendre la définition de ces mots barbares lorsque les gardes fondirent sur les étrangères pour les empoigner. Étonnamment Pheare se laissa maitriser, et pendant que celle-ci se faisait mettre les chaines, Sildar s'approcha de l'ombre parlante. Lui arrivant au niveau de la taille, il signala de la tête à ses hommes de la faire mettre à genoux. Pouvant désormais la regarder dans les yeux, il lui susurra...

- Ton sang est de quelle couleur, créature ? Plongeant sa main dans sa poche, le Roi en sortit une dague à la lame partiellement crantée. Puis, la brandissant sous le nez de l'ombre, il ajouta : Patience... ou envie... envie... ou patience... Répétait-il le regard vide tout en faisant aller son arme de droite à gauche et de gauche à droite.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 17 heures 47 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 22

MessageSujet: Re: Un jour gravé dans la pierre   Mer 14 Mai - 16:48

Il semblait à Ydris que leurs manières et celles de ces créatures différaient. Du moins c'était les ressentis qu'elle percevait de par son empathie. De plus l'entendre l'avait énervé. Elle avait beau chercher, elle ne voyait pas le mal dans ses paroles ! Ce roi était manifestement aussi mauvais qu'elle le pensait et que son allure laissait à présager. Il la laissa néanmoins finir avant de discourir lui même. Rozmiar... c'était donc le nom de ce lieu...consonance assez étrange du point de vue de la drow. Le monarque finit par comprendre la logique même, à savoir qu'elles ne connaissaient rien à leur ville, puisque venant de la surface. Il décida donc de refaire une partie de leur éducation. Cela ne plut guère aux oreilles de la jeune femme. Elle voulut répliquer, mais un autre nain se déplaça. Le ton outré du roi ne put qu’accroître l'antipathie que l'elfe noire lui vouait. Il ressemblait à une matrone en train de corriger un subordonné... Quelle suffisance ! Il bouscula même l'autre alors qu'il semblait son aîné... le respect visiblement lui était inconnu. La prêtresse lui ferait volontiers rencontrer les pires de sa propre race, peut être cela calmerait il un peu ses ardeurs à ce nain ! Ses paroles prochaines mirent un peu de temps à rentrer dans l'esprit d'Ydris.

*Une lice ? Un tournoi ?... un mois, pourquoi nous entraîner ? veut il vraiment que nous apprenions des siens ou bien a t'il quelque chose de plus pourri encore en tête ?*

Jusqu'à présent elle pensait que ce roi les obligerait à apprendre leur histoire et leurs coutumes voire à les respecter mais s'entraîner pour un tournoi...  cet odieux personnage voulait s'amuser à leur dépends rien de plus ! Il en fallut de peu que la prêtresse ne sorte son arme. Pheare l'en dissuada en prenant la parole. Alors que les deux s'expliquaient et que les gardes approchaient dangereusement, la drow pensait que finalement Mina aurait davantage de chance qu'elles et que les bouffeurs de cerveau n'étaient pas si dérangeant finalement. Au moins se faire bouffer ne durait guère ! En colère, elle ne put que hocher la tête aux paroles de l'humaine donc les yeux s'illuminèrent un court instant. Ce peuple, et plus particulièrement cet être surtout, venait de se faire deux ennemies.

Sans surprise, les gardes leur tombèrent dessus. Comprenant qu' ici rien n'était possible, pas entourées de milliers de minis humains à longue barbe, elle ne donna pas de résistance à ces messieurs. Pheare non plus. Pourtant Ydris se contrôlait. Se laisser mettre les chaînes sans résister était une grande atteinte à son orgueil personnel, et à l'honneur qu'elle prônait. Se forçant au calme en rappelant à elle l'image de la dernière arachnide en date qu'elle avait écrabouillé personnellement, elle sentit le roi arriver. De là elle fut forcée à s'agenouiller par les hommes de main de cette créature. Quelle humiliation... Enfin, elle était toujours à même hauteur que lui et non en dessous c'était déjà ça. Le monarque sortit une dague tout en lui susurrant quelques mots. Quoi ? Décidément elle ne comprenait pas ce personnage. Pourquoi la couleur de son sang ? après avoir si mal réagit lorsqu'elle avait avoué être... Non...lui aussi avait un problème de couleur ? Il était vrai qu'ici les nains étaient pâles, mais elle ressentait autre chose que de la banale curiosité mal placée. Le voir jouer ainsi avec sa lame continua d'énerver Ydris qui ne parvenait pas à réfléchir. La narguant, il comptait apparemment une réaction. Eh bien tant pis si la colère était l'émotion tant attendue, il était impossible à la prêtresse de se retenir davantage. Après tout ce qui s'était déroulé depuis son réveil, son sang froid était à son minimum et la prêtresse laissa son sentiment prendre le pas sur la raison. Cela ne ferait peut être rien de bien, mais au moins ça la soulagerait. De fait, elle sourit au monarque avant qu'une intense lumière ne soit projetée juste devant elle. Elle en concentra la puissance afin que la majeure partie de cette lueur n'affecte que le roi.

- Vous devrez attendre un peu avant de le découvrir je le crains votre Majesté !

Lança t'elle avec tout le dédain et la colère dont elle était capable. N'ayant guère réfléchit avant d'agir, elle comptait sur la surprise, et sur la puissance de son attaque. Après tout ici, ils n'étaient guère habitués à la lumière non ? Tout ce qu'elle voulait c'était soulager ses pauvres nerfs. Voila qui était fait à présent quel qu’en soient les conséquences immédiates ou futures. Chacun explosait un  moment donné non ? Mina avait bien failli la bouffer à force de se retenir. Eh bien Ydris elle, c'était maintenant. Elle le regretterait peut être, et l'humaine lui en voudrait surement, mais sur le moment, elle n'y pensa pas. Le niveau de pression redescendait, et se stabilisait à nouveau, ce qui était indispensable à sa santé mentale...

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 17 heures 48 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 53

MessageSujet: Re: Un jour gravé dans la pierre   Sam 17 Mai - 13:57


Cette créature filiforme semblait si faible, si fragile ! C'en était presque injuste pour le bon plaisir de Sildar. Elle n'avait aucune chance dans la Lice, ainsi préférait-il la finir personnellement ! Portant sa lame au plus près de son visage, il ne prêta guère attention au rictus insolent désormais fiché sur ses traits. En l'espace d'une seconde, alors qu'il lorgnait l'autre étrangère, une avalanche immaculée s'abattit sur lui ! L'effet de surprise fut sans précédent. Gémissant d'une voix monocorde, le roi porta l'intérieur de son bras au devant de ses yeux meurtris. Dans l'action, la dague qui était jusqu'alors imposée sur la joue gauche de la ténébreuse, creusa sa propre tranchée quand la main qui l'enserrait s'en retourna à son propriétaire. Supplantant la marque de Lolth, cette balafre fraîchement taillée partait de la proche oreille pour finir jusque dans le creux du nez, à quelques centimètres à peine de l'oeil ! L'adrénaline ayant sans doute dû couvrir la douleur, la créature s'exprima avec moquerie. Tout compte fait, elle sera très bien pour l'arène ! Songea t-il derrière son aveuglement.


En revanche pour Pheare, c'était d'une toute autre situation qu'il s'agissait ! Sous la coupe d'une innommable colère, elle luttait contre sa nature. Si elle s'adonna si docilement à ses entraves, c'était justement pour épargner à Ydris un sort funeste. Mais à en juger par l'évolution des événements, la prêtresse risquait malgré tout de passer de vie à trépas ! Abandonnant alors toute compassion, vidant son coeur de toute pitié, l'humaine serra les poings. Une saveur cuivrée inonda sa bouche ! Ainsi, lorsque la prêtresse fit part de son coup de semonce au travers d'une lumière aussi pure que puissante, Pheare renonça à son humanité !

-*Il suffit de tout cela, il suffit !*

Elles n'avaient rien demander à personne ! Il suffisait d'être les victimes de tout et n'importe qui ! Profitant du chaos ambiant, l'humaine bouscula chacun des gardes qui l'entourait à l'instar d'un chien se secouant pour se délester de ses puces. Sautant pour faire passer la chaîne qui pendait depuis son dos devant elle, Pheare se rua sur le carcan de la prêtresse ! Cinglant avec violence le visage des soldats, elle s'assura de la liberté d'Ydris avant de finalement se soustraire à la démence ! Par chance, cette dernière n'avait pas encore été entravée par le fer, elle ne devrait donc point souffrir de veiller à sa propre sécurité. Mais alors que le tyran semblait se remettre de sa surprise, Pheare le dévisagea de son air le plus terrifiant...

- Arrêtes-moi si tu le peux ! Crève sale chien ! Lui cracha t-elle avant de se changer en la Pheare macabre au nez et à la barbe de tous. Le carnage pouvait commencer !


Les yeux papillonnants dans l'espoir de gommer les tâches lumineuses, les gardes ne purent intervenir au mieux de leur capacité ! En outre, l'un des malheureux encore au sol le visage marqué par la chaîne l'ayant fouetté, fut le premier à faire les frais de la fureur de Pheare ! Dégageant son heaume d'un bon coup de pied, la démente s'élança avant de se laisser tomber à genoux sur le crâne du Nain. N'ayant point entendu de craquement, elle réitéra l'opération qui cette fois porta ses fruits ! Recouvrant rapidement leur dextérité, les soldats chargèrent la folle tout en faisant barrage avec leur bouclier ! Bondissant sur la table de victuailles, Pheare la traversa pour ainsi se rendre jusqu'au mur où était accrochée une lourde hache à deux mains. L'arme pesant dans les cinquante kilos n'était pas des plus simples à manier, mais là n'était guère l'intérêt de la démente ! Consciente de leur imposante protection faite d'armure et de rondache, Pheare véhicula toute sa force au travers du poids de son nouveau jouet.

- Mais qu'est-ce que... ALLEZ SAISISSEZ LA ! Intima le roi depuis l'autre bout de la pièce.

Tournant par deux fois sur elle-même, les gardes cessèrent leur progression pour s'éviter un coup gratuit. Mais quand tous furent suffisamment proches, la démente lâcha la hache en direction du petit groupe ! La force inouïe qu'eut l'impact sur leur bouclier en renversa la plupart dans un vacarme de cris et de chocs métalliques.

- FIDIA ! S'écria le monarque soucieux du danger qui s'instaurait.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 17 heures 50 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 22

MessageSujet: Re: Un jour gravé dans la pierre   Lun 30 Juin - 8:47

La douleur, masquée par l'adrénaline, ne se fit sentir qu'ensuite. Une impression de chaleur irradia la joue de la prêtresse. Elle en comprit la cause, mais n'eut pas le temps de s'y attarder, car Pheare, semblant ne plus pouvoir contenir sa colère, se rua contre ses gardes et avec baucoup d'agilité parvint à faire de ses liens, une arme. De là, Ydris n'eut pas le temps de chercher à se débattre elle même, et ce puisque l'humaine fut en instant à ses cotés, s'assurant de sa liberté. Ensuite... ce fut le chaos. Pheare changea. Ydris ne parvint plus à lire ses émotions. La haine, la colère, il n'y avait plus vraiment de tout cela non, c'était différent. Et les petites personnes en prirent pour leur grade. Saisisant son épée, la drow se prépara à se battre. Cependant personne ne faisait attention à elle, évidemment l'attention était concentrée sur Pheare. Sauf que celle ci paraissait invincible et complètement hors de contrôle.

*Elle rudoit les gardes comme les autres, sans aucune attention. Pheare ne ferait jamais cela.*

A cela lui revint en mémoire que l'humaine l'avait délivré avant de changer. Alors elle savait, oui Pheare savait ce qui allait advenir. Se ruant dans un coin de la pièce d'où elle voyait à la fois l'humaine et le roi, Ydris réfléchit. Le sentiment de frustration et de colère était monté lentement dans l'esprit de la jeune femme à présent déchaînée, puis le contrôle lui avait échappé. Le problème étant que ce n'était pas comme ça que les deux femmes régleraient leurs différents avec ces petites personnes. Un goût plutôt amer coupa les palabres mentales de la prêtresse. Du sang... Portant la main à son visage elle découvrit alors l'ampleur de sa blessure, et la douleur revint, comme pour lui rappeler que, effectivement, elle aurait une jolie cicatrice qu'elle devrait au roi. A l'aide d'un pan de sa tunique, elle s'essuya la joue, puis entendit Sildar crier en langue inconnue. Un prénom ? une insulte ? aucune idée. Seulement l'elfe noire songea qu'il faudrait mieux que Pheare s'arrête avant de décimer ces gens, dont la plupart n'avaient rien d'hostile. Mais comment ? L'humaine n'attaquait pas avec stratégie mais plutôt comme...par jeu. Et plus elle avait de résistance, plus son plaisir était grand à l'évidence. La drow décida alors d'agir. Non pas en attaquant sa compagne, qui ne la reconnaîtrait pas, et n'avait qu'une envie, tuer, mais en hurlant d'abord quelque chose.

- Stop ! Partez, cachez vous ! Fuyez ! vous ne la battrez pas comme ça ! Si elle n'a plus personne à tuer elle se calmera !

Du moins j'espère, ajouta la jeune femme pour elle même. Ses mains devant sa bouche afin d'amplifier sa voix, elle le cria deux fois. Puis voyant qu'avec ce vacarme ambiant, tous ne l'entendrait pas, elle se faufila entre leurs hôtes et leur demanda de répéter ses paroles. Il fallait que tout signe de violence disparaisse, et que son message atteigne ceux qui se dressaient contre Pheare. Pourvu que son allure et le fait qu'elle était avec l'humaine ne les effraie pas de trop. Mais elle sentait le courage chez ces gens. Ayant fait de son mieux pour relayer l'information, la jeune femme se dirigea vers le roi. Il avait perdu de son arrogance et semblait perdu. Quelle lâcheté... Ydris avait presque pitié de lui. S'arrêtant avant que cet imbécile ne croit qu'elle soit venue se venger, après tout son visage en attestait et elle avait l'épée à la main, la prêtresse chercha le regard du monarque.

- C'est votre façon de nous traiter qui l'a rendue ainsi. Lança t'elle avec colère.Votre peuple à l'évidence nous appréciait bien plus que vous. Attendrez vous qu'elle transforme cette ville en cimetière ? alors rappelez vos gardes et dépêchez vous de disparaître à ses yeux !

Ignorant l'effet que ses paroles auraient, Ydris se détourna. Elle ne pouvait pas arrêter Pheare par la raison, ni le combat. Il fallait espérer que son idée serait bonne sinon... la pièce finirait sans vie. Se rapprochant un peu de l'humaine, elle chuchota à ceux qui l'entouraient, peu importe qui, de faire attention à leurs yeux, puis elle utilisa une seconde fois son pouvoir d'illumination afin d'espérer éblouir son amie partie au bord de la folie, et ainsi permettre aux autres de se trouver un refuge. Enfin,  elle fila se cacher dans un coin  pas trop loin, adossée à un mur, cachée par une table renversée et une espèce de tenture. Là, elle attendit n'ayant guère d'autre solution, voir si ces personnes l'écouteraient et surtout, si Pheare arrêtait le carnage.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 17 heures 51 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 53

MessageSujet: Re: Un jour gravé dans la pierre   Dim 27 Juil - 17:48


Pendant que sa garde se faisait corriger de la plus sanglante des manières, le Roi n'eut d'autres choix que de faire appel à Fidia ! Une combattante d'élite mais également gorille de sa Majesté durant ses heures de paix. Or dans la circonstance, il invoquait un brasier pour immoler une brindille ! Seulement, il n'était pas permis à Sildar de courir le moindre risque. D'ailleurs, après qu'il eut crié le prénom de sa protectrice, il dut faire face à la créature d'ombre. Mais au lieu de l'attaquer, elle se contenta de lui faire la morale. Quelle femme stupide ! Pensait-elle réellement lui faire avaler une telle enclume ?! Genre l'albinos pourrait à elle seule réduire au silence tous les occupants de Rozmiar ! Alors que Prugarass s'évertuait encore et toujours à les assaillir ! L'étrangère s'était définitivement noyée dans sa stupidité... il n'était plus guère possible de la sauver.


De son côté, Pheare profita de la mise à terre du groupe pour bondir telle une lionne sur les vermines qui le composaient ! Arrachant à leurs mains faiblardes les armes qu'elles enserraient, la démente entama la saignée générale ! Lacérant visages et gorges, embrochant coeurs et trippes, elle extermina les cinq hommes qui lui servaient jusqu'alors de monture ! N'étant que de simples soldats d'intérieurs, aucun d'eux n'étaient physiquement et mentalement préparés à combattre pareille furie. Étreint par la peur, les gardes restants reculèrent à petit pas, se laissant ainsi surprendre par une voix toute proche ! Il s'agissait de l'autre fille, mais ne comprenant pas un traitre mot de ce qu'elle baragouinait, les rangs se clairsemèrent ! Étant arrivées ensemble, il était évident qu'elle s'en venait pour les éviscérer, et non pour les alerter ! Alors quand une explosion lumineuse eut de nouveau lieu, ce fut le chaos le plus total ! Éblouis, affolés, perdus... c'était la fin.

Le voile immaculé attira tout naturellement l'attention de Pheare, vitaminée par l'énergie magique, elle n'avait désormais d'yeux que pour la noiraude ! Le sinistre rouge vif qu'irradiait ses iris ne laissait planer aucun doute sur ses intentions macabres ! Par chance, la table qu'elle renversa devant elle après s'être réfugiée en toute hâte dans un recoin de la pièce, fut suffisante pour arrêter la hachette que Pheare venait de lui balancer ! Mais elle n'allait pas s'arrêter là, empoignant un maillet à l'un des cadavres, elle se rua littéralement sur la cachette improvisée de la noiraude ! Quand tout à coup, une déflagration des plus inattendues projeta la démente contre un proche mur, duquel elle retomba telle une crêpe face contre terre !


Il avait appelé, elle était venue ! À bord de Volta, Fidia fit son entrée ! Volta était une machine de guerre sophistiquée munie de deux bras et deux jambes, lesquels recelaient plus d'armes qu'un groupe de quinze hommes ! Blindée de la tête au pied, rien n'était en mesure d'atteindre le pilote solidement harnaché dans le buste de l'engin. En tant que protectrice de sa Majesté, Fidia logeait dans les sous sols du palais, ce qui faisait qu'en cas de besoin, il lui suffisait d'utiliser l'un des nombreux monte-charges qui la conduirait à l'étage. Ce fut de cette manière qu'elle s'en vint au secours de son Roi. Quant à la menace, elle semblait maitrisée. Quoique... Fidia leva un sourcil en voyant l'étrange femme se relever, puis la regarder sans manifester la moindre once de crainte ! Il était quand même bon de savoir que Volta faisait deux fois la taille de cette étrangère, et pas moins de trois fois sa largeur. N'importe qui de censé s'interrogerait sur ses chances de survie lors d'un tel face à face ! Mais pas elle...

-*Qui es-tu ? J'aimerais en savoir plus, alors évite de te suicider...* Songea Fidia.

Du point de vue de Pheare, ce n'était qu'une victime de plus encagée dans une armure bien trop grosse pour elle. Faisant fi du canon qui la lorgnait de sa bouche ardente, elle se mit à courir toujours armée de son maillet droit sur le tas de ferraille ! Une détonation retentit alors, suivie d'une explosion qui catapulta la démente contre la grande porte. Mais une fois encore, elle se releva !

Depuis le coeur de Volta, Fidia finit par se dire qu'il était inutile de retenir ses coups, mieux valait l'envoyer au tapis, et comprendre ensuite ! Chargeant la pleine puissance, elle libéra depuis le "bassin" de sa machine un long rayon bleuté, lequel manqua sa cible qui venait à l'instant de s'écarter ! Lorsque le faisceau entra en contact avec la surface de la porte, des ondes crépitantes se propagèrent dans toutes les directions, un peu comme le ferait un caillou dans une mare ! Comprenant alors que l'étrange femme pouvait réfléchir et donc parer ses attaques, Fidia modela la structure des bras de Volta. Elle était désormais prête à l'acculer sans interruption ! Mettant en route ses turbines arborant chacune six trous, la Naine fit feu sur l'inconnue !

À l'entente des petites détonations, Pheare se mit à courir droit sur cette chose informe ! Aussi vive qu'un félin, elle fit des zigzags avant de se jeter dans les corps qu'elle s'était évertuée à meurtrir quelques instants plus tôt. Le vacarme cessa à la seconde même où la démente s'improvisa une couverture en peau de nul !

Par respect pour ses défunts camarades, Fidia mit un terme à son attaque lorsque l'étrangère plongea au beau milieu de leurs corps, avant de s'en recouvrir... Jusqu'où cette femme était capable d'aller ?! La Naine était très intriguée par sa manière de combattre, ainsi que de sa capacité à se servir du terrain à son avantage. Bien sûr, il fallait aussi la stopper, alors quand elle la vit se relever avec le cadavre d'un des gardes sur ses épaules, Fidia ne s'attarda guère et ouvra le feu sur les jambes de la meurtrière !

Touchée à ses articulations, Pheare s'écroula sous le poids de sa victime. Sombrant alors dans une folie encore plus noire, la démente parvint à réunir les forces qui lui restaient afin de s'élancer brusquement sur le tas de ferraille qui se rapprochait !

Intuitive, Fidia la vit venir ! Avec des jambes quasiment hors d'usage, l'inconnue réussit malgré tout à sauter pour tenter une nouvelle attaque ! Mais alors qu'elle était en l'air, la Naine eut le temps de commander au bras droit de Volta de recouvrer sa forme originelle, de serrer le poing, avant de la repousser au travers d'un coup des plus violents ! Et pour la troisième fois consécutive, l'étrangère s'en allait embrasser le mur.

La taille du poing était telle qu'une bonne moitié du corps de Pheare fut frappée ! Sonnée, elle voulut s'aider de ses bras pour se relever, mais le tas de ferraille ne lui laissa pas ce droit. Armant son poing métallique, il martela la démente jusqu'à ce qu'elle cesse de bouger ! Les coups étaient suffisamment violents pour qu'on en ressente les vibrations dans le sol.

Fidia s'arrêta à la cinquième frappe. Elle avait cogné dur, mais pas assez pour la rendre à l'état de viande hachée ! Étant donné la résistance dont elle avait fait preuve, elle était très certainement en vie. Bien qu'avec une grande probabilité d'être handicapée pour le restant de celle-ci ! C'était triste, mais elle ne lui avait guère laissé le choix...

-*Bon, la deuxième maintenant...* Se dit-elle avec dégout.

Ce fut alors que Volta se tourna en direction de l'étrangère à la peau noir, prête à ouvrir le feu !

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 17 heures 53 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 22

MessageSujet: Re: Un jour gravé dans la pierre   Mer 17 Sep - 15:31

Quelque chose vint heurter la table derrière laquelle la jeune femme s'était réfugiée. Ydris voyait bien que les gardes et autres personnes de la salle ne l'avaient pas du tout écoutée. A vrai dire ils s'étaient plutôt désorganisés davantage comme si elle aussi était une menace à leurs yeux. Ce qui n'était pas illogique puisque les deux femmes étaient apparues ensemble. Il lui fallut quelques secondes pour comprendre que les petites gens ne connaissaient point sa langue. En effet leur sauveur la baragouinait un peu et le roi aussi, néanmoins ce traitement n'était pas pour tout le monde apparemment.

*Bande d'arachnides puantes... A ne rien connaître de ce qui vous entoure, vous ne savez même pas reconnaître un ennemi d'une...*

Une déflagration coupa court la pensée pour le moins vraie mais inutile, de la prêtresse. Et Pheare vola littéralement dans un mur avant de retomber par terre. Ydris haussa un sourcil, visiblement décontenancée par la situation. Puis, se levant, elle chercha la provenance de ce bruit et vit...une chose. Qu'est ce que ça pouvait bien être ? Une femme semblait accrochée à une machine qui marchait et possédait même deux bras. Impossible ! Une pareille armure ne pouvait exister. De plus il y avait plus d'armes que la jeune femme ne pouvait en compter. Devant cette absurdité ambulante Ydris resta stupéfaite et ne put réagir. Ce qui ne fut absolument pas le cas de Pheare. Complètement folle, celle ci se rua contre la machine. Et se retrouva catapultée à la grande porte. Alors que la prêtresse serait surement démembrée, l'humaine se releva !

*Non stop, il faut qu'elle cesse, elle va en mourir...*

Seulement la drow ne savait pas du tout comment faire stopper ce combat. Pheare en version monstre se cachait sous les cadavres des nains à présent. Et juste après... Non ça allait trop vite pour elle. Un instant sur pied, celui d'après en l'air les jambes en sang et enfin le mur pour sa compagne de route, ou plutôt son double. Instinctivement, Ydris se rapprochait de la bataille, du mur à vrai dire devant lequel Pheare se faisait violemment frapper par cette chose qui échappait à toute compréhension. Enfin tout s'arrêta. Et l'humaine ne se releva pas. Par Azura était elle encore en vie ? Il fallait que la prêtresse s'en assure, et lui prodigue des soins mais... le bruit métallique capta son esprit. La femme et son armure étaient tournés vers elle à présent. Quoi ?! elle comptait lui faire subir le même sort ? Mais de quel droit ? C'était la violence et la méchanceté du roi qui avait éveillé la démente en Pheare. C'était lui qui les avait ridiculisées et comptait se servir d'elles. Bien sur, ces gens ne verraient pas cela ainsi. L'énervement pouvait se lire sur le visage de la drow, qui du prendre une décision. Elle comptait sur le dégout et la curiosité ressentie chez la femme. Entre autre. La regardant dans les yeux, Ydris lâcha son épée qui produisit un son aigu en touchant le sol. C'était pire que de s'arracher un membre de faire cela. Néanmoins pour survivre il n'y avait guère d'alternative. Sachant qu'au moins le roi comprendrait ses dires, elle prit la parole, en laissant ses mains bien en vue devant elle démontrant ainsi qu'elle ne comptait pas résister.

- Arrêtez ça ! Demanda t'elle d'une voix ferme pleine de rage contenue. Je n'ai pas l'intention de me battre, depuis tout à l'heure je ne cesse d'essayer de protéger vos gens et vous le savez ! C'était peut être ça le plus dégoûtant. Le roi comprenait tout mais n'avait pas agi pour son peuple, non il avait agi pour lui seul. Pheare ne vous fera plus rien dans cet état, et si vous aviez montré ne serait ce qu'un peu de dignité envers nous, jamais cela ne se serait passé.

Ydris reprit sa respiration, se calmant comme elle le pouvait. Ce discours qu'elle prononçait lui était limite supportable. Comment résister à l'envie de les étrangler, de les injurier ? Elle n'avait pas le choix. Pour elle comme pour Pheare. Car celle ci était en vie. La prêtresse en était certaine. Au moins sa voix avait portée car il n'y avait plus un bruit dans la salle depuis le massacre de sa compagne. Il fallait ajouter quelque chose... peut etre flatter cet ignoble personnage afin de gagner quelques heures...

- Vous avez une grande supériorité à nous. Rien que de le dire, ça faisait mal. Nous avons beaucoup à apprendre de vos gens et je reconnais notre défaite. Laissez nous s'il vous plait, la vie sauve. Pheare va redevenir celle qu'elle était s'il n'y a plus de combat.

Il avait été très dur à la drow de ravaler sa fierté en demandant la vie. Néanmoins elle aurait été incapable d'aller plus loin dans cette scène et de supplier ou mentir. Tout ce qu'elle avait dit était vrai. Dit d'une manière qui devrait plaire aux oreilles orgueilleuse de cette saleté de roi, mais vrai. Sauf...la fin. A savoir que Ydris n'avait pas la moindre idée de ce qui allait se passer pour Pheare. Elle ne faisait que supposer, d'après ce qu'elle avait pu voir.

Enfin, durant tout ce temps, la jeune femme n'avait pas quitté des yeux la petite dans son armure improbable. Elle se demanda brièvement ce qu'en penserait le roi, si seulement il pouvait le prendre comme un signe qu'elle n'osait le regarder... Pourtant la motivation d'Ydris était différente. Elle surveillait la chose en plus d'étudier ses émotions. Prête à mourir s'il le fallait comme tant de fois depuis son réveil, elle attendit. Et s'arma de tout son calme car si parole du roi il y avait, elle serait venimeuse. La marque sanguinolante sur sa joue n'avait aucun mal à le lui rappeler.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 17 heures 54 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 53

MessageSujet: Re: Un jour gravé dans la pierre   Jeu 18 Sep - 12:27


La seconde femme était au moins aussi intrigante par son physique que sa comparse, elle ressemblait à une Oubliée par certains attraits ; mais la noirceur de sa peau, la blancheur de ses cheveux ainsi que le rouge de ses iris prouvaient sans doute possible qu'elle n'était pas d'ici, à l'instar de sa pâle doublure. Cependant, le Roi l'avait appelé pour une raison, et une seule ! soit les mettre hors d'état de nuire ! La sombre étrangère n'avait pourtant aucune intention hostile à son égard, ce qu'elle confirma en laissant tomber son arme à terre. Fidia la gardait en joue, luttant contre la force qui la poussait à faire feu. Elle espérait que ces quelques secondes seraient suffisantes au Roi pour changer d'avis. Mais ce fut avec surprise qu'elle entendit l'inconnue s'exprimer ! Comprenant parfaitement sa langue, la machiniste l'écouta avec la plus grande attention. Elle fit ainsi savoir qu'elle n'avait aucun intérêt à combattre, et qu'elle ne souhaitait guère se faire davantage d'ennemis. Toujours d'après ses dires, la faute en reviendrait exclusivement à son Monarque. Oh elle ne l'avait point dit de la manière la plus explicite qui soit, mais Fidia savait, elle savait très bien de quoi elle parlait.

-*Les pauvres...* Compatissait-elle.

L'étrangère dissertait d'une voix rauque et forte, imposant ainsi au Roi le son de chacune des syllabes prononcées par sa bouche ténébreuse. Elle se rendait, et promettait presque de ne plus faire de zèle à la seule condition d'avoir la vie sauve... Elle ne parlait pas seulement en son nom propre, mais aussi en celui de l'autre femme qu'elle venait de combattre. En dépit de son visage maculé de sang, Fidia n'eut aucun mal à déceler la nausée qu'elle éprouva lors de sa soumission.


Eurêka ! cette créature avait enfin compris qui était le Roi ici. Fidia n'avait vraiment pas son pareil pour faire plier l'adversaire. S'approchant suite à l'allocution de la filiforme peinte, Sildar signala à sa gardienne de baisser son arme. Il acceptait la reddition de cette vermine, mais ne comptait pas pour autant en rester là. Ces garces avaient osé l'affronter dans son propre palais, alors ce qui s'établissait au départ comme un accord commun aux yeux du Monarque, devint un châtiment des plus mérités pour ces indociles ! Giflant violemment la joue encore indemne de la créature, le Roi fit savoir ses désirs.

- Saleté ! L'injuria t-il avant de poursuivre sur le même ton. Sale femelle arrogante, tu vas être enfermée avec ton imbécile de cinglée dans les geôles de la Lice. Là bas, tu livreras combats jusqu'à la fin de tes jours ! AMSTRAK ! S'écria t-il tout en effectuant un mouvement brusque de la tête en direction de la grande porte.

Les ordres étaient donnés ! Fidia fut nommée pour diriger les soldats ayant pour tâche d'escorter les prisonnières jusqu'à leur dernière demeure. Ydris ne put s'empêcher de poser un ultime regard sur Fënaro laissée sur place... Solidement maintenue par les gardes, la Drow prit un second coup au moral lorsqu'elle eut conscience de la foule qui la dévisageait alors que Pheare et elle se faisaient trainer dans les longs couloirs de pierre. Regrettant presque de ne pas être parmi les siens, Ydris ferma les yeux afin de contenir au mieux sa fureur !

[OUT : À la Lice ~ICI~...Arrow]

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 17 heures 57 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un jour gravé dans la pierre   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un jour gravé dans la pierre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrune :: ~ LE MONDE D'EN DESSOUS ~ :: Rozmiar :: Landrix :: Le grand pavillon :: Le palais :: Le trône de pierre-
Sauter vers: