AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Vous ne pouvez pas vous inscrire sur ce forum !

À savoir que seuls les membres ayant signés le pacte Des Sept Destinées,
auront le libre accès sur Astrune.




Les Sept Destinées ~ICI~



Partagez | 
 

 Unilsy Halse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elfwyn
~Fondateur~
avatar

Messages 9

MessageSujet: Unilsy Halse   Mer 13 Juil - 2:01

Unilsy Halse


Bien des gens de rencontre vous diront que par-delà la grande marche, il n'y a pas âme qui vive. Évidemment, ils n'y sont jamais allés... sinon ils sauraient qu'une bâtisse aux allures sombres trône au milieu d'un bois mort, Unilsy Halse. Il n'est pas aisé de la trouver, car la plupart du temps c'est elle qui vient à vous. À savoir que si la maison vous choisit, vous y serez attiré sans même vous en rendre compte. Une force obscure réside en ce lieu, mais cette fois nous sommes bien loin des contes emplis de monstres et autres farfadets.


La belle et la bête

Le coeur d'une femme est un océan de secrets, dont seuls quelques élus en connaissent l'existence. Hélas, il arrive que ces personnes ignorent le joyaux qu'elles tiennent entre leurs mains. Trop égoïstes, elles penseront avant tout à leur propre bien être, se moquant éperdument du mal provoqué ! Tel est le récit que je vais vous conter...

Je me nomme Unilsy Vodriz, je viens de passer le cap de mes trente ans. Jusqu'à ce jour ma vie n'a été que routine et ennui perpétuel, mais la roue finit toujours par tourner. Et pour cause, par une belle nuit de Gaïa, je fis une rencontre... Il se trouve que pour des raisons de pratique, je me rendais à l'auberge du village d'Elminswood. La Lune était haute dans le ciel, je me souviens encore l'avoir admiré un long moment, enfin... jusqu'à ce qu'un violent coup me soit porté derrière la tête. Je voulus mettre un visage sur cette soudaine agression, mais je m'éteignis avant même d'avoir pu me retourner... Je préfère ne pas raconter mon cauchemar durant mon inconscience, et ce, même si normalement un individu assommé par la force ne peut rêver, comme quoi, les savants n'ont pas toujours raison.

Ainsi, lorsque ma torpeur prit fin, ce fut dans une pièce des plus chaleureuses que je revins à moi. En dépit de ma vision dédoublée, je n'eus aucun mal à discerner les bougies qui m'entouraient, idem pour les fleurs d'ailleurs... Il y en avait partout ! Et quoi que cela pouvait signifier, mon agresseur me connaissait bien. Car tout ce qui se trouvait près de moi, était ce que je chérissait le plus. Oui... je me rends compte à présent à quel point j'ai pu être matérialiste, hélas, c'était tout ce qu'était ma vie... Je fus également surprise en constatant que je n'étais pas attachée, et que la porte donnant sur l'extérieur était grande ouverte. À quoi rimait ce kidnapping si c'était pour me laisser repartir aussitôt ? C'est là que je fis erreur... À savoir qu'une voix enrouée m'interpella depuis un coin de la chambre que je n'avais pas encore regardé. La suite est facile à prédire, je sursautai tout en criant !

La première chose qu'il jugea bon de me dire, était qu'il ne voulait pas me faire de mal, il voulait juste qu'on fasse connaissance... Offusquée et insultée, je lui rétorquai qu'il y avait d'autres façon pour accoster une dame, le traitant de rustre et autres noms d'oiseaux, je m'apprêtai à m'enfuir... quand soudain ! Il me supplia de le laisser s'expliquer, et oui, il aurait voulu m'aborder comme toutes personnes civilisées, mais il se trouvait qu'un handicap majeur l'en empêchait. Il se disait difforme, affreux selon ses termes... cela expliquait également la présence de ce masque coloré sur son visage. Me disant que ça ne devait pas être si terrible, je l'encourageai alors à se montrer, sans même me soucier de son mal être... Il me fit promettre de ne pas crier, chose que je n'eus aucun mal à faire étant donné que je me pensais imperturbable.

Au retrait de son visage d'argile, ma carapace de femme solide vola littéralement en éclat ! Comment pouvait-on être aussi... Mon choc fut tel que je ne parvins guère à hurler, ma voix resta coincée au fond de ma gorge. Me voyant pâlir, l'être en face de moi remit son masque en quatrième vitesse ! Mais il était trop tard, j'avais perdu connaissance... Je ne saurais le décrire, mais j'étais certaine qu'il était sorti d'un cauchemar, venant d'une autre personne ça va sans dire, car jamais je n'aurais pu imaginer ou même songer à une telle horreur... Les trois quarts de ses cheveux n'étaient plus, alors que sa peau huileuse et pustuleuse ne faisait que mettre en évidence ses yeux exorbités. Hélas ce n'était pas le pire... sa mâchoire inférieure semblait comme déboîtée, elle était très avancée par rapport au reste de sa figure, et seules quatre dents s'y trouvaient... faisant chacune pas loin de dix centimètres de longueur. Si il avait un nez, il se l'écorcherait à chaque articulations... On dit de ne pas se fier aux apparences, mais j'aimerais vous y voir !


Le pouvoir destructeur de l'amour

Et une fois encore, je me réveillai au sein de ce même lit avec pour seule compagnie... cette créature. Le maniaque se tenait à présent au pied de ma couche, me coupant ainsi toute sortie... Mais avant que je n'ai le temps de hurler, il prit la parole. Sa voix imposait naturellement le silence, au même titre que son apparence dégoûtante, il faisait peine à entendre ! Toutefois, je pris quand même sur moi mes hauts le coeur afin de l'écouter, ma vie en dépendait sans doute... Il disait comprendre mon angoisse, et qu'il ne m'en voulait pas d'avoir fait défaut à ma promesse, promesse que j'avais déjà oublié... Quant à sa laideur, il me certifia que ce n'était pas de naissance, ainsi, si j'étais désireuse de découvrir son histoire, il se ferait un plaisir de me la conter. Je me souviens avoir bredouillé un "oui", car peut-être qu'après ça il me laisserait partir !

Il me révéla...

    "On s'est connu étant plus jeune, Unilsy. Tu m'as probablement oublié par rancoeur, alors que pourtant je n'y pouvais rien... mes parents avaient décidé de s'installer durablement à Nandis, je n'eus alors d'autre choix que de les suivre, surtout à huit ans... Comprend bien que j'aurais préféré rester avec toi. Je suis Halse, et à ton regard je peux deviner que tu t'en souviens. Tu as maintenant la preuve que je n'ai pas toujours été ainsi... et sache que si ça n'en tenait qu'à moi, je me serais déjà ôté la vie ! Hélas, la sorcière qui a fait de moi ce déchet de l'Humanité, me précisa que si je mettais fin à mes jours, l'amour de mon coeur m'accompagnerait dans la mort... c'est de toi qu'il s'agit, Unilsy."

Comme jadis, Halse ne passait pas par quatre chemins pour me dire les choses... Je crus même que mon palpitant allait jaillir de ma poitrine. Ce n'était pas le genre de révélation que l'on entendait chaque nuit ! Mais de quelle sorcière parlait-il ? À cela il me répondit...

    "Elle se nomme Rivaëna, je n'en sais pas plus à son sujet. Elle voulait faire de moi son amant, mais malgré ses charmes et autres breuvages magiques, jamais elle ne put s'approprier mon coeur ! Elle insista deux semaines avant de me maudire. Malheureusement ce n'est pas le tout, car elle a également fixé une horloge sur ma vie... et si j'ai bien compris, je vais mourir au levé du jour, Unilsy... Et je ne pouvais pas partir sans t'avoir parlé une dernière fois..."

Je restai sans voix, une femme pouvait vraiment être aussi cruelle ?

    "Oh que oui... la preuve en est. De plus, je ne pouvais te voir qu'à une condition, que ce soit ma dernière nuit, et qu'il n'y ait pas de lune !"

Mais... elle était là, et plus brillante que jamais ! Je m'empressai alors de lui dire.

    Non ! Jamais je n'aurais fait cette erreur de te mettre en danger, je t'assure qu'il n'y a aucune lune dans le ciel.

Je compris alors qu'il ne la voyait pas, la sorcière n'avait pas fait les choses à moitié, et maintenant... moi aussi j'allais en payer le prix.


La malédiction

Malheureusement... à l'instant où je songeai à elle, ladite sorcière apparut devant moi ! C'était une belle femme dans l'ensemble, hélas je ne pouvais en dire autant de sa façon d'être. Sans même me laisser le temps de me remettre de mon sursaut, Rivaëna prononça la sentence suivante...

    "Comme la lame tranche la chair, mon pouvoir balafre l'esprit ! Unilsy, vous avez toujours rêvé d'avoir un enfant, le grand jour est arrivé. Je vous fais don d'une fille, et même si celle-ci est faite de bois et de pierre, vous jouirez d'un bonheur éternel ! Oh mais rassurez-vous, je ne vais pas en rester là. Comprenez qu'il faille aussi une famille pour occuper les lieux, j'entends par là ; vous, Halse et Cathy !"

Je ne comprenais plus rien à ce qui se passait... ce qui était peut-être préférable étant donné le sort qu'elle me réservait. Car si j'avais bien compris les quelques mots de ma sentence, j'allais vivre pour l'éternité au sein d'une maison avec une fille qui n'était pas la mienne, et Halse pour compagnon, le tout orchestré par les bons soins de cette sorcière ?

    "Les tourments seront votre miel quotidien, et la folie votre nourriture ! Mourrez, et allez accomplir votre Destinée ! "Unilsy Halse" vous attend."

C'est alors qu'elle me poignarda en plein coeur, ce qui dans le même temps fit voler ma théorie en un millier de morceaux... J'aurais dû prêter plus d'attention à sa première phrase, le fait que son pouvoir balafrait l'esprit ! J'allais devenir folle et tourmenter les autres afin de poursuivre ma sinistre existence. Mais quel allait être le rôle de Halse et Cathy dans tout ça ? Mon petit doigt me disait que je le saurais très bientôt ! Mon Dieu mais pourquoi moi... ?

Quelques temps plus tard...

Ahah... et c'est moi qui ait écrit toutes ces sornettes ? J'en reviens pas comment je pouvais être cruche. Ma fille est tout ce que j'ai de plus précieux, et Halse ? Ahhh ce bon vieux Halse... je crois qu'il moisi encore dans sa piaule, ou bien à la cave ? Ca fait bientôt six ans que je n'ai été le voir, pauvre de lui ahahah ! Bon... le devoir d'une mère n'attend pas, je n'ai plus rien à faire avec ce journal d'un temps aussi lointain et ennuyeux !

Note : D'après la rumeur, seules des personnes en groupe se font attirer par "Unilsy Halse", après quoi...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astrune.meilleurforum.com
 

Unilsy Halse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrune :: ~ LE MONDE D'ASTRUNE ~ :: L'extension d'Astrune :: L'immense Astrune-
Sauter vers: