AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Vous ne pouvez pas vous inscrire sur ce forum !

À savoir que seuls les membres ayant signés le pacte Des Sept Destinées,
auront le libre accès sur Astrune.




Les Sept Destinées ~ICI~



Partagez | 
 

 Un bien sinistre avenir...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages 53

MessageSujet: Un bien sinistre avenir...   Jeu 18 Sep - 12:27

[Arrow...suite de ~ICI~]

Le trajet parut interminable pour l'étrangère à la peau d'ébène. Pheare en revanche, complètement comateuse, se moquait bien de ce qui pouvait se passer autour d'elle. Quant à Fidia, toujours aux commandes de Volta, éprouvait une honte indescriptible ! Ce porc couronné n'avait rien de Nain en lui, mais nul ne pouvait lui résister, pas même elle... La machiniste ne savait vraiment pas quoi faire pour secourir ces pauvres femmes, c'était d'un miracle dont elles avaient besoin ! Ainsi, lorsqu'elle les enferma dans leur cellule, Fidia se libéra de Volta. La vitre qui la protégeait jusqu'alors, s'ouvrit, puis, retirant son harnais, elle descendit de l'engin...


Encore plus petite que les soldats l'encerclant, Fidia intima à ces derniers de retourner à leur poste. Elle avait besoin de s'entretenir seule avec la captive, or elle ne voulait point que ses dires soient colportés par des individus aussi fous que son Roi. Ainsi, après s'être assurée de sa solitude, la gardienne de sa Majesté entama sa confession...

- Je vous prie de m'excuser pour tout ce que vous endurez... J'aimerais vraiment pouvoir vous aider, mais je ne le puis... Fidia se confondit en excuse a défaut de ne pouvoir expliquer son inaction. Vous ne trouverez de secours auprès d'aucun d'entre nous, ça nous est impossible ! Alors j'ai jugé bon de vous mettre à côté de la cellule de l'Ancien. En dépit de sa santé mentale, si quelqu'un peu vous expliquer ce qui se passe ici, c'est bien lui ! Pardonnez-moi... Bredouilla t-elle une dernière fois, avant de s'en retourner dans Volta.

Si jamais l'étrangère s'évertuait à la retenir ou la questionner, Fidia ferait la sourde oreille. Elle ne pouvait rester davantage, son Roi l'attendait. De toute façon, d'après les gémissements qu'émettaient Pheare, son attention était toute trouvée. Elle pourra également constater le retour à la normale de cette dernière au travers de son physique changeant.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 18 heures 24 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 22

MessageSujet: Re: Un bien sinistre avenir...   Jeu 16 Oct - 16:25

La femme dans son étrange armure laissa Ydris s'exprimer. Il lui fut difficile de ne pas faire feu sur la drow, celle ci le sentit jusque dans ses émotions. Cependant, elle était curieuse et Ô joie, elle comprenait la langue de la surface. Si les mots furent d'une difficulté sans nom à sortir, voir approcher le monarque d'elle fut une toute autre épreuve. La prêtresse n'avait qu'une envie, prendre Fënaro à terre et trancher la gorge du roi. Celui ci rayonnait. Pas besoin d'empathie pour le voir. Ainsi il acceptait sa...requête. Néanmoins la première chose qu'il fit fut de gifler la jeune femme sur la joue qui, pour le moment, ne comportait aucune marque. Ydris tressaillit mais ne recula  pas. Elle regardait le petit homme dans les yeux et ne lui donnerait pas le plaisir de la voir grimacer de douleur. Ainsi les deux femmes finiraient tout de même dans cette arène de combat. Oh bien sûr la prêtresse n'attendait aucune clémence de cette saleté, seulement elle se sentait coupable de ce sang versé pour rien.

Les gardes la maintenaient et l'emmenaient vers de sombres couloirs. Son ultime regard fut pour Fënaro, sa fidèle épée. Nul doute qu'elle ne la reverrait pas avant un moment. Pourtant elle pensait que ces personnes ne se débarrasseraient pas d'une arme. Aussi conserva t'elle un infime espoir. Après avoir jeté un coup d'oeil à sa compagne de route, elle remarqua que tous la dévisageaient, elle et Pheare. Ydris ferma les yeux et regretta d'être si loin des siens. Plusieurs mondes les séparaient à ce jour mais même les drows d'Astrune lui conviendraient en ce moment. Serrant les poings elle s’efforça de contenir sa colère.

* Ils jugent sans comprendre... ils ne m'ont même pas entendue ! le roi peut bien leur raconter ce qu'il veut, ils le croiront. Quelle cruauté de maintenir un peuple dans l'ignorance... Je nous vengerai ! *

Après avoir marché durant une éternité, du moins à ce que Ydris ressentait, il fallut une émotion puissante émanant de la guerrière à l'armure pour la sortir de ses sombres pensées. De la honte ? Pourquoi cela ? Après tout elle avait très bien accompli son devoir. Au yeux de la prêtresse cette femme n'était pas aveugle comme les petites gens. La curiosité et  la compassion ressenties tout à l'heure le prouvait. Mais cela ne suffisait pas. La cellule se referma bientôt sur la noiraude qui vérifia de suite l'état de Pheare. Puis se tournant, elle remarqua que la femme avait subitement rétrécie. Ainsi elle pouvait se dévêtir de son armure aussi facilement... c'était tout bonnement fascinant et Ydris y aurait volontiers prêté une attention particulière dans tout autre situation. Or ce n'était guère le moment. La petite dame se mit à parler. Des excuses... certes. Cependant elle n'était qu'un pion qui obéit à son maître. Et d'après ses dires, ici personne n'irait contre cet imbécile de roi. Malgré leur envie, du moins pour certains apparemment. Étrange. Aussi la prêtresse voulait lui demander pourquoi, mais c'était peine perdue. La petite dame s'en retournait.

* Qu'à t'elle mentionné à propos de cet ancien ? Il détient les réponses quant à ce... comportement pour le moins détestable de l'autre saleté ? Ah et aussi pourquoi personne ne peut rien faire. C'est vraiment bizarre, surtout qu'un soulèvement viendrait vite à bout de ce moustachu*

Des gémissements mirent fin à ces quelques réflexions. Pheare ! Encombrée de tout ce mystère, la drow en avait presque oublié l'état dramatique de sa compagne. En se retournant Ydris eut la surprise et la joie de voir le corps de cette dernière changer pour repasser à la normale. N'étant aucunement sure que cela se passerait ainsi, la jeune drow eut tôt fait de prier pour remercier Azura. Car avec ou sans armes, elle n'aurait pas été de taille face au monstre dément. Oubliant momentanément l'ancien et le reste, Ydris se précipita au chevet de l'humaine. Elle l'allongea de son mieux et plaça sa tête sur une pierre plate afin de la surélever. Puis elle vint se placer à coté de la jeune femme, à genoux.

-Pheare, Pheare reprenez vos esprits, commença t'elle en prenant délicatement le bras de la jeune femme. C'est moi Ydris. Vous êtes en sécurité pour l'instant. Vous souvenez vous de quoi que ce soit ?

Afin de ne pas assommer la blessée avec ses mots, la drow s'arrêta là, préférant attendre le plein réveil de Pheare. Il fallait savoir où en étaient les souvenirs de celle ci avant de se lancer dans un résumé des événements. Après tout Ydris ne savait rien des effets de la démence sur sa compagne de route. En attendant, elle décida de voir si sa magie fonctionnait, ne serait ce que pour aider à la guérison des blessures de l'humaine. A vrai dire il était étonnant qu'elle soit encore en vie. Aussi Ydris se concentra t'elle et fit appel à son pouvoir.  Pas pleinement, de manière à pouvoir arrêter à la moindre parole de Pheare. Il n'y avait aucune garantie que cela fonctionnait sur une humaine capable de se... transformer de la sorte. Le tout était que l'humaine survive. Et en cela, étrangement, la drow avait confiance en la petite dame. Elle l'avait salement amochée certes, mais ne l'avait pas tuée. Or pourquoi l'emmener ici, si elle était vouée à mourir ? Non la femme s'était arrêtée à temps, Ydris l'aurait juré. Restait à savoir comment elles allaient pouvoir se sortir de ce qui s'annonçait une belle galère.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 18 heures 27 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 53

MessageSujet: Re: Un bien sinistre avenir...   Jeu 18 Déc - 1:31


Des résonances lointaines lui parvenaient sans qu'elle ne puisse en comprendre le sens. Sa tête bourdonnait à l'instar d'une ruche en état de siège. Et bien que sa conscience lui revenait peu à peu, Pheare n'était rien de plus qu'une coquille vide. Son esprit semblait l'avoir déserté, mais intérieurement, la jeune femme luttait pour sa liberté ! Quand soudain, sans que rien ne puisse le présager en sa matrice, une vague d'énergie lui traversa le corps ! L'étrange nature de son essence fit office d'électrochoc lorsque cette chose s'immisça en elle. En réaction, Pheare se dressa d'un coup, assise, toute droite, comme si elle était montée sur ressort. Les yeux grands ouverts, elle fixait impassible le mur devant elle... Le rouge de ses iris brillait d'un éclat malsain, mais après une poignée de secondes, la jeune femme recouvra brièvement ses esprits. Abaissant ses paupières et secouant légèrement la tête de gauche à droite, Pheare se demanda se qui lui arrivait.

- Où... Parvint-elle à murmurer. Puis, lorgnant par dessus son épaule, elle reconnut la prêtresse. Ydris.. ? Fronçant les sourcils, elle ajouta : Votre.. votre visage.

Il était en sang ! Mais pourquoi était-il en sang ? Hélas, lorsqu'elle s'attarda sur son propre corps, Pheare se rendit compte qu'il y avait finalement pire... Ses jambes étaient déchiquetées, plusieurs de ses côtes avaient jugé bon de prendre l'air. Son sang noir maculait sa robe dans son intégralité, pas une parcelle de son anatomie ne semblait avoir été épargnée. Oh elle se doutait bien que la faute en revenait à sa démence, mais jamais encore elle ne s'était réveillée en pareil état... Pheare était donc curieuse de savoir qui ou quoi avait pu lui infliger une rouste aussi monumentale !

- Ne vous inquiétez pas Ydris, ça va aller. Dit-elle sans réellement chercher à convaincre. Mais il va me falloir du temps pour me restaurer... Posant à nouveau sur la prêtresse son regard désormais absent de toute lueur machiavélique, elle poursuivit. Vous ne pouvez pas me soigner, votre magie ne fera qu'attiser le monstre qui sommeille en moi, mon corps saura se régénérer... dans le bon ordre j'espère. Finit-elle par ironiser en fixant derechef sa poitrine inexistante.

Ouvrant son décolleté afin d'en comprendre la raison, Pheare en eut le souffle coupé ! Son torse était littéralement dépecé, elle pouvait voir son coeur battre et ses poumons gonfler à chacune de ses inspirations... Nombre de ses organes étaient sur le point de se faire la belle, aussi, le mieux qu'elle avait à faire, était de s'allonger sur le dos en attendant que le temps fasse son oeuvre.

- Mais au fait... Ajouta la jeune femme désormais étendue. Où sommes-nous ?

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 18 heures 29 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 22

MessageSujet: Re: Un bien sinistre avenir...   Mar 13 Jan - 9:42

La prêtresse d'Azura aurait donné n'importe quoi pour être en surface en ce moment. De plus n'ayant aucun moyen de savoir depuis combien de temps elles étaient ici, impossible d'imaginer le paysage au dessus de la terre que tout recouvrait. Or Ydris aimait avoir des repères. Ici elle n'en possédait aucun. Oh évidemment les découvertes avaient été fructueuses, entre les bouffeurs de cerveaux, la possibilité de faire alliance avec une vampire et une humaine étrange, et maintenant un peuple inconnu dirigé par un roi fou... oui en quelques heures ou bien jours, c'était énorme. Mais pour les mener où ? Mina avait disparue, quant à Pheare... son état n'était pas loin du néant. Quoique... brusquement, elle s'assit, le dos droit puis vint regarder derrière elle. Ydris pu ainsi remarquer ses yeux grands ouverts. Le coeur battant à tout rompre la drow attendit et les premiers mots de Pheare lui confirmèrent que celle ci était revenue à la normale.

- Ce n'est rien... Confirma t'elle au niveau de son visage qui la tiraillait tout de même. Néanmoins Pheare finit par remarquer ses propres blessures et voulut la rassurer. A cela, un sourire amusé voulut prendre forme sur le visage de la prêtresse mais il se termina en grimace. Pheare confirma ensuite que ses pouvoirs ne serviraient à rien. mais pourquoi ravivraient ils la chose démente ? Ce n'était pas le moment de poser des questions aussi elle laissa la jeune femme finir son inventaire avant de l'aider à s'allonger correctement sur le dos. Le luxe n'étant pas de rigueur en cellule, c'était rudimentaire. N'y avait il vraiment rien à faire de plus ? cela enrageait Ydris, lorsque l'humaine posa finalement LA question. Ainsi elle ne possédait pas le souvenir de sa démence.

- Disons que lorsque la colère à pris possession de vous, votre corps à changé. Vous avez alors attaqué tout ce qui se trouvait à proximité sans aucune distinction. Rien n'aurait pu vous arrêter si... Comment la nommer ? la décrire ? Disons qu'une femme est apparue à l'intérieur d'une machine qui réalisait ses mouvements. Vous avez heurté de nombreux murs, sans faire aucun dégats à cette chose. Elle lançait également des projectiles. Lorsque finalement vous avez été incapable de vous relever, j'ai demandé à ce que cela s'arrête. Incapable de décrire sa honte, Ydris grimaça encore une fois. Il était stupide de mourir ainsi, et comme je vous espérais en vie, j'ai préféré nous laisser une autre opportunité. Et nous sommes arrivées ici... Un soupir s'échappa des lèvres de la prêtresse de la lune. Je suis désolée si votre souhait était différent. Je veux comprendre ce que j'ai vu et entendu ici.

Il était inutile d'en expliquer davantage pour le moment. Le principal était dit. A présent il fallait que Pheare récupère si cela était possible car Ydris en doutait toujours. Mais il n'était pas question de le montrer. Ainsi elle conseilla à l'humaine de se reposer tandis qu'elle glanerait ce qu'il fallait dans les environs. Des informations si possible et de l'eau. Oui il leur fallait de l'eau. Les deux femmes n'avaient rien mangé ni bu depuis un long moment, et un léger débarbouillage ne ferait pas de mal. Ydris se leva doucement et atteint l'avant de leur cellule. A coté de l'ancien avait dit la petite femme. Hum...

- L'ancien ? Vous m'entendez, vous me comprenez ?

La jeune femme se sentait stupide à appeler ainsi dans le vide bien que regardant dans le sens indiqué. Quelle chance avait elle qu'un vieillard en prison qui perdait la tête, parlait sa langue et puisse la renseigner ? Enfin... c'était la seule chose à faire pour le moment. Au pire la petite lui avait menti mais dans quel but ? Aussi, ydris réitéra son appel et attendit. Elle ne voulait pas troubler le repos de sa compagne de voyage non plus. Refusant de désespérer la prêtresse se raccrochait à ce qu'elle pouvait et ne comptait pas lacher l'affaire. A l'écoute à la fois d'un homme inconnu et d'un appel de Pheare, la drow s'assit et laissa son regard dériver.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 18 heures 32 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 4

MessageSujet: Re: Un bien sinistre avenir...   Mer 28 Jan - 4:54

Après s'être rallongée, Pheare écouta d'une oreille attentive l'histoire d'Ydris. Sur le moment, elle ne sut guère vers quelle émotion se tourner ; la quiétude de n'avoir causé aucun tort avec son pendant sombre, ou bien l'inquiétude de ne pouvoir lutter contre leurs ravisseurs... C'était assez angoissant de demeurer là. La jeune femme n'aimait pas l'idée de savoir sa Destinée à la merci de l'infamie, car tel était le tableau qu'elle se faisait de ce Roi ! Ydris comme Pheare n'avaient pas la moindre idée du sort qui leur était réservé, mais si le corps de la jeune Humaine venait à complètement se remettre de sa mésaventure, alors toute occasion sera bonne à prendre ! Malheureusement trop épuisée pour y songer d'avantage, Pheare finit par s'assoupir alors que la prêtresse se confondait en excuses... De là, un long silence s'instaura, on pouvait presque entendre la chair s'afférer depuis les dessous de la robe de Pheare. On aurait dit le retrait lent et laborieux d'un pansement collé à une plaie purulente.

Néanmoins, Ydris finit par briser la voix morne des murs en intimant l'Ancien ! D'après les dires de Fidia, elle était sa voisine de cellule, et nul autre que lui ne pourrait la renseigner comme elle le souhaiterait. Aussi dut-elle s'abaisser à claironner dans le vide comme une détraquée, ce fut du moins ce qu'elle pensa sur l'instant. Et pour cause ; malgré l'absence de réponse, elle ressentait quelque chose... tout près. Dans un premier temps la prêtresse s'imagina un vieil homme quelque peu dérangé, mais à présent... elle se tâtait ! Son empathie ne lui rapportait rien, et ses yeux ne détectaient aucune source de chaleur. C'était le néant selon ses sens...

Mais rattrapée pas son désir de boire, Ydris finit par abandonner sa vaine attente afin de trouver de l'eau, ce fut alors qu'elle ressentit une vive douleur dans son avant bras droit ! Sous ses yeux ébahis, des entailles se creusèrent dans sa chair, rapides et précises, elles finirent par former un mot, puis une phrase : "Oui, je vous entends et je vous comprends !". Une fois lues, les scarifications disparurent comme elles étaient venues ! Mais ce qui paraissait d'abord n'être qu'un mauvais rêve se mua en une réalité terrifiante lorsque d'autres incisions remplacèrent les précédentes... "Je suis celui que vous nommez ; Ancien !" Puis le bras d'Ydris fut à nouveau lavé de toutes ses inscriptions ! L'écriture de "l'Ancien" n'était pas pour rassurer, loin s'en faut. Mais le pire était-il derrière, ou bien devant... ?


¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 18 heures 37 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 22

MessageSujet: Re: Un bien sinistre avenir...   Ven 20 Fév - 17:32

Ydris n'osait plus regarder Pheare... son état était au delà de toute expérience médicale connue à ce jour, et la prêtresse craignait de plus en plus pour sa vie. Néanmoins l'humaine paraissait connaître ses capacités de régénération, aussi il fallait s'efforcer de lui faire confiance. Et attendre... dans cet environnement sale et sous le contrôle d'un petit homme qui jamais ne les laisserait s'en aller, elle en était certaine. Aussi s'employa t'elle rapidement à appeler cet ancien, dans le vide du moins à ses yeux. Car si ses yeux étaient aveugles, son empathie elle,  repérait quelque chose non loin. Était ce vraiment un ancien qui était enfermé là, à coté des deux femmes ? Par ancien, Ydris entendait un vieillard dont les années arrivaient à leur terme, empli de sagesse et enfermé là pour une raison surement déraisonnable. A présent elle doutait de cela puisque cette personne n'était apparemment même pas visible. Mais alors de qui parlait cette femme tout à l'heure ? Quel genre de... créature avait elle nommée, ancien ? Une entité invisible et qui semblait ne pas désirer ou pouvoir communiquer ? Quelque chose qui n'appartenait pas à leur race ?

Fatiguée par tant de réflexions et de nouveautés les unes après les autres, la prêtresse d'Azura se leva, en quête d'eau. C'est alors qu'une douleur lui vrilla le bras droit. Elle regarda ce qui aurait pu l'atteindre avant de s'intéresser à la blessure elle même. Ouvrant des yeux sidérés, elle observa les entailles qui continuaient de se former pour....formuler une phrase ! Oui une phrase  faite de son sang sur son bras par elle ne savait quelle folie. Celle ci lui avoua par contre l'entendre. Ce pourrait il que ? Pas le temps de chercher plus loin que tout disparu, pour laisser place à d'autres marques ! La prêtresse poussa un gémissement, alors que sa peau était progressivement lacérée. Un cauchemar, ce ne pouvait être qu'un cauchemar ou un délire ! Hélas la phrase écrite sous ses yeux lui prouva le contraire. C'était effectivement la première chose qui lui était venue à l'esprit et à laquelle elle n'avait eu le temps de réfléchir

* C'est impossible... ce serait lui l'ancien ? Une... enfin... un... mais qu'est il ? Et pourquoi communiquer ainsi ? *

Ydris resta quelques secondes hagarde, à regarder son bras à présent net. Elle sentait que cette "discussion" devait poursuivre, et pourtant elle se demandait comment aller le plus vite possible. Non pas qu'elle était chochotte mais se faire charcuter le bras à chaque phrase était plutôt désagréablement douloureux tout de même. D'autant plus que la drow était déjà en position de faiblesse physique. Néanmoins il était nécessaire de poursuivre. Aussi, ne sachant ou regarder, et se trouvant complètement dérangée, elle se racla la gorge avant de parler à haute voix.

- Qu'êtes vous au juste ? N'y a t'il que ce moyen pour communiquer avec vous ? Vous êtes censé être dans la cellule proche de celle ci. Vous n'êtes pas immatériel sinon vous auriez pu partir d'ici... invisible  ou caché ?

Oui il lui fallait des réponses élémentaires tout de même. Partir sur une base de connaissances minimales. Déjà que cette ville, ces gens, cette race lui était totalement inconnue, elle avait besoin de s'appuyer sur des explications simples et claires. Sachant être entendue, elle continua,  résignée à sentir bientôt une nouvelle douleur vive. Elle tenait son bras à présent, préparée à une possible réponse.

- Je suis Ydris, et ma compagne est Phaere, nous venons de la surface et ne connaissons absolument pas cet endroit. Nous avons offensé  ce roi, et on m'a dit que vous êtes la seule personne à même de nous renseigner sur ces lieux et tout autre chose qui pourrait nous être utile.

Ayant finalement posé son regard dans la cellule qui jouxtait la leur, la prêtresse ne comprenait pas ce qu'il se passait. A vrai dire depuis son réveil chez les bouffeurs de cerveaux, beaucoup d'éléments la dépassait. Allant de découverte en mésaventure, elle parlait à présent dans le vide, assez doucement pour ne pas éveiller Pheare, avec un inconnu plutôt inquiétant de par sa façon de communiquer. Mais après tout quelle autre option s'offrait à elle ? Aucune. Alors la prêtresse avisait avec ce qu'elle avait sous la main. Ou sur le bras...

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 18 heures 39 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 4

MessageSujet: Re: Un bien sinistre avenir...   Dim 22 Fév - 13:53

En dépit de la situation, la prêtresse parlait calmement afin d'accorder à Pheare, toute la sérénité dont elle avait besoin. Mais l'angoisse elle, était bien là ! Que pouvait bien être cet "Ancien" ? Pourquoi graver sa chair au lieu du sol ou des murs ? Ydris questionna alors l'entité, puis jugea bon de se présenter. Consciente de ce qui l'attendait, elle serra son bras de sa main ! Amoindrie par le tranchant de sa faim, la douleur n'en était que plus forte à chaque entaille. Il fallut néanmoins attendre plusieurs secondes avant que les lacérations ne daignent lui répondre... Cette fois, les caractères furent plus petits, comme si "l'Ancien" avait de l'empathie pour son cahier de notes. "Si j'avais une autre façon de communiquer, pensez-vous que je m'évertuerais à vous torturer ? Seriez-vous dont stupide ?". En fait non... c'était juste pour y placer deux lignes au lieu d'une... puis elles disparurent. "Pour vous répondre, oui, je suis bien dans la cellule d'à côté". Un fait difficile à croire sans rien pour l'attester...

À nouveau lavé de ses scarifications, le membre d'Ydris fut soudain creuser par une flèche dont la pointe figurait sur le dos de sa main. Puis dessous celle-ci, elle put lire : "Regardez bien dans cette direction !" Désormais habitués à l'obscurité, les yeux de la prêtresse étaient à présent en mesure de déceler une forme massive et immobile tapie dans l'angle gauche de la cellule. La silhouette était munie de deux bras et deux jambes, mais pas de tête ! Son buste et sa taille étaient gigantesques, à première vue cette chose devait bien mesurer dans les trois mètres de haut ! Toutefois, le retour des entailles prouvait que "l'Ancien" n'en avait pas terminé : "Voilà ce qu'est l'Ancien ! mais moi..." Puis les écrits s'effacèrent, et le silence s'installa deux bonnes minutes avant que : "Je me nomme Anezka, ancienne épouse de ce Roi que vous pensez, à tort, avoir offensé ! Il est juste [...]" Par manque de place, l'autre bras d'Ydris fit office de ridelle : "fou ! Mais votre corps tout entier n'y suffirait pas pour tout vous expliquer." Et les gravures reprirent sur le membre d'origine laissant à peine le temps aux précédentes entailles de se gommer complètement. "Rapprochez Pheare au plus près de ma cellule, peut-être arriverais-je à me servir de sa voix !"

Peut-être ? Anezka laissait donc supposer qu'elle n'avait encore jamais fait ça... Hélas, Ydris allait devoir faire un choix ; exposer son amie à une présence dont elle ignorait tout, ou bien se résoudre à demeurer ici pour le restant de ses jours. Dans un sens comme dans l'autre, l'issue ne semblait guère souriante...


¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 18 heures 43 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 22

MessageSujet: Re: Un bien sinistre avenir...   Lun 24 Aoû - 8:59

La réponse de "l'ancien" ne se fit guère attendre malheureusement. Non la prêtresse n'était pas stupide quoique que pouvait en dire la chose qui écrivait gentiment sur son bras. Grimaçant sous l'effet de la douleur, Ydris pensait en son fort intérieur qu'après avoir traverser un monde totalement inconnu elle avait tout à fait le droit de penser qu'une entité aussi sage soit elle ai un coté légèrement sadique. Elle n'en dit rien cependant, laissant le soin à son... interlocuteur de finir.

*Dans la cellule donc... cherchonnnOuuuuch!*

N'ayant aucunement prévu qu'on la guiderait, Ydris sursauta lorsque la flèche apparu sur son bras. De même que la petite phrase l'accompagnant. Roulant des yeux pour éviter de franchement s'énerver elle plissa les yeux et finit par apercevoir une... chose. Une forme pour le moins imposante, possédant bien des bras comme des jambes était installée là bas. Le problème étant que ce géant n'avait pas de tête ! Voilà qui était effectivement fort pratique pour communiquer. Néanmoins pas le temps de s’appesantir sur le sujet, l'Ancien n'en avait pas finit et la rappela à l'ordre. Baissant les yeux sur son bras, retenant son souffle elle ouvrit bientôt de grands yeux perdus. Et faillit hurler de surprise lorsque son second bras fut utilisé pour finir la phrase. Pourtant... Anezka ou l'ancien, ne lui laissa guère le temps de s'en remettre et proposa d'amener Pheare au plus près de la grille afin que peut être, il puisse y avoir communication plus aisée. La prêtresse d'Azura leva la main et la porta à son visage, essayant de tout assimiler.

* Cette femme, serait donc dans l'ancien sans pouvoir s'en défaire. Pour communiquer elle à besoin manifestement de quelque chose de vivant, merci pour moi... Mais elle serait également l'ancienne épouse du dingue qui nous a reçu. Elle peut donc avoir beaucoup à nous apprendre. Néanmoins ai je le droit de la laisser utiliser Pheare ? *

La drow se demandait si les tréfonds entier étaient emplis d'énigmes comme tout ce qu'elle venait de vivre, ou bien si elle était juste tombée aux mauvais endroits. Pourquoi le roi, aussi fou soit il laisserait sa femme dans cet état ? et comment celle ci était elle devenue... l'ancien ? Autant mettre Pheare en danger potentiel dérangeait Ydris, autant elle comprenait que c'était certainement leur seule chance de comprendre ce royaume et pourquoi pas, sortir d'ici un jour. Aussi, après quelques instants, et malgré l'alerte danger qu'émettait sa conscience, Ydris se dirigea vers sa compagne de voyage. Espérant que la déplacer ne signifierait pas aggraver son état, la prêtresse passa un bras sous les genoux de l'humaine et glissa l'autre sous son dos juste sous ses aisselles. Rien que s'accroupir était douloureux pour la prêtresse. Un instant elle se demanda si elle serait à même de porter Pheare. Cependant cette pensée fut vite balayée par la fierté de la jeune femme. Alors elle souleva l'humaine le plus doucement possible et se releva tout en se retenant de faire la grimace. La course, les combats et le reste avaient pris une grande partie de son énergie, et pour ajouter au reste, la faim ne quittait plus son esprit. Les pas de la prêtresse furent donc lents. Elle ne souhaitait pas en plus laisser tomber sa compagne ni trébucher. Pendant ce temps, elle lui parlait à voix basse au cas où elle se réveillerait ou bien serait entre veille et sommeil.

- Je suis désolée Pheare, continuez vos soins surtout, et je vous en prie, faites moi confiance. Une aide peut nous être apportée, simplement vous devez accepter sa présence. Je ne pense pas que cette personne nous veut du mal. Aussi, détendez vous et reposez vous.


Arrivée au plus près de la grille séparant les deux cellules, la prêtresse déposa sa compagne le plus doucement possible, ses genoux tremblant alors qu'elle passait en position accroupie. Un soupir s'échappa lorsque finalement, Pheare fut au sol, et le tout arrangé, afin qu'elle puisse trouver le maximum de confort possible. Une fois ceci fait, elle posa son regard au loin, vers le géant imposant. Elle devait centrer ses pensées sur lui, ou elle, afin de ne pas songer à la faim, et la soif qui la tenaillait.

- Je vous avoue que je ne peux retenir une certaine méfiance, je n'ai aucun moyen de vérifier vos dires. Néanmoins nous n'avons guère le choix. Anezka c'est bien cela ? Si cela vous est possible, je vous écoute, il me semble que nous avons du temps devant nous...

La voix d' Ydris était tendue. Caressant inconsciemment son bras anciennement meurtri, elle s'assit auprès de Pheare et attendit. Consciente qu'elle aussi avait besoin de récupérer, elle comptait bien écouter cette femme et comprendre davantage le fouillis qui régnait dans cet étrange endroit.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 18 heures 46 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 53

MessageSujet: Re: Un bien sinistre avenir...   Dim 18 Oct - 1:08

Suite aux révélations de l'Ancien, il fallut un instant à l'étrangère pour réfléchir à la situation. Elle devait peser le pour et le contre, et quand bien même il lui déplaisait d'exposer Pheare comme elle s'apprêtait à le faire, elle finit par s'y résoudre. L'existence chaotique de la prêtresse l'avait à bien des reprises poussée à trancher entre raison et sentiment... La survie était implacable, et seul un être capable de tourner le dos à sa conscience pouvait endosser le titre de survivant ! Pheare était une jeune femme à la fois étrange et attachante, pourtant, malgré l'affection qu'Ydris pouvait lui porter, elle succomba aux exigences de l'Ancien. Dans son esprit, c'était une nécessité... Pour survivre, elle devait apprendre d'eux. De plus, sans même être certaine de ce qu'elle ressentait, la prêtresse éprouvait de l'empathie pour cette force invisible qui disait se prénommer Anezka. Finalement, ce fut avec un pincement au coeur qu'Ydris se résolut à transporter sa compagne de voyage au plus près de la forme massive dépourvue de tête...

Durant le déplacement du corps inerte de Pheare, le craquement répété des os émiettés dans chacun de ses membres donna une ambiance acoustique des plus lugubres au coeur des ombres du cachot. La prêtresse avait eu beau s'y prendre avec douceur au moment de la reposer, son buste, ses bras, ses jambes et même son cou ne purent s'empêcher de craquer telles des branches sèches... Là ou d'autres auraient hurler à la mort, ou simplement trépassés, l'humaine n'eut pas le plus petit sursaut de conscience, ce qui n'était peut-être pas si mal finalement. Désormais, c'était à l'Ancien d'entrer en jeu...



Il s'écoula près de dix minutes avant que la tête de Pheare ne se tourne brutalement en directement d'Ydris, craquement à l'appui. Les yeux grands ouverts, elle la fixait ! Le regard laiteux qu'elle lui lançait n'avait rien de rassurant, bien au contraire ! Mais même sans ça, l'humaine serait méconnaissable... son air avait changé du tout au tout, et sa lèvre inférieure pendante n'avait pas son pareille pour défigurer son visage pourtant si angélique. Sa respiration était saccadée, comme si elle avait oublié ce qu'inspirer de l'air signifiait... Au coeur de cet esprit abandonné de sa conscience, Anezka tentait avec l'énergie du désespoir de communiquer, en vain. Après tous ces siècles passé dans un golem, l'ancienne épouse du roi allait devoir prendre son temps afin que ses souvenirs de Mortel lui permettent de s'exprimer comme autrefois...

-*Je suis Anezka, fidèle épouse du roi Sildar... allez souviens-toi de cette époque où tu vivais dans un corps fait de chair et de sang !* Se répétait-elle afin de se motiver.

- ...wam... ah... hmm... L'entité se surprit toute seule à émettre ces sons, provenaient-ils vraiment d'elle ? Bon sang que c'était compliqué ! Depuis l'Ancien, Anezka avait seulement besoin de penser pour que les mots sortent, tandis que là, dans le corps de cette humaine, elle devait commander aux mâchoires de bouger, à la langue de fouetter le palais et les dents, au fait d'avaler la salive... ah, et d'inspirer suffisamment d'air si jamais la phrase se trouve être d'une certaine longueur ! Elle ne se souvenait plus guère de toutes ces complexités, aussi espéra t-elle qu'il s'agissait d'un automatisme et que tout cela finira par lui revenir, et le plus tôt serait le mieux.

-*Allez, je peux le faire, il faut d'abord que je me concentre sur un seul mot...* Uhm... *Par la pierre, comment on fait les i, ha oui...* Ozshh *Nom d'un granit fêlé !* Wommin on fait i ! Finit-elle par bafouer sans vraiment y prêter attention. Et quand finalement elle s'en rendit compte, elle amena la main de Pheare jusque devant sa bouche à l'instar d'un gosse prit sur le fait. Yvris... Ydrrris... Ydris ! Puis un sourire furtif illumina le visage de l'humaine. Anezka était fière, elle avait réussi à prononcer son premier mot en tant que Mortel alors que ça faisait maintenant des lustres qu'elle ne l'était plus. C'était un bon début, mais si elle voulait éclairer l'étrangère sur bien des détails... elle allait devoir attendre un peu que son esprit achève son acclimatation au corps de Pheare. Une heure devrait suffire, peut-être moins...

- Un instont zve vaus prie... Prononça t-elle d'une traite postillonnant à chaque syllabe. Anezka n'aimait pas ce qu'elle entendait, et qu'Ydris se rassure, elle n'aura pas besoin de l'écouter claironner pendant une heure, car tout ceci se passait dans la tête... Quant au corps de Pheare, il était préférable de ne point le solliciter, car vu comment elle craquait de toute part, Anezka ne serait pas surprise de la voir tomber en morceaux... C'était à se demander comment elle faisait pour être encore en vie !

La prêtresse ne savait que penser, voir ainsi sa compagne de voyage... possédée, oui c'était bien le mot, possédée ! N'était pas pour la ravir. Jusqu'à ce moment où la tête de Pheare se figea dans sa direction les yeux grands ouverts, Ydris n'avait pas pris conscience de son acte en donnant suite à la demande de l'Ancien. Jamais elle n'aurait imaginé que voir la jeune humaine soumise à cette force étrange puisse la mettre dans cet état. Durant un instant, la prêtresse crut devenir complice d'un crime... Elle qui essayait tant bien que mal de prendre soin de Pheare, voilà qu'elle avait livré son corps en pâture au démon ! Néanmoins, forte de son caractère de Drow, Ydris se reprit mais écouta d'une oreille seulement les quelques sons émis par l'entité, elle qui désormais, siégeait dans la conscience de son infortunée compagne...

À première vue, l'Ancien... Anezka... éprouvait une certaine difficulté à s'exprimer depuis l'hôte qu'elle parasitait, aussi demanda t-elle un instant afin de s'adapter. Ydris, quelque peu dépassée se contenta d'acquiescer en silence. Peu lui importait que l'image de Pheare l'ait vu ou non, qu'elle fasse ce qu'elle avait à faire afin de s'en retourner au plus vite dans son cocon de pierre ! Suite à cela, la prêtresse alla s'assoir dans un coin de la cellule, là où enfin elle put libérer une part de toute cette fureur qui la submergeait ! C'étaient dans ces moments là que la Drow remerciait Lolth d'être aussi détestable ! et la pauvre petite araignée courant le long du mur allait en faire les frais. La bestiole donnait l'impression de fuir l'immense silhouette qui s'en venait la recouvrir de son ombre, et plus la forme approchait, plus l'arachnide se pressait ! Mais alors que le talon de sa chausse la faisait littéralement éclater, un sourire sadique et satisfait illumina durant l'espace d'une seconde, le visage meurtri d'Ydris.

Après ce claquement bien plus fort que la mise à mort de cette pauvre bête ne l'exigeait, les murmures de la pierre purent de nouveau s'épanouir dans le mutisme pesant des geôles. Parfois, il arrivait même que les barreaux métalliques émettent de longs et sinistres grincements... Après toutes les âmes torturées en ces lieux, on pouvait sans mal en deviner la présence. Puis le temps passa, effaçant avec lui la douleur résiduelle qui parcourait le bras d'Ydris depuis son contact avec l'Ancien. Mais cela ne fit que raviver celle qui logeait dans sa joue gauche depuis sa rencontre avec cette saleté qui faisait office de Roi ! Et malgré sa présente faiblesse, la prêtresse s'essaya à se guérir, sans véritable succès... La plaie fut bien refermée, mais la trace quant à elle, demeurait... La Drow pouvait la sentir de ses doigts, et bien que désormais indolore, il ne lui fut point difficile de comprendre qu'elle garderait cette cicatrice pour le restant de ses jours !

Impossible de savoir combien de temps il s'était passé depuis sa guérison, car peu de temps après, en dépit de sa volonté à demeurer éveillée, Ydris sombra dans le monde des rêves. Pour elle ce ne fut qu'un instant d'égarement, une poignée de secondes, mais dans la réalité... il en était tout autre ! Car lorsqu'elle ouvrit les paupières, l'une après l'autre, c'est avec stupéfaction qu'elle aperçut Pheare debout ! Elle était certes toujours au même endroit, mais debout ! Et comme par sentiment d'être observée, l'humaine se retourna pour lui rendre son regard... Elle n'avait plus le visage décomposé de tout à l'heure, d'ailleurs sur le moment, elle crut au retour de sa compagne, mais lorsqu'elle s'exprima, Ydris comprit, elle sut d'emblée que c'était l'oeuvre d'Anezka, son accent et le ton utilisé n'avaient rien à voir avec la Pheare qu'elle connaissait... Et visiblement, elle avait oublié les questions de la Drow formulées avant la possession, car voilà qu'elle lui demandait de manière presque rhétorique, de les poser de nouveau...


¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 19 heures 38 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 22

MessageSujet: Re: Un bien sinistre avenir...   Dim 13 Déc - 13:12

J'attendais. Sans mot dire car je n'étais pas pressée. Il s'était passé beaucoup d’événements en peu de temps et un léger répit même si celui ci se faisait dans une salle obscure, était le bienvenu. Je laissais donc le temps à l'ancien de se manifester en Pheare, ma pauvre compagne si éprouvée. Je connaissais à présent deux aspects de sa personnalité. L'humaine agréable et qui avait sauvé ma vie à plusieurs reprises, mais aussi l'assassin sanguinaire qui sommeillait et ne demandait qu'à prendre le contrôle. Heureusement, cela n'avait pas duré mais à quel prix ? Ses os me semblaient en poussière et ses organes... impossible à décrire. C'était un miracle que Pheare respire encore là, devant moi. Un craquement brusque ma sortit de mes pensées. La tête de l'humaine venait justement de se tourner vers moi, brusquement. Je ne pus retenir une grimace en scrutant son beau visage entièrement défiguré... et vide. Un instant je voulus appeler ma compagne avant de me rappeler qu'il s'agissait très certainement de l'ancien. C'était... troublant. J'en vins à regretter d'avoir accepter de laisser cette chose, partager le corps de Pheare... aurais je fait une terrible erreur ? Par Azura je devais me calmer. Ou était passée la drow confiante et combattante ? Quelle loque je faisais. Je me repris, songeant que ma décision était la meilleure à prendre, que nous avions besoin de ces réponses. Quelques sons sortirent de la bouche de la jeune femme, incompréhensibles. Les cordes vocales de Pheare étaient elles abîmées ? je dois dire que c'est la première chose qui me vint à l'esprit étant donné l'état général de celle ci. Cependant je n'osais pas une parole, laissant d'autres sons sortir, puis quelques mots apparemment imprévus car un geste enfantin s'en suivit et enfin... mon nom.

-Oui... hochais je la tête lentement, un léger sourire aux lèvres moi aussi.

Je comprenais enfin ce qu'il se passait. Il fallait apparemment que... comment s'appelait elle déjà ? Aniz.... non Anes.... Anezka c'était celà ! l'entité présente dans le corps de Pheare, s'adapte et parvienne à gérer ce qui semblait presque être nouveau pour elle. Elle s'en tirait bien dans ce cas, du moins de mon avis. Mais lorsqu'elle me demanda un peu de temps, je ne pus qu'accéder à sa requête, comme je l'avais dis, nous avions du temps, et tout ce que je désirais, seule elle, pouvait me l'apporter, du moins selon les dires de la petite femme en machine. Je m'éloignais alors, un peu dépassée par cet étrange échange. Une folle envie de tout détruire s'emparait peu à peu de moi. j'avais beau avoir du temps, je détestais cet endroit, son roi, et tout ce qui touchait de près ou de loin à ces souterrains. Après avoir serré les poings furieusement et taper rageusement le mur, j'aperçus une de ces saletés d'arachnide non loin de moi. Lolth parvenait donc jusque là, à m'espionner, et me narguer ! petite chose détestable ! Il ne fallut qu'un instant pour que, bien plus fort qu'il n'y avait besoin, l'horrible huit pattes finisse éclatée sous mon talon. Un instant fugace de plaisir et de joie dont je me délectais en souriant. Dommage qu'il n'y en ai pas davantage pour une fois... je me serais bien défoulée encore un peu.

Je regardais alors machinalement mon bras. Plus aucune trace, ni douleur, plus rien qui puisse prouver la... communication qui avait eu lieu avant. Pourtant s'il y avait bien quelque chose qui se rappelait à moi, c'était une sourde chaleur... une autre plaie je le compris. Je portais ma main à mon visage, furieuse que cet espèce de lâche qui se faisait appeler roi, ai pu entacher ma joue ainsi. Je tentais alors de guérir cette blessure laissée de coté jusqu'à présent. Le tout se referma et pourtant... je sentais la cicatrice sous mes doigts. Pourquoi ? Allais je devoir vivre toute ma vie avec le souvenir de cette moitié d'homme fou ? il semblerait que oui constatais je en m'asseyant, tout en maudissant l'homme encore et encore.... jusqu'à m'assoupir vraisemblablement. Car lorsque l'ouvris de nouveau les yeux, Pheare se tenait debout non loin, me tournant le dos.

*Impossible.... Est elle gué...*

Je m'interrompis, le corps de ma compagne se retournant. Son visage semblait normal alors je crus vraiment que Pheare était de retour. Ma joie fut cependant de courte durée car ce fut une toute autre voix qui s'échappa de la gorge de la femme que je connaissais. Son ton, son accent,... indéniablement Pheare n'était pas vraiment...là. Il s'agissait d'Anezka, toujours en possession de son corps. Ne comprenant guère comment elle parvenait un si bon contrôle, et encore moins comment elle faisait pour tenir debout, je me contentais d'écouter. Aurait elle oublié mes demandes ? il semblerait puisqu'elle me demandait à présent de les répéter. Décidant de me lever à mon tour afin de sortir de cet état à moitié végétatif dans lequel je me trouvais, je repris lentement conscience de tout. Je ne savais combien de temps avait passé. Cela comptait il vraiment ? Le fait était que l'entité était prête et que moi j'hésitais. Oui une part de moi ne pouvait s'empêcher de vouloir ma compagne maintenant et non ... cette possession. Me rapprochant d'elle, je m'éclaircis alors la gorge et prit la parole.

- Pardonnez ma surprise mais je ne pensais pas vous voir ainsi... commençais je sachant très bien que mon visage trahissait mes émotions.  Vous m'avez donc dit vous appeler Anezka et être l'ancienne épouse du...roi devant lequel Pheare et moi avons comparu. Vous avez aussi ajouté qu'il était fou. Quant à moi je voulais des informations sur lui et ce peuple, car nous ne comptons pas rester là et devenir ses esclaves. Or on m'a dit que seul l'ancien, c'est à dire vous, ou... cette chose dans laquelle vous étiez, aviez des réponses. Si mes souvenirs étaient exacts nous n'avions pas "parlé" davantage. Comment se fait il que vous, sa femme, soyez là, et sous cette forme ? Ce petit homme a t'il toujours été fou ?

Evidemment beaucoup d'autres questions me venaient à l'esprit. Mais autant commencer par le début.  Je restais méfiante, mais demeurait calme. J'étais de nouveau prête à écouter, faisant fît ou presque, de la question de possession pour le moment.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 19 heures 40 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 53

MessageSujet: Re: Un bien sinistre avenir...   Lun 21 Déc - 2:25


Ce corps dans lequel Anezka résidait était vraiment surprenant. De mémoire, jamais encore elle n'avait rencontré pareil phénomène... Elle était pour ainsi dire ; en miette ! Et voilà qu'une heure plus tard la majeure partie de ses os s'était reconstituée. La jeune femme à la peau d'ébène en fut d'ailleurs toute aussi surprise à son réveil. Toutefois, en dépit de son étonnement, l'étrangère accepta de se répéter. Il n'en fallut guère d'avantage pour que les souvenirs d'Anezka recouvrent leur clarté. La fille au derme obscur s'appelait Ydris, alors que celle qu'elle pilotait se nommait Pheare. En somme, il s'agissait de deux paumées de la surface qui eurent la malchance de rencontrer sa Majesté ; Le Roi Sildar. La défunte épouse de ce dernier était désolée pour elles, car pour se sortir de cette situation, c'était d'un miracle dont elles avaient besoin !

- Ne vous alarmez pas pour Pheare, Ydris. Tout ce que j'ai fait, c'est me relever, quant au reste... c'est de son seul fait... Répondit sommairement Anezka au regard inquisiteur de l'étrangère. Alors comme ça vous voulez des informations sur Sildar et son peuple ? Le visage de Pheare demeurait impassible, laissant deviner que l'esprit parasite avait oublié ces subtilités. Néanmoins, au son de sa voix il n'était point difficile de comprendre que cette question n'était pas des moindres... J'espère que vous êtes ouverte et capable d'intégrer un grand nombre d'informations sans les oublier. Car ce que je vais vous révéler risque d'être à la fois long et complexe. Or, sachez par avance que je ne me répèterai pas, je sens déjà votre amie lutter pour sa liberté...

En effet, d'étranges souvenirs ne lui appartenant guère commençaient à se superposer aux siens, preuve que Pheare revenait peu à peu à elle. Anezka se demandait même si elle aurait le temps de terminer avant que son esprit ne soit chassé...

- Notre peuple se fait nommer Belrin, ce qui signifie "Premier-Nain" dans votre langue. Nous avons été conçu en secret par notre Divinité selon Salshine, la grande Divinatrice des Oubliés. C'est pourquoi nous sommes reclus sous terre sans possibilité d'atteindre la surface, ni même communiquer avec d'autres peuples vivant sous la pierre comme nous, tel que les Drows par exemple. C'est ce qui rend votre présence si troublante...  Et pour vous répondre Ydris, non, le Roi Sildar n'a pas toujours été fou. Jadis, c'était un grand monarque et un mari aimant. Il se pliait à mes quatre volontés sans broncher. Alors que moi... j'étais loin d'être la femme parfaite. À cette époque je n'avais pas conscience de la chance que j'avais d'avoir été choisie par mon Roi, alors je l'ai trahi de la pire des manières. J'ai partagé ma couche avec Janaël, un Oublié... Aussi terrible que pouvait être son récit, Anezka n'avait aucun mal à le conter, et pour cause : Ne vous méprenez pas sur mon insensibilité apparente, étrangère. Mais cette histoire date d'une ère depuis longtemps révolue, aujourd'hui... ce ne sont guère plus que de pâles souvenirs dénués de toute émotion. Ceci étant dit, elle pu poursuivre. Dans un premier temps il n'en sut rien, puis vint La Confrontation ! La Confrontation Ydris, n'est rien de moins que le nom d'une grande bataille. Car sachez que depuis la nuit des temps, nous sommes en guerre contre les monstres de Prugarass. Jour après jour, cette brèche reliant notre monde aux Enfers les plus abjectes ne cesse de vomir des hordes de démons que même un esprit tourmenté sera incapable de reproduire !

Comment expliquer tout ça à cette femme tout en demeurant cohérente à ses yeux ? Anezka avait beau parler vite, elle prenait tout de même soin de choisir ses mots, ce qui parfois était loin d'être aisé.

- La Confrontation fut la bataille la plus sanglante de notre histoire, car cette fois là, Prugarass jugea bon de lâcher sur nous un Seigneur Démon ! Ce fut le chaos le plus total, nos troupes étaient incapables de tenir tête à une créature aussi puissante ! C'est alors que Sildar commit l'impensable, il provoqua l'archidiable en duel. Tandis que notre armée s'y cassait les dents, notre bon Roi parvint à terrasser le Démon après trois heures de combat. Nous célébrâmes cette immense victoire, mais rapidement, le Monarque accusa un premier contre coup. De terribles visions l'empêchaient de dormir, des voix grondaient dans sa tête. Et à chaque jour qui passait, il se faisait toujours plus mauvais, ajouter à cela, sans que je sache comment, il eut vent de ma trahison ! J'ai vainement tenté de me faire pardonner, mais fasse au Démon qui grandissait en lui, se nourrissant de ses entrailles, j'étais déjà morte. Craignant son courroux, je m'enfuis me réfugier chez les Oubliés. Mon amie la Reine me protégea sept mois durant, mais ce que je pensais jusqu'alors impossible se produisit. Je venais de mettre bas deux bébés que je n'ai jamais pu nommer. J'avais conçu deux enfants qui mélangeaient nos deux races, soit celle des Nains et des Oubliés ! La Reine décida de les sauver après que je lui ai supplié de le faire, le sortilège fut si intense que j'en perdis l'audition, handicap que seule ma mort fut en mesure de remédier. En y repensant je trouve ça ironique !

Le peuple Nain était fier, il ne pouvait donc en aucun cas tolérer une race hybride. Toute cette affaire fut alors étouffée avant d'être confinée dans les archives. Nul ne devait savoir ! Paradoxalement, un nom de race fut donné à ces êtres indignes : Aralsia ! Ce qui voulait dire : "Sang de l'épouse". Les Belrin's cachaient nombre de secrets au sujet des Aralsia's, par ailleurs, la rumeur courrait chez les Oubliés que la Reine Aërlina en aurait sauvé des centaines d'autres, et qui aujourd'hui parcourraient la surface à leur guise sans même savoir qui ils sont réellement. Bien entendu, la Reine ne s'est jamais expliquée sur le sujet, ce qui ne fit qu'entretenir les doutes et les craintes...

- Il ne me tua pas le jour même, dans un premier temps il fit de moi sa prisonnière à qui il confia ses desseins les plus cruels. Il radotait sur le fait qu'il ferait payer à Aërlina de l'avoir trahi en protégeant une traitresse comme moi. Évidemment, la première chose qu'il fit fut de forcer la Reine des Oubliés à créer un lien spirituel entre lui et son peuple, les Belrin's donc, de cette façon, sa volonté devint également la leur ! C'est pourquoi ses sujets sont désormais au moins aussi fous que lui, et qu'ils ne peuvent rien faire contre ça ! Il finit par m'occire peu après avec un poignard à lame dentée, je m'en souviens très bien car ce n'est pas dans notre manière de faire ce genre d'arme, mais je dois bien avouer que mes tripes l'ont senti passer... Et comme ma mort ne lui suffisait pas, avec l'aide d'un Oublié il assujettit mon essence à un Golem, soit l'Ancien. À présent chevillée à ce tas de gravats, mon premier acte fut de massacrer cet idiot d'Oublié que j'avais à portée, puis Fidia intervint en faisant exploser la tête du Golem. Durant des années je servis de décoration dans la chambre de Sildar, mais une nuit, je parvins à lui entailler la jambe, comme j'ai pu le faire avec votre bras. De là, il comprit la menace que je représentais et finit par m'abandonner ici, pour toujours et à jamais...

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 19 heures 45 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 22

MessageSujet: Re: Un bien sinistre avenir...   Ven 22 Juil - 8:56

Apparemment il suffit de mes quelques explications pour que Anezka recouvre ses souvenirs. Elle en profita pour me rassurer quant à ma compagne. C'était véritablement l'humaine qui, après avoir été littéralement en miettes, était à présent capable de se tenir debout. Pheare avait mentionné plus tôt des capacités lui étant propre mais je ne me souvenais pas spécialement de régénération. Cela étant c'était plutôt une bonne nouvelle. Anezka était donc prête à me révéler un paquet d'informations. La mémoire ? oh en trois mondes différents je pensais ne pas avoir perdu trop de souvenirs, du moins pas de grande importance. Je hochais la tête comprenant que mes interrogations étaient loin d'être anodines pour celle qui se trouvait en Pheare.

Ainsi ce peuple se nommait Belrin et avait été crée en secret par une divinité. Cependant à mes yeux cela n'expliquait pas le fait de ne pouvoir communiquer avec les autres races, ils seraient forcément repérés à un moment ou un autre. Mais ce qui m'intrigua le plus fut que le roi, cette abomination qui venait presque d'achever Pheare, avait été saint d'esprit un jour et même... aimant. Difficile à imaginer mais après que Anezka eut cité son infidélité avec un oublié je compris grâce à ses quelques mots que tout cela datait de très longtemps. Autrement dit ce peuple, leur roi et tous ces représentants pouvaient vivre un très grand nombre de décénnies. Alors que j'assimilais cette information, l'ex reine enchaîna sur ce qu'elle appela La Confrontation. Une guerre contre des monstres venus de prugarass, qui s'apparentait à une brêche directe vers les enfers. Je ne connaissais en rien ce lieu ni ce qui pouvait y vivre. j'écoutais donc la suite avec attention.

* Un démon... que le roi finit par vaincre seul en duel mais qui en quelque sorte, le dévora ensuite de l'intérieur*

J'avoue qu'à mes yeux toute cette histoire devint extrêmement confuse, d'autant plus que s'y ajoutait la trahison d'Anezka découverte, une fuite chez les oubliés et une naissance de jumeaux mi nains mi oubliés sauvés uniquement par un sortilège qui rendit la reine sourde. Une foule de questions se bousculaient dans ma tête, cependant je décidais de les repousser, et de me concentrer sur Pheare, ou plutôt la femme qui la contrôlait pour le moment, et de retenir le maximum d'informations. Ainsi donc Anezka ne mourut pas de suite. Le roi devenu démon préféra la vengeance, sur elle mais également sur la reine des oubliés donc je ne parvins pas à retenir le nom. Il la força à créer un lien spirituel entre lui, le fou et son peuple. Voila qui expliquait certaines choses bien que pour ma part je dirais que tout le peuple n'est pas à l'image de Sildar. Celui ci finit par tuer Anezka avant de relier son âme à un golem... l'ancien. Voilà qui élucidait un mystère de plus. Enfin la pauvre femme, après avoir attenté à la vie du roi par des entailles semblables à celles dont mon bras se souvenait encore, se retrouva ici.

-Combien de temps ?

Ces trois mots sortirent de ma bouche avant même que je puisse les en empêcher. j'avais bien compris que la l'ex reine ne pourrait rester longtemps dans le corps de ma compagne de voyage, et après lui avoir soutiré toute cette histoire, j'aurais aimé avoir une idée du temps qui s'était écoulé depuis sa mort, ou sa mise au cachot... Je ne mettais pas en doute son histoire. Elle n'avait aucune raison de mentir. Alors que je tentais de regrouper tout ce que je venais d'apprendre je me rendis compte que nous étions vraiment mal embarquées. Ce roi avait une emprise magique sur son peuple qui ne pouvait se rebeller contre lui ce qui expliquait les paroles de Fidia tout à l'heure. Autrement dit personne ne pourrait venir à notre aide. Ni à celle d'Anezka. Songeant alors que la ruse serait surement notre meilleure alliée, je réfléchissais à ce que j'allais dire à Pheare une fois celle ci réveillée. Mais avant tout, je devais quelques mots à la reine.

-Je vous remercie Anezka. Fidia avait raison. Votre vie fut houleuse, et vous m'avez appris plus que jamais je n'aurais pu l'espérer. Je ne sais pas encore comment cela pourra nous aider mais je sais que ni Pheare ni moi n'abandonneront. Et si jamais nous nous en sortons j'aurais alors une dette envers vous. Je ne l'oublierai pas.

D'autres questions restaient en suspend comme les relations entre les Belrin's et les oubliés, ou encore cette technologie extrêmement avancée que possédaient les nains. Néanmoins le principal était là, et déjà beaucoup à retranscrire à Pheare. A moins bien sur que ma compagne n'ai tout entendu de là où elle se trouvait...

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 19 heures 46 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 53

MessageSujet: Re: Un bien sinistre avenir...   Mar 13 Sep - 13:48


L'étrangère dont Anezka parasitait la conscience allait revenir à elle d'une seconde à l'autre, et elle comptait bien utiliser chacune de ces secondes pour aiguiller au mieux Ydris. Car une fois qu'elle aura été expulsée de l'esprit de Pheare, elle ne sera plus en mesure de communiquer dans les jours qui suivront. Tout fantôme connait ça, "plonger dans un corps vous vide", en somme l'âme usée d'Anezka abandonnera l'intégralité de son énergie à l'essence bien vivante de l'Humaine. Ca ne fera aucune différence entre l'avant et l'après pour la femme au teint livide, mais pour Anezka il en sera tout autre. Sa vitalité, s'il en est, se régénérera avec le temps, mais dans son monde, ce temps est beaucoup plus long que chez les vivants.

- Oubliez donc cette dette envers moi, et pensez plutôt à vous. Aërlina ainsi que les siens ont les mains liées mais ont encore toute leur tête. Si vous parvenez à monter en estime, vous pourrez alors compter sur leur soutien ! Votre seule issue maintenant que vous appartenez à la Lice, c'est de séduire la plèbe ! Offrez à la foule vos plus beaux combats, faites qu'elle vous adore, faites qu'elle en veuille toujours plus. Et alors, quand suffisamment de sang aura coulé, votre prestige sera plus grand encore que celui du Roi ! À partir de cet instant, il ne pourra plus rien contre vous, et Aërlina pourra intervenir.

Le plus difficile dans tout ça, allait être de survivre à chacun de ces combats. Et si jamais elles s’avéraient aussi redoutables qu'Anezka l'espérait. Les rixes seront toujours plus dangereuses, et les victoires aussi atroces que sanglantes. Si elles voulaient en réchapper, c'était la seule solution !

- J'ai foi en votre réussite... Sur cette phrase, les yeux de Pheare se révulsèrent. Puis, dans une bruyante inspiration, la jeune femme s'écroula sur le sol glacial.

- J'ai... j'ai dormi longtemps ? Demanda une voix sous les cheveux. Le ton utilisé était identique à la Pheare que Ydris connaissait. De toute évidence, cette dernière était de retour. À la différence que, elle ignorait tout de ce qu'il venait de se passer avec l'Ancien et son esprit possédé... L'Elfe noire allait donc devoir relayer l'histoire ainsi que la... "solution" d'Anezka à sa compagne de cellule.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 19 heures 48 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 22

MessageSujet: Re: Un bien sinistre avenir...   Mer 4 Jan - 17:51

Je sentais qu'il ne restait guère de temps à Anezka... Pourtant, une dernière fois elle tint à s'exprimer. Cela voulait il dire que nous ne serions plus en mesure de communiquer par la suite ? Je le craignais. Après tout ce transfert utilisait certainement beaucoup d'énergie et je ne connaissais rien à la régénération de... l'ancien. Aussi je fus attentive à tout ses dires. Monter en estime... Disons que c'était facile à dire mais nous en étions descendues tellement rapidement et sans faire plus que prononcer quelques mots. Je soupirais alors qu'elle ajoutait que nous devions nous faire aimer de la foule, ou plèbe comme elle l'appelait, avec nos plus beaux combats, dans le sang et la bataille. Je n'étais pas venue massacrer des innocents certes mais au moins, c'était dans mes cordes. Si c'était là le seul moyen de sortir d'ici alors je n'hésiterai certainement pas.

*Quoique...*disait une petite voix dans ma tête. J'avais toujours eu une vision plutôt loyale et équitable des combats, c'était ainsi que je les désirais mais comme chez les elfes noirs, ce n'était pas la préoccupation principale ici, du moins j'en doutais.

Eh bien ce serait à moi de devenir davantage proche de mes ancêtres ! Sans adorer cette saleté d'arachnide tout de même cela allait sans dire. J'entendis alors une dernière fois la voix de plus en plus faible d'Anezka puis elle s'effondra. Je me précipitais au sol, prête à vérifier que n'avait rien été aggravé par la chute lorsqu'une voix douce et familière se fit entendre du corps.

-Pheare ! Ne puis je m'empêcher de prononcer, soulagée. Ma lèvre se retroussa d'un coté à sa question plutôt... anodine. C'était bien ma compagne qui était à présent devant moi, et non Anezka. Celle ci était partie et apparemment, l'humaine n'avait pas profiter de son récit. Un bon moment oui, mais je pense que c'était nécessaire... comment vous sentez vous ?

Je l'aidais à s'assoir et s'adosser contre le mur de notre cellule. Malheureusement je ne pouvais point faire plus pour son confort. Je m'assis en face d'elle, décidant de ne pas attendre pour lui révéler ce que je venais d'apprendre. Après tout j'avais besoin de son avis et puis c'était grâce à elle si Anezka avait pu s'exprimer.

-J'en ai appris un peu plus sur notre situation pendant votre... régénération. Nous avons pour voisin de cellule un golem qui renferme en fait une personne du nom d'Anezka. Celle ci a prit contact avec moi mais, ne pouvant parler directement, du prendre un moment le contrôle de votre corps. J'en suis désolée, c'était le seul moyen d'avoir des informations...

Je lui laissais le temps d'assimiler le fait que je m'étais servie d'elle... J'imaginais bien qu'elle ne serait pas ravie. Pourtant j'avais paré au plus pressé et ça n'avait pas été facile de laisser l'ancien se servir de Pheare. A l'époque je ne savais même pas si elle survivrait à ses blessures. Ne cherchant pas à me justifier davantage, après tout j'avais plus important à dire, je décidais donc de continuer.

-Voyez plutôt ce que j'ai pu glaner, vous m'étriperez ensuite. Anezka donc, se révèle être la femme de ce roi que nous avons rencontré. Leur peuple se nomme les Belrin's. Je vous passe les détails de leur création. Il semble que ce peuple possède une longévité énorme. Il fut donc un temps ou Sildar le roi fut bon. Néanmoins il y eut une guerre entre ce peuple et celui de Prugarass. Des démons. Le roi provoqua l'archidiable et duel et finit par le vaincre. Seulement... ce fut comme si la créature s'était immiscée en lui. De jours en jours il commençait à devenir mauvais, jusqu'à l'état dans lequel nous l'avons vu. Je fis une courte pause, me demandant si la suite était nécessaire. Mais après tout Pheare méritait de tout comprendre. Et il y a une chose qui n'a pas aidée. En effet, il y a bien longtemps, Anezka trahit le roi et coucha avec un oublié. De cette union naquit deux enfants qui furent sauvés et protégés par la reine des oubliés, une amie d'Anezka. Pourtant, une fois possédé, Sildar apprit cette faute. Il tourmenta sa femme au delà de la mort et exigea de Aërlina, la traîtresse qui avait aidée sa femme, qu'elle crée un lien spirituel entre lui et son peuple. Voilà pourquoi les sujets du roi ont l'air de pantins. Ils sont aussi fous que lui désormais. Sauf Fidia je pense. La femme à la machine de tout à l'heure.

Je pensais avoir paré au plus urgent avec ce bref résumé. Avais je été suffisamment claire ? Je l'espérais mais Pheare pourrait toujours me poser des questions. Après tout les discours n'étaient pas dans mes habitudes. Il fallait à présent que je révèle la...solution que m'avait proposer cette même femme. Or si je savais que l'humaine savait se battre, je redoutais davantage son coté sombre qui pouvait apparemment surgir de temps à autre et était impossible à maîtriser. Je finis donc par reprendre la parole.

-D'après Anezka, notre seule chance est de nous faire aider d'Aërlina, la reine des oubliés. Et pour cela il faut nous faire aimer du peuple. Or le seul moyen dont nous disposons ici, c'est le combat. Nous devons montrer aux Belrin's les plus belles et sanglantes batailles qu'ils puissent voir, encore et encore, jusqu'à obtenir le prestige nécessaire...

Je ne pus m'empêcher de grimacer à cette idée. Si seulement Mina était là, elle aurait eu tôt fait de se sortir de ce pétrin. J'étais sure qu'il lui aurait fallut un temps ridicule pour offrir les plus.... horribles duels jamais connus. Sans que cela ne lui pose aucun problème au passage. Il n'en serait pas de même pour moi, et pour Pheare non plus, du moins je le sentais mais pouvait très bien me tromper, je ne la connaissais pour ainsi dire, pas. Ayant terminé là les explications, je décidais de me taire attendant une possible réaction de l'humaine. A vrai dire, je ne lui avais guère laisser le temps d'en placer une simplement afin d'en finir. A présent nous étions deux à savoir l'essentiel, et ainsi à pouvoir nous préparer. Je redoutais tout de même les prochains mots de celle qui était ma compagne de route. Elle pouvait me prendre pour une folle de croire les paroles d'une chose sortie d'un golem, et qui s'était en plus servie de son corps pour converser. Pheare pouvait aussi éclater de nouveau de colère et laisser son ombre...Non je rejetais cette hypothèse. Il fallait certainement beaucoup plus qu'une simple histoire pour cela. Bref, je ne pouvais que laisser le silence s'installer entre nous, en restant assise là, n'ayant de toute manière aucune envie de me mouvoir et faire les cent pas dans cette cellule.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 19 heures 53 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 53

MessageSujet: Re: Un bien sinistre avenir...   Jeu 26 Jan - 4:32


À son réveil, Pheare semblait s'être perdue dans les méandres obscurs de son coma. Ydris alla même jusqu'à l'aider à s'asseoir afin qu'elle soit plus à son aise. Mais alors que la prêtresse s'exprimait, tout lui revint d'un bloc, enfin... en partie. Car l'épisode de son pendant sombre au banquet du Roi fou demeurera dans son subconscient, ne surgissant que périodiquement dans le seul but de hanter ses songes. Ce n'était pas toujours agréable de rêver à des flots sang et des cris, pourtant, Pheare se devait de vivre avec. Malheureusement, malgré son impression de sortir d'un cauchemar, la situation actuelle des deux jeunes femmes étaient loin, même très loin d'être idyllique... Croupissant dans une cellule aussi sombre que le coeur du monarque, Pheare s'interrogeait sur le pourquoi d'une telle haine. Une réponse relativement partielle lui sera donnée par la bouche même de son infortunée compagne, Ydris.

Elle lui confia s'être servie d'elle à des fins plus ou moins... satanique ! C'était bien comme ça que l'on nommait un acte de possession, non ? Cependant, Pheare ne se laissa guère prendre au démon de la colère, le regard de la prêtresse ne laissait planer aucun doute quant à l'importance de ses futures paroles. Et ses révélations ne furent pas des moindres ! Anezka, la défunte femme du Roi fou s'exprima à travers elle afin de leur livrer une solution aussi dangereuse que farfelue. Les yeux ronds comme des soucoupes, pheare ne put cacher sa surprise. Jamais elle n'aurait imaginé tomber dans un tel bourbier ! Les créatures à tentacules lui semblaient bien amicales tout-à-coup... Assommée par tout ce qu'elle venait d'entendre, Pheare se sentit dans l'obligation de se... distraire, avant d'entrer dans le vif du sujet.

- Excusez-moi un petit instant... Marmonna t-elle avant de se saisir de son épaule gauche, pour brusquement la pousser vers l'arrière, générant à travers ce geste barbare un craquement des plus immondes. Soupirant légèrement des suites de sa petite manipulation, Pheare afficha un léger sourire à l'attention de la prêtresse. J'ai certes une capacité de guérison remarquable, mais tout ne se remet pas en place tout seul... Finit-elle par ironiser.

Toutefois, l'expression de son visage changea lorsqu'elle dû reprendre le sérieux de la conversation. - N'ayez crainte Ydris, je ne peux pas vous en vouloir de vous être servie de mon corps, nous avons tous notre manière de survivre. Et il faut bien avouer que c'est tout ce qu'il nous reste en ce moment... Puis le silence s'installa, durant lequel Pheare observa tour à tour sa vis-à-vis ainsi que son propre corps. Ses traits s'assombrirent avant que sa voix ne résonne de nouveau... Je me souviens vous avoir dit que votre magie curative ne ferait qu'attiser ma démoniaque doublure, cependant, je ne constate aucune pratique rudimentaire de votre part Ydris. Pas de bandage, pas de garrot... vous deviez sans doute me considérer comme morte. J'avoue être surprise qu'une prêtresse telle que vous n'ait même pas tenté de me soigner avec les moyens du bord. Le regard de la jeune femme au visage maculé de croûtes noires s'était littéralement planté dans celui de l'Elfe à la peau d'ébène. Si je m'en remets à votre récit, nous n'avons d'autres choix que de collaborer, mais comment cela peut-il être possible si je ne puis me fier à vous ?

La tension qui s'instaurait peu à peu tourna court lorsqu'un grincement métallique retentit au loin. Une porte venait de s'ouvrir, et à présent des pas lents et réguliers s'approchaient... Sans attendre, Pheare se leva moyennant quelques craquements supplémentaires, avant de soudainement se rasseoir. Sauf que, cette fois-ci elle se trouvait adossée à la grille qui donnait sur le corridor...


Peu après l'intervention de Fidia, Jimpi assista impuissant à l'escorte des deux étrangères jusqu'à la Lice. Retournant donc auprès de son Roi, il analysa la situation... La salle du trône était inondée du sang de ses frères d'armes, ainsi qu'une étrange flaque noirâtre à côté de laquelle se trouvait une épée. Comme à son habitude, une fois que le monarque avait donné un ordre, c'était une affaire entendue, plus question d'y revenir... Mais Jimpi ne pouvait pas en rester là, cette fois il ne s'agissait pas d'une simple histoire d'Oublié, ou encore d'un Golem défectueux, c'était un événement unique ! Deux inconnues venant de la surface étaient parvenues à les rejoindre. Quand bien même il ne pourrait rien faire pour les sauver, il ne pouvait pas non plus faire comme si de rien n'était !

- L'heure est sombre, comme la pierre de ces murs... S'annonça le Nain une fois posté face aux barreaux qui faisaient frontière entre prison, et liberté. Je suis... sincèrement attristé par votre sort. Poursuivit-il maladroitement. Mais...

Jimpi ne put terminer sa phrase que d'un mouvement aussi rapide que précis Pheare l'attrapa fermement par la barbe ! Elle n'avait même pas eu besoin de se lever étant donné sa petite taille. Énervée, à juste titre, elle dévisagea l'homme de son regard sanguin avant de lui susurrer d'une voix terrifiante : - C'est sans doute le dernier sentiment que vous éprouverez ! Les iris de la jeune femme s'illuminèrent, signe que la démence était toute proche.

- S'il vous plait... je ne vous veux aucun mal... Bredouilla le Nain surpris de l'état quasi indemne de cette femme.

- Ah oui... c'est vrai ! Personne ne nous veut du mal, le soleil brille, les oiseaux volent dans le ciel. Ah mais non... suis-je bête, nous sommes dans une cellule à vingt mille lieues sous la terre ! Gronda t-elle avec sarcasme. J'ai laissé ma patience auprès de votre si bon Roi, alors je ne saurais que trop vous conseiller de nous dire ce que vous venez faire ici ! Vos états d'âme, je m'en contrefiche !

- Oui... d'accord... d'accord. Bégaya t-il avant de se reprendre. Je préférerais que notre Roi soit bon vous savez. Mais je sais aussi que les gardes qui ont pour charge d'entretenir les résidents de la Lice sont sourds et muets, en plus d'être illettrés. J'ai naïvement songé que vous méritiez mieux comme première visite, car je voulais vous dire en personne que je vous soutiens, et que bientôt d'autres vous soutiendront aussi !

- À quoi bon si vous ne pouvez rien faire ?! Répliqua Pheare en le lâchant.

- Un jour mon instructeur m'a dit que notre meilleure alliée dans nos instants les plus sombres se trouvait être la foi... Et je veux que vous ayez foi en vous, en nous, en votre réussite ! Attrapant alors la besace qu'il portait en bandoulière, il finit par ajouter à l'attention de la dame au derme obscur. J'ai récupéré ça pour vous. De là, il en sortit l'arme qu'elle portait à son arrivée dans la salle du trône. J'ai pensé qu'elle vous aiderait, et peut-être même qu'elle vous sauverait de tous les combats qui vous attendent. Ainsi que de l'eau et des victuailles pour toutes les deux récupérées sur la table qui vous était normalement consacrée. C'est bien peu de choses j'en ai conscience, mais je tenais à ce que vous sachiez que vous n'êtes pas seules, et que notre peuple n'est pas fou. Il n'y a que notre Roi qui l'est... mais c'est là une histoire si alambiquée. Termina le Nain en murmurant par crainte d'être entendu.

À la suite de quoi, Jimpi fit passer le bissac entre les barreaux afin que les détenues puissent profiter de son contenu. Son regard était compatissant, mais aussi chargé de larmes, quoique pas assez pour qu'elles ne coulent. De toute façon, le garde officiel n'allait plus tarder à faire sa ronde dans cette aile de la prison, aussi espérait-il avoir apporté le réconfort souhaité...

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 19 heures 57 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 22

MessageSujet: Re: Un bien sinistre avenir...   Dim 1 Oct - 8:45

Pheare était de nouveau présente, physiquement et avec tout son état mental. Il n'en fallait guère plus pour qu'une once de soulagement s'empare de mon esprit qui, jusqu'ici, avait perdu la quasi totalité de sa combativité intérieure. Ainsi, malgré la réaction on ne peut plus surprise de ma compagne à mon récit rocambolesque je ne pus empêcher l'ombre d'un sourire se dessiner sur mon visage. Et puis, enfin, l'humaine prit la parole. A mon tour d'ouvrir de grands yeux lorsque ses premiers mots et sa première action furent de remettre son épaule manifestement démise, en place. Voilà de quoi alléger l'atmosphère si l'on pouvait dire dans la situation dans laquelle nous nous trouvions. Néanmoins, le sérieux revint au galop. Soulagée que la jeune femme ne m'en veuille pas de cette horreur que j'avais accepté qu'elle subisse, je déchantais rapidement en remarquant que Pheare ne comprenait pas mon manque d'action médicale à son égard.

Bien sur j'étais capable d'effectuer les tâches les plus basiques d'assistance à une personne blessée, et il était vrai que je n'avais absolument rien fait sur elle. Je compris alors qu'elle avait de sérieux doutes quant à la confiance qu'elle pouvait m'accorder, et qu'elle n'avait pas tout à fait tort si l'on considérait qu'au lieu de m'occuper de ses blessures, j'avais d'emblée fourré mon nez dans ce qui me paraissait le plus important sur le moment, les informations. Pourtant je connaissais la raison de mon comportement. J'en étais à ce stade de ma réflexion et prête à répondre à ma compagne d'infortune lorsque des pas résonnèrent et qu'un nain dont je ne me souvenais pas du nom mais qui m'avait semblé plutôt... sain d'esprit, se glissa jusqu'à notre cellule.

Il commença limite à déclamer un poème lorsque Pheare, décidément en colère et bien trop près à mon gout de son état de démence de tout à l'heure, l’attrapa par la barbe. Elle n'était pas d'humeur à palabrer. Je la rejoignit devant les barreaux, n'empêchant aucunement ce qui était en train d'arriver car il fallait avouer que j'étais plutôt d'accord avec ce qu'elle disait... Pourtant je fut rassurée lorsqu'elle lâcha la barbe de cette âme qui nous voulait du bien sans trop savoir comment. Il nous apprit pourtant que les gardes ne nous seraient d'aucune utilité et que je pouvais d'or et déjà les plaindre... mais aussi que d'autres personnes étaient de notre coté. Ce qui pour moi était une bonne nouvelle selon ce que l'ex reine m'avait annoncé. Aussi je hochais la tête en direction de ce nain qui avait tout de même eu le courage de venir jusqu'ici, bravant la folie de son monarque. A cet instant, il se tourna vers moi et je vis avec ravissement ce qu'il venait nous apporter. Fënaro... ma lame. Effectivement sans elle, je n'étais que la moitié de moi même, surtout dans ce monde hostile. Les vivres et l'eau ne furent que de bonnes nouvelles en plus que j'acceptais avec gratitude, accrochant un court instant le regard de ce nain pour qui je sentais naître au fond de moi, du respect.

- Merci, puisse votre peuple retrouver un jour sa grandeur d'autrefois.

Sur ce, je tournais les talons. Il n'était pas nécessaire que ce petit homme reste plus longtemps ici au risque de se faire prendre. Aussi, enjoignant Pheare de venir en posant une main sur son épaule, je rejoignis le fond de la cellule afin de déposer le contenu de ce qu'on nous avait apporté, et de m’asseoir. Il était clair que je ne prendrai rien tant que l'humaine ne serait pas ici elle même peu importait la faim qui me tenaillait. Je caressais mon épée avec révérence avant de la cacher. Enfin, puisque les gardes étaient sourds, je me décidais à répondre  à Pheare. Où qu'elle soit elle m'entendrait, et comme nous n'avions aucune compagnie je n'avais pas de raison de chuchoter. Je pris une longue inspiration.

- Vous n'avez pas plus de raison de me faire confiance qu'au moment où nous nous sommes rencontrées.  Entamais je. Il est vrai que je n'ai entrepris pour vous aucune forme de soin, même la plus élémentaire. En fait, je n'ai fais que prier ma déesse lorsque j'ai vu que vous possédiez ce merveilleux pouvoir de régénération. Pour autant, ne sachant pas comment cela fonctionnait, je n'ai rien entrepris de peur de gêner cette opération...naturelle. Un garrot pourrait empêcher le sang de circuler correctement, tout comme des bandages entraver un processus de réparation de la peau, et j'en passe. Aussi ai je préféré ne rien en faire. Ici je marquais une pause, cherchant des yeux la jeune humaine. Libre à vous de me croire, et de m'accorder ou non votre confiance. Sachez cependant que vous avez la mienne alors même que vous avez passé sous silence le monstre qui dort en vous.

Je n'avais guère envie de me justifier davantage. Je n'avais même pas pris soin de nettoyer mon propre visage. Cela m'importait peu.  L'avenir qui nous attendait était sombre, et seule, je doutais que l'une de nous ne s'en sorte. Aussi, j'avais accordé ma loyauté à Pheare dés le moment où elle était entrée dans ma vie. Il ne restait plus que sa décision à présent, qui lui appartenait. Littéralement adossée à la paroi de la cellule, assise en tailleur, j'essayais de rassembler nos maigres connaissances sur ce lieu, son peuple, Anezka enfermée dans son golem, et enfin les oubliés. J'en profitais pour prier Azura de nous accorder son soutien en ce lieu où sa lumière ne pouvait m'atteindre. Au passage, je maudis Lolth qui pour moi était le parfait exutoire à la colère ou l'amertume que je pouvais ressentir...

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 20 heures 04 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un bien sinistre avenir...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un bien sinistre avenir...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrune :: ~ LE MONDE D'EN DESSOUS ~ :: Rozmiar :: La croisée :: La lice :: Alcôves de repos-
Sauter vers: