AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Vous ne pouvez pas vous inscrire sur ce forum !

À savoir que seuls les membres ayant signés le pacte Des Sept Destinées,
auront le libre accès sur Astrune.




Les Sept Destinées ~ICI~



Partagez | 
 

 Études sur les évènements historiques (Zoltos)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages 53

MessageSujet: Études sur les évènements historiques (Zoltos)   Mar 6 Jan - 3:21


[...Arrow suite de ~ICI~]

L'histoire était un fait que le professeur Zoltos prenait très au sérieux. Ses élèves en avaient pleinement conscience, mais à cause de leur situation un tantinet prisonnière, leur attention pour son cours s'en retrouvait bien souvent compromise. Le maître, toujours emmitouflé sous son épaisse fourrure, faisait malgré tout preuve de compréhension en dépit de son imposante prestance. Oriée était la seule du Caprice à vraiment s'intéresser à l'histoire, chez elle il ne s'agissait point d'un devoir, mais bien d'une réelle passion profondément ancrée dans son moi ! C'était le genre de comportement qui avait le mérite de rendre un professeur fier de son enseignement. Malheureusement pour le côté princesse arrogante de la petite, Zoltos n'était pas le genre à chouchouter. Une fois, elle fut même collée sous la bonne garde de soeur Poultchéry pour avoir franchi la ligne. Depuis lors, Oriée garde ses distances.

Ca faisait maintenant neuf minutes que le cours avait commencé, quand soudain ! quelqu'un toqua à la porte. Maitre Zoltos avait bien entendu noté l'absence de Ange, il se doutait donc qu'il avait fini par retrouver son chemin ! Lui intimant d'entrer, la porte finit par s'ouvrir. Son léger grincement résonna comme une annonce pour l'ensemble de la classe. De son côté, apparemment guère surprit d'apercevoir deux silhouettes, Zoltos alla à leur encontre...

- L'étude commence à quinze heures quarante-cinq précise, monsieur Ange ! Gronda le professeur en refermant la porte après avoir inciter les deux garnements à s'avancer. Allez vous assoir ! Finit-il par abréger. Pas vous, Hydran !


"S'en vouloir" était inconvenant pour définir le ressentiment présent de Ange. Il ne voulait pas décevoir maître Zoltos, mais il était si bien avec maître Veldrin... Hmm, pourquoi tout était si.. compliqué ? Il voulut bien sûr s'excuser pour son retard, mais le professeur ne lui en laissa guère le loisir. Contraint d'aller s'assoir, il dut se résoudre à abandonner son ami. Ange hésita néanmoins, d'un côté il était mortifié à l'idée de laisser Hydran endurer seul les humeurs du maître, mais de l'autre, l'autorité de ce même maître le rendait complètement impuissant. Que pouvait-il faire avec ses petits bras ? Le garçon finit donc par se soumettre craignant d'aggraver la situation comme il fut tantôt le cas avec Soeur Poultchéry...

- Pour votre premier cours d'histoire, ce n'est pas ce que j'appellerais une entrée triomphante Hydran. Reprit Zoltos après que Ange se soit assis. J'ai lu dans votre dossier que vous êtes originaire d'Andras, l'histoire de cette bourgade est immensément riche. Que pouvez-vous nous apprendre au sujet de ce village qui fut le témoin de votre naissance ? Demanda le maître en croisant les bras.

Zoltos était un érudit, durant près de vingt ans il fut l'élève passionné de Van, le plus grand bibliothécaire de Vel'kost. Son savoir était incontournable pour les dirigeants d'Atminam, ainsi fut-il enrôlé il y a de cela six ans afin d'enseigner l'histoire à tous les étages. Quant au port de sa fourrure, le mystère sur le pourquoi du comment n'existait que pour les nouveaux. Quoi qu'il en était, Hydran était parfaitement en droit d'être intimidé par ce monsieur ; Zoltos mesurait pas moins de deux mètres dix, et son habit n'arrangeait en rien sa gigantesque silhouette. Sa voix grave et tonitruante avait quant à elle la fâcheuse habitude de faire passer autrui pour d'insignifiantes pucelles, y compris la redoutée Soeur Poultchéry.

~ Il est 15 heures 56 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 25

MessageSujet: Re: Études sur les évènements historiques (Zoltos)   Ven 9 Jan - 10:42

Maître Veldrin était daccord avec moi. Je mettais Ange bien a mal avec tout ça mais je pensais que c'était le mieux pour nous. J'avais promis à Dame Agnès de faire tout mon possible pour mon nouvel ami, et je le ferais. Un peu boudeur, ou simplement énervé, celui ci décida de passer à l'action. L'envie de lancer une sorte de bougonnement me fut retirée par la voix qui s'en vint nous répondre. Grave et forte. Puissante. Mon petit coeur s'accélérait tandis que je pris sur moi d'appuyer sur la poignée et d'entrer dans la nouvelle salle de classe.

*Maman, papa, Capitaine, aidez moi...*

Le grincement que produisit la porte ne fut pas pour me plaire mais la surprise surpassa ce fait lorsque je vis celui qui semblait être notre professeur, venir à notre rencontre. Un géant ! Comme dans mes aventures avec le capitaine... et alors que je ne trouvais pas la pièce très froide, cet homme lui, était couvert de fourrure. Sa voix n'arrêta nullement mon observation un peu déplacée. J'allais de surprise en surprise dans cette tour étrange. Je me sentais minuscule à coté de lui et lorsqu'il ordonna à Ange d'aller s’asseoir, je voulus m'empresser de le suivre, sauf qu'il me rappela. Figé, je tentais un sourire rassurant à mon ami avant de me tourner à nouveau vers le grand homme sans pour autant le regarder dans les yeux. J'avais déjà assez de mal à voir son visage perché là haut. je ne pus réprimer la pensée qu'il devait mourir de chaud. La réprimande qui suivit me fit grimacer. En d'autres circonstances je ne me serais pas gêné de raconter le pourquoi de ce retard, néanmoins je n'en dis rien et le professeur continua. L'histoire de mon village ? Il voulait que je lui parle d'Andras ? Une étincelle s'alluma dans mes yeux fatigués. J'adorais l'histoire et les livres. Je savais que beaucoup de choses m'échappaient encore mais j'espérais en savoir assez pour satisfaire cet homme. Je hochais la tête, presque souriant, car parler de chez moi c'était un peu comme y aller, au moins pour un moment.

Ainsi prenant une profonde inspiration, et un peu mal à l'aise de par la proximité de l'adulte, je fixais mes yeux sur le regard voilé de mon ami, comme si c'était à lui que je parlais.

- Andras est un petit village qui n'est pas si loin de Vel'kost. On y cultive pleins de choses et les autres travaillent dans les mines. Tout le monde y est très heureux, enfin normalement. Arrivé ici je marquais une pause. L'histoire de mon village était chaotique et pas facile à comprendre. Moi même je m'y perdais. Il y a longtemps tout le monde adorait Sandrin et la grande déesse. Tous ensemble. Et puis ça a changé. Je... je ne sais pas trop pourquoi mais il y a eu d'autres adorations qui se sont crées. Maintenant il y en a quatre. Ce n'est pas pratique car ça nous rend tous différent et il y a déjà eu des problèmes entre certaines adorations. Fronçant les sourcils, après tout je ne m'étais jamais penché sur le problème, bien trop occupé à jouer et apprendre je pouvais néanmoins ajouter. Je connais le nom des quatre adorations de Andras : Les servants de lumière, l'aurore de la paix, les Sandristins et les témoins de prospérité.

Je n'étais pas au courant du reste de l'histoire de mon village ni même comment il était apparu. Pourtant j'aurais bien aimé. Mais si je savais lire, la petite bibliothèque de Andras n'avait pas de livres que je pouvais comprendre et qui traitait de cela. Soupirant de nostalgie, penser à mon chez moi était bon et triste à la fois, je fus pris d'un élan et levait à nouveau la tête vers le professeur, le regard plein d'espoir, oubliant quasiment où j'étais.

-Mais vous monsieur vous connaissez l'origine de mon village ? et celle du beau lac qu'il y a pas loin ? Je.... Réalisant que je parlais sans permission devant un géant en fourrure après être arrivé en retard à son cours, je fermais instantanément la bouche. Quel imbécile... j'étais curieux, et parfois incapable de retenir ma langue surtout sur les sujets qui m'intéressaient. L'histoire en faisait partie, et j'avais soif d'apprendre. Mais si, dans ma petite classe, un tel comportement était toléré, dans cette tour, il risquait de provoquer je ne savais quelles foudres, aussi baissant la tête, je m'empressais d'ajouter, d'une voix gênée, Désolé monsieur.

Ange devait penser que j'étais complètement inconscient et il aurait eu raison. Néanmoins c'était mon premier jour, et réprimer ma nature n'était décidément pas facile à apprendre. Je ne pus dés lors que attendre, la grosse voix finirait bien par me dire quelque chose, et ça ne pourrait pas être pire que soeur Poultchery si ? Cet homme avait beau être étrange, mon Capitaine l'était aussi et m'avait appris que le dehors d'une personne, ne représentait pas son intérieur. J'avoue que j'avais eu du mal à comprendre tout ça... la seule chose que j'avais retenue c'est que le professeur même s'il faisait un peu peur, eh bien il était peut être un peu gentil aussi. Voilà. Je n'avais plus qu'à attendre, en pensant aussi fort que possible à maintenir mon niveau d'excitation le plus bas possible à l'avenir.

~ Il est 15 heures 59 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 53

MessageSujet: Re: Études sur les évènements historiques (Zoltos)   Lun 12 Jan - 18:04


À la demande de maître Zoltos, Hydran se mit à raconter dans les grandes lignes l'histoire de son village. Cela semblait l'apaiser, par ailleurs, l'étourderie qui s'en suivit attesta cette évidence. Mais le professeur ne lui en tint pas rigueur, dans sa classe, l'élève était en droit de poser une question si au préalable il avait répondu à celle qui lui était soumise. Il n'avait donc pas à craindre de se faire gronder. Aussi, lorsque l'enfant s'excusa de sa bévue, le professeur lui signala d'un regard passionné qu'il était au contraire ravi de sa curiosité. La religion était effectivement prédominante dans cette région, tout Andrastien vous le dira. Mais il n'en fut point toujours ainsi ! Hélas pour Hydran, Zoltos ne déballait pas l'histoire comme pouvait le faire une mégère en servant de la purée trop collante. Pour le professeur, il était capital de respecter les évènements en les exposant l'un après l'autre tout en expliquant la raison de tel ou tel fait. Sa méthode consistait à partir de l'épicentre que fixait l'élève, en l'occurrence Hydran, puis de remonter dans le temps via la chronologie jusqu'à la fondation même d'Andras.

- Votre nouveau camarade a parlé d'une chose très intéressante. La religion ! Reprit le professeur se rendant jusqu'à son tableau noir. Qui peut m'en faire la définition ?!


Tout naturellement, Oriée s'empressa de lever le doigt. Et oui ! même si elle méprisait Hydran, elle adorait trop l'histoire pour se résoudre à bouder ce cours. Aussi, lorsque le professeur acquiesça son geste, la petite fit étalage de son savoir. - La religion est un ensemble de personnes qui croient au sacré. Mais maître ! Demanda t-elle subitement. À quoi ça sert ? Ben oui quoi, ça leur apportait quoi à tous ces gens de croire en quelque chose d'invisible ? Est-ce que Dieu était pour l'adulte ce que l'ami imaginaire était pour l'enfant ? Il n'y avait pas de réelle explication à ce sujet, mais étant ce qu'elle était, Oriée avait besoin de comprendre.

- À quoi ça sert demandez-vous ? Répondit le maître relativement surpris. Il est important de savoir que nombre de personnes ont besoin d'un but pour avancer, et que pour certaines d'entre elles, la foi humaine n'y suffit plus. C'est alors qu'elles se tournent vers le meilleur guide qu'elles puissent trouver ; Dieu. Les âmes les plus fragiles iront quant à elles jusqu'à prétendre que la religion leur permet de rester dans le droit chemin. Mais alors que la main d'Oriée s'élevait de nouveau, l'index dressé comme une massue, Zoltos écrivit au tableau le nom des quatre religions précédemment citées par Hydran. Vous avez une autre question, jeune fille ?

- Mais comment les gens font pour savoir qu'il y a vraiment un Dieu ? Et lui, il y croit ? À la demande finale de la fillette, maître Zoltos se mit à balayer la salle des yeux, comme pour chercher un de ses élèves. Oriée comprit immédiatement ce que cette mise en scène signifiait, gênée, elle finit par ajouter de sa petite voix : Hydran...

Effectivement, il n'y avait pas encore d'enfant répondant au prénom de "Lui" dans cette tour. Ainsi, après que Oriée eut finalement précisé l'identité de son nouveau camarade, le professeur se pencha sur ses questions. - Dans la plupart des cas, les croyants le deviennent par le bouche à oreille. Mais il existe aussi des personnes en quêtes de réponses ! Ils feront donc leur choix au terme d'une enquête personnelle. Les livres religieux regorgent de savoir à propos des Divinités, il appartient au lecteur d'y croire ou non. Nul ne les force, je n'ai donc pas de réponse précise à vous donner Oriée, la foi est propre à chacun ! Ca équivaudrait à en faire une définition pour chaque individu. Marquant un court instant de silence, le temps de revenir auprès du petit nouveau, il reprit. Quant à savoir si Hydran est croyant, cela ne vous regarde en rien jeune fille ! La religion est personnelle, au moins aussi intime que vos pensées. Garde à vous si je vous y reprends !

Toutefois, elle avait soulevé un point qui méritait qu'on s'y attarde, et pour cause ; à Atminam, seule la religion Sandris était pratiquée, or, si Hydran suivait une autre voie, cela risquait de le perturber dans ses propres idéaux. Voilà une chose dont il devra lui parler à la fin de son cours, après que tout le monde soit sorti.

- Vous pouvez aller vous assoir, jeune homme ! Finit par autoriser le professeur. Hélas, le bureau en question était pratiquement opposé à celui de Ange. Hydran allait devenir le voisin de Osiris, et bien qu'une rangée les séparait, la tension en devint palpable.

~ Il est 16 heures 04 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 25

MessageSujet: Re: Études sur les évènements historiques (Zoltos)   Ven 6 Fév - 16:27

Au lieu de la réprimande attendue, ce fut un regard chargé de passion qui se présenta à moi lorsque je fis part de ma question. A cela, un énorme poids délaissa mes épaules et je pus enfin respirer normalement. Décidément on pouvait s'attendre à tout ici... il faudrait encore s'y habituer. Tous les professeurs se distinguaient d'une manière ou d'une autre. La voix de celui ci me ramena au présent. Il s'était dirigé vers son tableau et posa une question. Comment ça ? tout le monde savait ce qu'était une religion voyons ! du moins pour moi c'était d'un logique. Je fus étonné de voir Oriée répondre. Ainsi elle était capable d'aimer quelque chose ? Moi qui pensais que la princesse ne s'intéressait qu'à ce qui pouvait la mettre en valeur...

* Raah je n'aime pas quand je commence à être méchant comme ça. Mais je fais quoi moi ! je bouge ou pas ? je peux m’asseoir ? pourquoi elle est obligée de continuer à poser des questions...*

rester debout devant la classe n'était clairement pas quelque chose qui me plaisait. Devant mes amis daccord mais ici... j'essayais de ne rien en montrer cependant je mourrais d'envie de filer à coté de Ange. Je me forçais donc à écouter le professeur énoncer le besoin d'une religion pour certaines personnes. J'étais plus ou moins daccord avec lui et puis c'était tellement naturel chez moi que à vrai dire je ne m'étais jamais posé de questions de ce genre. Mais Oriée elle, n'en démordait pas. C'était reparti et en plus en parlant de moi ! Sans savoir pourquoi, mon esprit s'échauffait à la voir si contente et prompt à tout savoir... Aussi lorsqu'elle ne me mentionna que par "lui" je faillis répliquer. Heureusement le professeur eut une réaction fort amusante qui obligea la jeune fille à prononcer mon prénom. Pour un peu je lui aurait tiré la langue de joie ! j'écoutais les réponses d'une oreille discrete toujours avide de pouvoir enfin m'asseoir, mais je ne pus empêcher un sourire de naître sur mon visage lorsque Zoltos reprit Oriée.

* Et na! non mais, ça ne la regarde pas et puis je fais ce que je veux ! *

Et alors vint la phrase tant attendue. Je pouvais aller prendre une chaise. Néanmoins je fut vite déçu car c'était à l'opposé de la place de mon ami et à coté du copain de la princesse. Décidé à ne pas me faire remarquer, je filais à l'endroit indiqué non sans bougonner intérieurement et jeter un ultime regard à Ange...qui ne pouvait me voir. Son contact me manquait déjà. Aller... ce n'était qu'un moment à passer, après tout ce que j'avais vécu depuis ce matin, je devais pouvoir résister à cette heure ci...

~ Il est 16 heures 06 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 53

MessageSujet: Re: Études sur les évènements historiques (Zoltos)   Lun 16 Fév - 23:11


La jeune Oriée n'était pas croyante, du moins c'était ce qu'elle prétendait à son petit périmètre. Car si soeur Poultchéry avait vent de cette trahison, sa peau risquait de la cuire tout au long de son année. Lorsque la religion Sandris était pratiquée, la fillette se contentait de régurgiter tout ce qu'elle savait sur le sujet. Zoltos savait que tôt ou tard ça finirait mal pour elle, l'hypocrisie était une pente glissante dans l'univers d'Atminam. Bien sûr, ce n'était qu'une enfant comme les autres dans le fond, mais afin de préserver son titre d'impératrice junior, elle était prête à tout pour se démarquer des autres. Hmm... si sa mère Irlina la voyait se comporter ainsi, nul doute qu'elle finirait gelée dans les douves ! Zoltos voudrait intervenir dans l'éducation d'Oriée, mais soeur Agnès l'en dissuada tout en lui promettant d'heureux résultats. Mais ça faisait un mois déjà, et toujours pas de changement à l'horizon...

Pourquoi pensait-il à Oriée d'une façon aussi insistante ? L'image de non-croyante qu'elle renvoyait à ses camarades finit par les convaincre du bien fondé de cette attitude, dans ces conditions, il devenait plus difficile à Zoltos de se faire entendre, même avec une voix comme la sienne. Depuis le début de son enseignement, la première demie-heure était réservée à l'histoire comme l'en imposait le programme, quant à la deuxième ; le professeur bafouait volontairement l'autorité de Poultchéry en inculquant à ses élèves la diversité religieuse. La religion était le centre de tout, ou presque... et l'histoire sans religion ; c'était comme faire un cours de cuisine sans connaître la saveur des ingrédients utilisés. Par le souffle de Shiva, qu'attendait soeur Agnès pour agir ?!

Retournant auprès de son tableau, Zoltos indiqua de sa baguette le nom ; Les servants de lumière. - Les servants de lumière fut la première religion pratiquée au sein de ce qui allait devenir, Andras. Mais aujourd'hui, comme a pu nous l'apprendre Hydran, cette petite bourgade n'en décompte pas moins de quatre. L'un de vous aurait une idée sur le pourquoi de cette diversité ?


- Moi... Fit une petite voix d'habitude silencieuse. Heu... était-ce de la folie, ou bien la force que lui prodiguait cette nouvelle amitié avec Hydran ? Ange n'en savait rien pour sûr. Pourtant, malgré le fait qu'il était mort de trouille, il avait envie de répondre à maître Zoltos.

- Je vous écoute Ange, mais parlez plus fort je vous prie ! Approuva le professeur au moins aussi surpris que son élève.

- C'est... c'est comme ici. Au début, on avait tous peur, alors on se soutenait... tous. Que c'était difficile, mais au fur et à mesure, Ange finit par prendre de l'assurance et alla même jusqu'à se mettre debout. Pas pour en imposer, ça non alors ! C'était surtout pour faire comme tout le monde. On allait tous dans la même di... di...

- Direction ? Intervint Zoltos au grand soulagement de Ange.

- Oui... direction. Répéta le petit avec une folle envie de s'enfuir. Si un pleurait, tous le consolaient, si un faisait une bêtise, tous riaient ou imitaient... Le garçonnet marqua un temps d'arrêt, comme pour laisser entrevoir le changement d'époque. Mais aujourd'hui... les plus forts... voudront... faire à leur idée. Plus il y aura... de forts, moins... il y aura de co... co... co.. hé... sion. Dur ce mot ! plus dur encore qu'un moment aux toilettes un jour de constipation !

- C'est un bon exemple monsieur Ange, vous pouvez vous rassoir. Répondit le professeur avec un rare sourire.

Ange ne se rassit pas, il s'écroula littéralement sur sa chaise ! Il n'aurait pas tenu dix secondes de plus... Si c'était ça le courage, alors il n'était pas prêt de recommencer... ça faisait vraiment trop peur.

- Andras fut bâti à la gloire de Loominëi avec l'intention de représenter la sérénité et la joie dans la vie de tous les jours, ce qui fait des servants de lumière, les pionniers du village. La différence entre ce que nous a dit Ange et l'histoire d'Andras, réside dans le fait qu'ils ont pu choisir, rien ne leur a été imposé. Ce sont eux qui ont élu leur guide qui plus tard se révèlera trop faible pour endosser ce rôle. Une fois terminé, Zoltos prit place à son bureau avant d'ajouter d'une manière inattendue : Sortez vos livres d'histoire, et ouvrez-le à la page trente-quatre. Hydran, venez au tableau faire le premier exercice !

Citation :
Trouvez l'intrus et expliquez pourquoi : Religion, Prêtre, Secte, Enfant, Fou, Culte, Prière.

~ Il est 16 heures 17 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 25

MessageSujet: Re: Études sur les évènements historiques (Zoltos)   Ven 27 Fév - 16:40

Maître Zoltos s'en était retourné à son tableau. Il me plaisait bien ce professeur. Simple, il ressemblait à mes anciens maîtres d'Andras cependant son allure et sa façon de faire le différenciait de ces mêmes personnes. Néanmoins au sein de cette tour, c'était un des êtres les plus agréable qu'il m'avait été donné de rencontrer avec Maître Veldrin et Dame Agnès. En adulte évidemment. Mon ami Ange était bien le plus gentil là bas assis de l'autre coté. pourquoi avait il fallu que ma place soit si éloignée ? Ce n'était déjà pas simple pour nous deux... J'en soupirais. Par contre Oriée arrêta pour le moment de se manifester ce qui me soulagea grandement. Oui je croyais aux dieux. Et je me sentais jugé par ses questions... et je m'en posais à mon tour. Etait il réellement possible de vivre sans une religion ? sans croire en quelque chose ? j'en doutais, il faudrait que j'en parle à Ange. Evidemment je n'avais jamais chercher à savoir ce que cela faisait de ne pas croire, mais là, puisque j'y étais confronté, cela m'intriguait.

Heureusement Maître Zoltos reprit la parole, redressant ainsi le cours de mes pensées dérivant. Il précisa alors que les servants de lumières étaient la première religion pratiquée jadis dans mon village. Lorsqu'il nous interrogea sur la diversité présente j'eus un sourire car pour moi c'était logique. Mais ce qui me surprit au plus haut point ce fut la voix que j'entendis répondre si doucement. C'était Ange ! Je mourrais d'envie de sauter de mon siège et de frapper des mains ou de l'encourager, mais c'était impossible alors je me contentais de l'écouter en le dévorant des yeux, tout en lui envoyant pleins de pensées positives.

*Vas y Ange... montre leur... tu arrives à t'exprimer c'est génial, continue, si tu butes sur un mot reprends le...vas y...*

Je serrais les poings, sur qu'il parviendrait à dire tout ce qu'il voulait. En plus c'était très intéressant son exemple. Je n'y aurais pas pensé. Et j'appris alors qu'au début dans cette tour, tous les enfants étaient ensemble même différents. Ange avait vraiment connu ça ? comme cela devait lui manquer... Et comme il venait d'être courageux ! j'étais si fier de lui, si admiratif ! J'espérais au moins que les autres avaient compris ses mots et aussi que Ange devenait plus fort. Je remerciais dame Agnes de me l'avoir fait connaître. Et tout à mes pensées, je n'entendis rien de l'explication du maître. Ce fut l'évocation de mon nom qui me réveilla totalement. Il avait été si rarement employé depuis le début de la journée... Quoi ?! encore au tableau ? Sans prendre le temps d'ouvrir un livre, je me levais et me dirigeais vers cet écran noir. J'adorais l'histoire, et participer aussi mais pas dans une nouvelle classe ? je n'en avais pas fait assez pour un premier jour ? En essayant de ne rien montrer de cela, apres tout, Ange venait de faire bien plus, je lus la consigne à voix haute. Puis mon petit cerveau se mit à travailler.

*Un intrus là dedans.... religion, prêtre, secte, enfant, fou, culte, prière... une secte n'est pas une religion, mais ça peut aller avec le reste non ? il y a des fous partout, non le mot qui me gêne là c'est...*

- Enfant. Pour moi l'intrus est enfant. Un enfant suit ses parents et donc il n'a pas vraiment de religion à lui, même s'il aime ce qu'il fait. C'est adulte qu'on choisit son chemin. Du coup il ne devrait pas être là.

C'était la mon raisonnement. Bien que religion et secte placé ensemble me faisait plutôt peur, tout comme fou que j'associais d'avantage à secte. Mais maman m'avait toujours expliqué que je ne pourrais choisir que lorsque je serais grand. Car peut etre que je verrais les choses autrement. Comme elle le dit, je suis né à Andras mais je ne suis pas né témoins de prospérité. Je ne le serais que si je le décide plus tard. En tout cas je n'étais pas sur de ma réponse. Car plus je réfléchissais plus des intrus apparaissaient partout... Autant en rester là donc et attendre le verdict du professeur. Debout devant ce tableau j'essayais de ne pas regarder la classe, tous ces regards sur moi... brr. J'étais plutôt tourné vers Zoltos.

~ Il est 16 heures 19 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 53

MessageSujet: Re: Études sur les évènements historiques (Zoltos)   Mar 3 Mar - 3:46


Était-il là par le corps à défaut de l'être par l'esprit ? S'interrogea le maitre Zoltos en observant Hydran qui déjà s'avançait. Et son livre alors ?! de quelle autre façon pensait-il prendre connaissance de l'exercice demandé ? Premier jour de classe et déjà dans la lune... Heureusement conscient de ce que traversait l'enfant, le professeur sortit un exemplaire de ce fameux bouquin d'un proche tiroir, puis le coucha sur son bureau. Et lorsque Hydran y posa son regard, Zoltos l'ouvrit à la page précédemment citée, laissant ainsi l'opportunité à ce dernier de rectifier le tir. À la vue du problème, il se mit à cogiter, s'en suivit alors un court instant de silence, lequel fut parasité par les frottements d'un tissu contre une surface rugueuse... Il ne s'agissait en fait que du maitre qui faisait glisser ses doigts gantés sur son menton. Puis quand vint la réponse, Zoltos se dressa aussitôt ! Désormais posté à côté du petit Hydran, la grosse voix du professeur s'éleva à nouveau...

- Enfant vous dites ? Je crains que vous ne soyez dans l'erreur jeune homme. Oh ce n'est pas dramatique rassurez-vous, j'ai pour habitude de baptiser mes nouveaux élèves par un exercice que je sais au-dessus de leurs moyens. Vous n'êtes donc pas responsable. Finit par ajouter maitre Zoltos en affichant un léger sourire au concerné. Pour l'intrus, il suffisait juste de se poser la bonne question, si vous y étiez parvenu, la réponse aurait été enfantine ! Quelqu'un aurait-il une idée ?

Tous savaient qu'il était inutile de se vanter de savoir sans réellement savoir. Oriée s'abstint donc de toute insolence ainsi que ses partisans. Par cette ruse, Zoltos s'assurait de faire comprendre à Hydran qu'il lui était absurde de culpabiliser sur son échec devant tous ses camarades, puisque eux-mêmes étaient incapables d'y répondre autrement qu'au pif. Laissant ainsi le silence faire son office, le professeur put poursuivre son cours...

- Je vais commencer par vous donner la réponse, et comme devoir à rendre, vous devrez me donner la question qui mène à cette conclusion ! Puis il chuchota à Hydran : Vous pouvez retourner à votre place. Une fois le petit installé, Zoltos reprit : L'intrus n'est autre que le Fou, quant à votre explication jeune homme, comment expliqueriez-vous vos croyances maintenant que vous êtes ici, parmi nous ? Qu'elles sont, d'après vous, les croyances de vos petits camarades ? En quoi peut croire un enfant qui n'a plus de parents pour veiller sur lui ? À ces mots, Ange pencha la tête vers l'avant, comme écrasé par un chagrin secret. Que faites-vous de l'ami imaginaire propre à chaque enfant ? si cela n'est pas la preuve d'une croyance au moins aussi forte que celle d'un Dieu, alors dites-moi de quoi il s'agit ? Vous savez, la religion est avant tout un ensemble de règles édifiées par l'homme, pour l'homme. On les suit parce que ça nous vient d'ancêtres avisés, mais la religion d'un enfant, qui s'en préoccupera ? La vie se chargera bien assez tôt de faire de vrais hommes de vous... et vos seules armes face à ce monde hostile seront vos propres croyances, non celles d'un autre. S'approchant au plus près du nouveau, Zoltos finit par compléter son récit par une ultime colle : Je vous en prie, répondez Hydran !

Pauvre petit, sa réponse était logique et simple de son point de vue étant donné la proximité de sa famille dans son coeur. Mais en ces murs, était-ce judicieux pour les autres de raisonner avec ce naturel ? À part rouvrir de vieilles plaies, ça n'apporterait rien de bon ! Et plus tôt Hydran le comprendra, plus vite il se fera accepter.

~ Il est 16 heures 23 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 25

MessageSujet: Re: Études sur les évènements historiques (Zoltos)   Lun 7 Sep - 9:16

Eh oui, complètement dans la lune, je pensais davantage à Ange et à tout ce qui me tombait dessus lorsque le professeur me demanda de venir répondre à l'exercice. Heureusement pour moi Maître Zoltos ne semblait pas m'en tenir rigueur puisqu'il avait sorti un manuel et l'avait ouvert à la bonne page. A vrai dire je ne l'avais même pas remercié. J'étais concentré sur la question et à présent que j'avais pu donner une réponse qui me convenait, voilà que le grand homme vint à mes cotés. J'avoue qu'instinctivement je voulus faire un pas de coté mais je me retins, et écoutait. Rougissant légèrement à l'annonce que je m'étais trompé je retrouvais un visage serein lorsque Maitre Zoltos avoua aimer tester les nouveaux élèves avec des exercices difficiles. Mais c'était quand même injuste ! Moi je voulais trouver la bonne réponse et je détestais lorsque ce n'était pas le cas. Mais personne d'autre n'avait d'idée. Cela me réconforta un peu, et j’essayais donc de ne pas culpabiliser et de laisser ma fierté loin derrière. Une fois que le maître m'eut gentiment proposer d'aller m’asseoir, je filais à ma place ravi de ne plus être le centre de l'attention. De plus je tenais à savoir la vérité, la réponse, le déclic que je n'avais pas eu ! Oui on pouvait me trouver excessif dans ce domaine et bien des enfants ne comprenaient pas mon engouement face à l'apprentissage... Pourtant j'étais sur que Ange partageait au moins un peu cette soif de savoir.

L’intrus était le fou. Certes lui non plus n'avait pas grand chose à faire par là, mais ne pouvait il y avoir de fou dans les religions ou les sectes ? Enfin, ce n'était pas le moment d'y penser, je verrais ça durant les devoirs. Pour le moment, Zoltos était en train de démonter mon raisonnement avec un enchaînement de questions. Et je vis de suite que Ange était triste, ce qui me fit froncer les sourcils. pourquoi fallait il que tout le monde me tombe dessus avec ça ? daccord j'avais pensé comme un enfant qui a encore ses parents près de lui mais c'était la vérité ! mes parents n'étaient pas loin et j'étais sur que au moins certains de mes camarades avaient encore les leur ! Je ne comprenais pas ce raisonnement. j'avais moi même mes propres croyances, et je n'étais pas daccord avec le maître quant aux religions. Lorsqu'il s'approcha de moi, et me demanda de répondre à tout ce qu'il venait de dire, je n'étais pas très bien. Déjà il me faisait peur là, comme ça, et en plus je mourrais d'envie qu'il me fiche la paix. Il venait de m'agacer comme les autres, alors que je n'étais ici que depuis quelques heures. Néanmoins je réfléchissais. Bien sur que j'allais répondre, et tant pis si ça n'était pas vrai, ou ce qu'on attendait de moi.

- En fait rien de tout ça n'est important. La seule chose qui compte c'est ce qu'on croit dans notre coeur. On a tous nos croyances. Il faut juste respecter celles des autres qu'on soit adulte ou enfant. Si nos croyances sont proches de celle d'une religion on a le droit aussi. Les religions sont pas mauvaises tant qu'elles s'attaquent pas aux autres. Mais je n'y peux rien si j'ai des parents et que je crois en ce qu'ils m'ont dit. Cela ne veut pas dire que je ne crois en rien par moi même. Tant qu'on a un coeur et un esprit on croit. Le reste ça nous regarde.

Je crois que mon ton n'était pas des plus... respectueux, gentil, doux et tout ça. Mais tant pis. C'était sortit d'une traite, comme je le pensais et ça venait du fin fond de moi. A présent que tout était dit, je me sentais à la fois apeuré par la possible réaction de mes camarades, et de maître Zoltos, et à la fois soulagé d'avoir pu dire pour une fois dans cette journée, ce que je pensais. J'espérais simplement ne pas avoir fait du mal à mon ami car je ne peux pas prédire ce qu'il pense et je ne le connais pas encore assez pour savoir comment ne pas le blesser. La preuve en était que j'avais déjà fait quelques écarts depuis que nous nous étions rencontrés. Et maintenant ? Ce que je désirais c'était rejoindre ma chambre, et que cette journée se termine. Ma tête commençait sérieusement à bourdonner devant tant de nouveauté, de nouvelles têtes, de folies de cette tour, et le reste. Je voulais juste être avec Ange et qu'on nous laisse en paix. J'étais en colère, j'en avais marre, et pourtant ce n'était pas souvent que cela m'arrivait, encore moins à l'école. Néanmoins on venait de bousculer ma vie entière alors il fallait peut être s'attendre à ce que je réagisse un peu à ce qui m'arrivait non ?

~ Il est 16 heures 24 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages 53

MessageSujet: Re: Études sur les évènements historiques (Zoltos)   Mer 14 Oct - 14:08


Les échanges entre maître Zoltos et Hydran eurent tôt fait de faire oublier à Oriée, sa mise au pilori de tout à l'heure. Aussi, la fillette se livra derechef à ses démons lorsque le nouveau joua les intrépides en faisant la leçon au professeur ! Et les enfants ci, et les parents là, et la religion de l'autre côté... Il se croyait où ? à la chapelle des dépravés ?! Ici plus personne n'avait de famille. Et maintenant qu'il était là, il était grand temps qu'il l'apprenne ! Fini les câlins à maman, terminé les brimades de papa. Désormais, si il tombait malade, c'étaient aux bonnes soeurs qu'il aurait à faire, et elles n'avaient pas pour politique d'apporter un lait chaud et sucré aux enfants encore sous la couette. Si tu cris en pleine nuit suite à un cauchemar, nul ne viendra te réconforter, et durant toute la journée qui suivra, tu devras essuyer les moqueries pour avoir été si faible ! Atminam n'était pas un endroit pour les mouflets, Oriée elle-même l'admettait. Dans ce genre de monde, soit tu devenais la chose d'un tiers, soit tu survivais ! Hydran tremblait comme un philosophe derrière sa petite colère, pourtant... sa première journée fut des plus agréables, tout du moins jusqu'à maintenant !

D'ailleurs, si Oriée lui avait lancé autre chose qu'un regard durant son discours, nul doute qu'il en serait mort ! Au coeur de la tour, la règle d'or établie par les enfants eux-même, était de ne jamais parler famille. Père, mère, soeur, frère, oncle, tante etc... tout ceci était tabou ! Puis il aurait beau s'en défendre en disant ; "j'y peux rien si j'ai des parents !" C'était comme dire à des crèves la faim ; "j'y peux rien si je peux manger !" Fille unique de Dollin et Irlina, Oriée eut beaucoup de mal à s'adapter au mode de vie d'Atminam. Durant ses trois premier mois, elle ressemblait trait pour trait à Ange. Puis un évènement brisa quelque chose en elle, et la fillette était la seule à le connaître, à supposer qu'elle s'en souvienne depuis les dessous de toute cette méchanceté. De là, on pouvait supposer que l'acharnement sur le petit aveugle n'avait rien de gratuit... Il se pourrait même que Oriée cherche à tuer celle qu'elle fut. Hélas, qui pouvait se soucier d'une souffrance aussi profonde que celle-ci ?


De son côté, Ange ne cessait de se dire : - *Papa... maman... papa... maman...* Que ces mots étaient étranges à prononcer. Hydran avait l'air de bien connaître son sujet, peut-être pourra t-il lui en parler. Il était certain qu'il eut lui aussi droit à se privilège d'avoir une famille, il devait bien venir de quelque part... Et si en parler lui faisait retrouver la mémoire ? Personne n'irait les espionner dans leur chambre, et si ils chuchotaient nul ne les entendrait. Il faudra qu'il essaie... car la seule chose dont il se rappelait avant d'être plongé dans le noir, n'était autre que le visage haineux de son bourreau postillonnant des phrases qu'aucun enfant ne devrait jamais entendre... Mais il avait peur aussi... peur que cet espoir d'avoir été un jour aimé s'envole pour toujours...


Voilà un jeune homme plein d'allant, il avait une idée arrêtée sur la question. Seulement maître Zoltos ne cherchait point à le frustrer en lui expliquant tout ça, il essaya simplement, certes à sa manière, de lui faire comprendre qu'ici il allait devoir oublier ses principes, ou tout du moins ne pas les montrer. Hydran venait d'Andras, or là-bas, la religion est loin d'être utopique... L'enfant l'ignorait sans doute, mais à Atminam il serait forcé d'ouvrir les yeux. Maître Zoltos voulu lui faire comprendre, mais il échoua visiblement... Ca risquait d'être beaucoup moins agréable avec Poultchéry. Ce qu'il allait malheureusement découvrir dans les minutes qui suivaient !

- Bon, c'est là-dessus que le cours s'achève les enfants ! Reprit-il de sa grosse voix. Pour devoir, je vous demande simplement d'expliquer pourquoi le Fou se trouve être l'intrus. Ne cherchez pas à vous documenter, je tiens à ce que l'analyse vienne de vous. À Oryi !

Dans deux jours donc, puisqu'on était Chaara. Sans bruit, les élèves évacuèrent la salle de classe afin de se rendre dans le couloir, où déjà, Soeur Poultchéry les attendait ! Sans le savoir, Hydran avait laisser passer l'occasion de s'abriter avant l'orage... Et pour cause, le cours suivant se trouvait être l'éducation Sandriste par la pire des prêtresses qui lui avait été donné de connaître ! L'heure était au supplice... et ce fut en rang ordonné que les enfants emboitèrent le pas de Soeur Poultchéry jusque dans la chapelle du Caprice...

[OUT : La Chapelle, "Éducation Sandriste (Soeur Poultchéry)" merci de mettre ce titre ~ICI~ Arrow...]

~ Il est 16 heures 31 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Études sur les évènements historiques (Zoltos)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Études sur les évènements historiques (Zoltos)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astrune :: ~ LES TERRES DE BRUME ~ :: Atminam :: La tour d'Atminam :: Premier niveau : Le caprice :: Salles de classe-
Sauter vers: